Büyükanit part en campagne


Au propre comme au figuré, le Général Büyüanit, chef d’Etat major de l’armée turque est entré en campagne, le 12 avril, à l’occasion d’une conférence de presse très attendue, alors même que la Turquie a adressé un ultimatum à l’Irak pour lui demander de faire cesser les infiltrations de militants du PKK et que les débats provoqués par l’hypothèse de la candidature de Recep Tayyip Erdoğan à la présidence de la République sont de plus en plus tendus.
Pour le Général Büyükanit, une opération militaire doit être impérativement conduite derrière la frontière irakienne afin de détruire les camps d’activistes du PKK, mais cela requiert une « volonté politique », a-t-il expliqué en mettant le gouvernement et l’assemblée au pied du mur. Car ne nous y trompons pas ce départ en campagne ne concerne pas que l’Irak mais aussi l’autre campagne en cours… celle des présidentielles. L’Irak avait d’ailleurs déjà été, il y a peu, l’occasion d’une passe d’armes entre le Chef d’Etat-Major et le Premier Ministre. En effet, en février dernier, après avoir supporté le comportement un peu va-t-en guerre de l’AKP sur la question de Kirkouk, Yasar Büyükanit avait repris l’initiative à l’occasion d’une déclaration imprudente de Recep Tayyip Erdoğan qui avait estimé « envisageable une rencontre du gouvernement avec les groupes kurdes irakiens ». Infirmant cette déclaration du Premier Ministre, le Général avait souligné ensuite que son point de vue reflétait celui de l’autorité militaire et n’était pas un point de vue personnel.
Cette nouvelle tirade du Général sur l’Irak a donc, elle-aussi, des implications évidentes de politique intérieure. D’une part, elle replace l’armée au cœur du système, en particulier de la définition de la politique étrangère du pays, d’autre part elle met le gouvernement dans une situation difficile car une intervention en Irak aurait des conséquences imprévisibles sur les relations de la Turquie avec les Américains et les Européens. Mais il est clair que le Général n’en a cure car il n’a ménagé ni les uns ni les autres, accusant implicitement les premiers de soutenir les groupes d’activistes kurdes et reprochant aux seconds de provoquer la création de minorités artificielles en Turquie.
Toutefois, le chef d’Etat major s’est exprimé plus directement encore sur les futures élections présidentielles et il n’a pas hésité à dire qu’il souhaitait que le successeur d’Ahmet Necdet Sezer ait le profil de « quelqu’un dont les actes et pas seulement les dires soient pétris des valeurs fondamentales de la République, y compris de la laïcité ». Il a néanmoins refusé de se prononcer sur l’éventuelle candidature du Premier ministre ou de s’impliquer dans la querelle constitutionnelle sur le quorum de députés nécessaires à l’ouverture du processus électoral. En revanche, Yasar Büyükanit s’est exprimé sur la récente révélation de deux coups d’Etat mort-nés par la publication dans le magazine Nokta d’un témoignage attribué à l’Amiral Özden Örnek. Affirmant qu’aucune preuve n’existait de la véracité de ce témoignage et donc de la préparation de ces opérations, le Général a reproché à la Justice d’avoir ouvert inutilement une enquête sur cette affaire.
Tenant lui aussi une conférence de presse, le 12 avril, le président de la Grande Assemblée Nationale, Bülent Arinç, a balayé d’un revers de main l’argument de ceux qui, dans le sillage d’une déclaration faite la semaine dernière par le président du YÖK, prétendent que, pour pouvoir se tenir, l’élection présidentielle doit mobiliser au moins 367 députés. Rappelant que l’élection des trois précédents présidents (dans le cadre de la même constitution) n’avait pas été régie par une telle règle, Bülent Arinç a déclaré : « si le jour de l’élection, je vois 184 députés à l’Assemblée, j’ouvrirai la session ». Interrogé sur son éventuelle candidature, par ailleurs, le président de l’Assemblée a estimé qu’il y avait là une question de peu d’importance et a préféré s’en prendre à ses adversaires de « l’establishment » accusant le YÖK d’être devenu une instance politicienne et mettant en garde les participants à la manifestation qui doit se tenir, le 14 avril, à Ankara, pour rassembler les adversaires d’une éventuelle candidature de Recep Tayyip Erdoğan.
Avec la déclaration récente du Président du YÖK et ces deux conférences de presse, la campagne présidentielle turque a donc indiscutablement franchi une nouvelle étape pour entrer dans une période de turbulences marquée par un accroissement des tensions ambiantes. Dérapage contrôlé ou réelle escalade ? Le report par Recep Tayyip Erdoğan de la décision qu’il doit prendre sur sa candidature au 25 avril (la veille de la date limite des dépôts de candidatures), peut laisser penser que le suspens va se prolonger et gagner en intensité dans les prochains jours… affaire à suivre !


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 6 août 2013

    […] échouer en vain l’arrivée d’un membre de l’AKP au sommet de l’Etat (cf. nos éditions des 13 avril 2007 et 1er août 2007). L’élection d’Abdullah Gül à la présidence, en août 2007, fut donc le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *