Mais qui espionne donc le premier ministre turc?

Bon sang cher lecteur, la nouvelle m’a laissé sur mon séant ! Le 22 décembre dernier, lors d’une émission de télévision en direct, Recep Tayyip Erdoğan a révélé qu’il était espionné, quatre dispositifs d’écoute ayant été découverts à son domicile, notamment dans son bureau ! Disert l’intéressé l’a été sur l’événement en lui-même, malheureusement il est resté plus circonspect sur la date de cette surprenante découverte et sur les origines de cet inconvénient fâcheux, faisant allusion aux activités occultes de l’Etat profond, encore dangereuses «en dépit des précautions prises.». Un des conseillers du premier ministre a expliqué depuis que par «Etat profond», il fallait entendre «des cercles proches d’Ergenekon». Comme quoi, et comme disait mon cousin turc, francisant un atasözü bien connu : « Un Ergenekon vaut mieux que deux Balyoz, tu l’auras ! »

Il reste, cher lecteur, que si dans un premier temps, cette explication peut rassasier les fins connaisseurs que nous sommes devenus, d’affaires de complot travaillées au marteau de forge dans la vallée bienheureuse du loup turc des origines, dans un second temps, elle ne peut que faire long feu… sauf à croire sérieusement bien entendu qu’entre deux procès à Silivri, voire même de leurs cellules, les membres du réseau maléfique susnommé ont encore le loisir d’aller jouer les plombiers chez les Erdoğan !

Dès lors, il a bien fallu que les spécialistes en viennent à d’autres explications plus crédibles et plus prosaïques, en se souvenant des querelles intestines qui ont affecté l’AKP et la mouvance au pouvoir, au cours de l’année écoulée. Rappelons que, depuis un peu plus d’un an, des dissensions importantes se sont manifestées au sein du gouvernement et du parti au pouvoir. Elles se sont traduites notamment par l’affaire du MIT qui avait vu un procureur s’en prendre directement aux proches du premier ministre, en particulier au chef du MIT, Hakan Fidan, en ordonnant son audition aux fins de l’entendre sur les contacts que ses services auraient eus avec le PKK, deux ans auparavant (cf. notre édition du 24 février 2012). Ces dissensions se sont également manifestées avec éclats, à l’occasion de la réforme de l’article 250 du Code de procédure pénale et de l’adoption du dernier paquet de réforme judiciaire, les proches de Fethullah Gülen au sein du parti au pouvoir s’opposant résolument à toute idée de remise en cause des procédures et instances spéciales permettant de juger les atteintes à la sécurité de l’Etat, qui ont conduit à l’ouverture des grands procès pour complot des dernières années (cf. notre édition du 11 juin 2012). Plus généralement, au cours de la seconde partie de l’année 2012, on a pu noter que les désaccords entre le président de la République et le premier ministre se sont multipliés, affectant des sujets variés, allant du maintien de l’ordre pendant les cérémonies de la fête nationale, le 29 octobre, jusqu’à la séparation des pouvoirs et l’opportunité de présidentialiser le régime politique turc.

De là à dire, cher lecteur, que la confrérie Fethullah Gülen est derrière cette nouvelle affaire d’espionnage, il n’y a bien sûr qu’un pas que nous ne franchirons pas pour l’instant, afin de ne pas céder aux sirènes de la nouvelle espionnite frénétique qui semble avoir saisi les milieux gouvernementaux. Une chose semble pourtant probable : c’est bien à l’intérieur de la mouvance au pouvoir qu’il faut chercher l’origine de ces coups tordus d’un nouveau genre. Depuis l’émission de télévision du 22 décembre, des sources semi-officielles ont révélé que le MIT avait en réalité levé le lièvre au mois de février et lancé une enquête de grande ampleur pour essayer de comprendre les raisons de la présence des fameux dispositifs d’écoute chez le premier ministre. L’information était néanmoins restée secrète jusqu’à ce qu’elle soit révélée par l’intéressé en décembre. Entretemps, on s’est employé à faire le ménage dans l’entourage de Recep Tayyip Erdoğan. Le 24 septembre dernier, j’avais relevé ce communiqué évoquant une restructuration complète de l’équipe des gardes du corps du premier ministre «afin de mieux assurer sa sécurité». Elle m’avait surpris par sa platitude suspecte. Tiens ! tiens ! tout s’expliquerait alors…

Un autre événement est venu croiser cette affaire d’espionnage gouvernemental : la libération après 682 jours d’incarcération du journaliste Soner Yalçın (fondateur du site d’information électronique OdaTV, connu pour ses positions hostiles au gouvernement). Car ce dernier s’est dit victime d’un complot qui viendrait des mêmes cercles que ceux qui ont espionné le domicile de Recep Tayyip Erdoğan. Il a affirmé également que les responsables de ces méfaits étaient ceux qui ont publié les vidéos intimes ayant eu raison de la carrière politique de Deniz Baykal (en 2010, cf. notre édition du 10 mai 2010) et de celle de plusieurs responsables du MHP (pendant la campagne des législatives de 2011). «Nous avons écrit sur eux. C’est pour cela qu’ils nous ont piégé en plaçant des virus dans nos ordinateurs», a expliqué sans détour Soner Yalçın. Le journaliste Ahmet Şık, qui préparait un livre sur les activités de la confrérie Gülen au moment de son arrestation, a lui aussi évoqué un piège similaire. Quant à Hanefi Avcı, l’ex-chef de la police d’Eskişehir, qui a été arrêté en 2010 dans le même genre d’affaire, son «crime» serait d’avoir publié un ouvrage détaillé sur la pénétration de police par les réseaux Fethullah Gülen, qui est devenu d’ailleurs un best seller depuis (Haliç’te Yaşayan Simonlar, cf. notre édition du 30 septembre 2010). Soner Yalçın est même allé jusqu’à parler en l’occurrence d’un «centre du mal», en estimant que le gouvernement était au courant de ces dérives et qu’il devrait les révéler.

En attendant, la découverte de micros chez le premier ministre a permis à l’opposition d’ironiser. Muharrem Ince, le leader du groupe parlementaire du CHP, s’est ainsi demandé comment un chef de gouvernement écouté pouvait prétendre garantir la liberté et le caractère confidentiel des communications de toute une nation. Pour notre part, cher lecteur, méditons, méditons, en ce début d’année, sur tout ce que peut signifier cette nouvelle révélation importante pour les évolutions en cours du système politique turc, et surtout prenons garde aux virus qui rôdent autour de nos ordinateurs !

Bonne année à toutes et à tous !

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *