Remaniement ministériel en Turquie

Un remaniement ministériel a eu lieu en Turquie, le 24 janvier dernier, affectant 4 ministères : ceux de l’Intérieur, de la Culture, de l’Education et de la Santé. Ce remaniement n’est qu’une demi-surprise, car il était annoncé depuis longtemps déjà. Lors de la préparation en 2012 du dernier congrès de l’AKP, qui avait vu Recep Tayyip Erdoğan se représenter pour un ultime mandat au terme des statuts de son parti, l’idée de renouveler les cadres gouvernants et de faire émerger une nouvelle génération, a été en permanence évoquée. Elle n’avait pourtant pas été suivie d’effets jusqu’à présent, en tout cas sur le plan gouvernemental. C’est donc chose faite et, même si ce remaniement n’est pas très spectaculaire, il n’en est pas moins chargé d’enseignements politiques.

Premier changement et non des moindres celui qui affecte le ministère l’Intérieur et qui voit Muammer Güler (photo à gauche) succéder à İdris Naim Şahin. Il faut dire que le second était sur un siège éjectable depuis un certain temps déjà. Ses propos sur la frappe meurtrière d’Uludere, laissant entendre que les victimes kurdes en l’occurrence, même si elles avaient survécu, auraient de toute façon fait l’objet de poursuites parce qu’elles se livraient à de la contrebande, avaient été jugés consternants jusqu’à l’intérieur de son parti. Ils avaient du coup obligé le premier ministre à monter au créneau et à faire de la surenchère pour essayer de sauver la face. Plus encore après ces déclarations malencontreuses, la tragédie d’Uludere est devenue le dossier noir de l’AKP (cf. notre édition du 30 décembre 2013). Eu égard à ce passif et aux développements plus récents de la question kurde, la nomination de Muammer Güler entend montrer que le parti au pouvoir a enfin trouvé la personne idoine pour ce poste. A son actif, l’homme pourrait  arguer de son expérience de terrain, ayant été gouverneur d’Istanbul entre 2003 et 2010, s’il ne trainait pas quelques gamelles, les défenseurs des droits de l’homme lui reprochant en particulier de n’avoir pas protégé, comme il l’aurait du, le journaliste arménien Hrant Dink, assassiné en janvier 2007, en pleine rue et en plein jour, à Istanbul. Toutefois, Muammer Güler a suivi par la suite le dossier kurde au sein du ministère de l’Intérieur et il est devenu en 2011 député de Mardin, sa ville natale, à l’occasion des dernières élections législatives. Autant de références qui peuvent s’avérer utiles si le processus d’İmralı se poursuit (cf. notre édition du 7 janvier 2013).

Autre arrivée remarquée dans l’équipe gouvernementale, celle d’Ömer Çelik (photo à droite), qui est un proche du premier ministre, dont il a été le conseiller en matière de politique étrangère. Député AKP d’Adana depuis 2002, il est spécialiste de relations internationales et considéré comme l’une des têtes pensantes du parti. Il va remplacer au ministère de la culture Ertuğrul Günay, en perte de vitesse depuis plusieurs mois, suite à des bévues comme celles qu’ont constituées sa décision de  privatiser les théâtres d’Etat et sa tentative de contrôler le contenu de leurs répertoires.

Les deux autres mouvements sont certes moins médiatiques, mais ils confirment un resserrement du gouvernement autour de la personne même du premier ministre, car ils ont bénéficié à deux autres proches du leader de l’AKP. À tout seigneur tout honneur : Nabi Avcı (photo à gauche), qui devient ministre de l’Éducation, est un universitaire qui a siégé dans le Conseil de gestion de TÜBITAK (l’équivalent du CNRS en Turquie) et qui a dirigé la commission nationale turque de l’UNESCO. Il semble que le portefeuille ministériel, auquel il accède enfin, récompense les efforts fournis par Nabi Avcı en qualité de président de la commission parlementaire de l’éducation pour faire aboutir, l’an passé, dans un contexte extrêmement tendu, la réforme du système éducatif turc, dite réforme des 3 fois quatre ans, et suspectée de vouloir réduire la durée effective de l’enseignement obligatoire effectif. Le nouveau ministre remplacera Ömer Dinçer, éreinté à la fois par la réforme précédemment citée et par plusieurs polémiques comme celles provoquées par ses tentatives répétées de porter atteinte aux jours fériés républicains (23 avril, 19 mai et 29 octobre) ou celles suscitées par les rumeurs faisant état d’une possible exclusion des programmes scolaires de classiques littéraires comme des «Souris et des hommes» de John Steinbeck.

Quant au renouvellement de Recep Akdağ par le député d’Edirne Mehmet Müezzinoğlu (photo à droite), il permet d’abord de se défaire de l’un des plus vieux ministres du gouvernement. Sans cesse maintenu à la tête du ministère de la santé, depuis 2002, et réputé conservateur, l’intéressé paye aussi probablement le fiasco de la réforme de l’avortement qui, après d’importantes manifestations en mai-juin dernier, avait du être retirée par le gouvernement (cf. notre édition du 5 juin 2012). Son successeur Mehmet Muezzinoğlu, issu de la minorité musulmane de Thrace orientale en Grèce, est un homme de l’appareil du parti et un fidèle du premier ministre.

Pour conclure, ce remaniement revêt donc toutes les apparences d’une reprise en main de l’équipe gouvernementale. Il permet au premier ministre de placer des hommes à lui à des postes à clefs en se débarrassant de personnalités réputées trop indépendantes (comme Etuğrul Günay ancien membre du CHP, souvent critique à l’égard de Recep Tayyip Erdoğan) ou de serviteurs déconsidérés (comme Idris Naim Şahin après l’affaire d’Uludere). Il est donc difficile de ne pas faire le lien entre ce nettoyage politique, particulièrement celui qui concerne le ministère de l’Intérieur, et la relance en cours des efforts pour trouver une solution politique à la question kurde. Toutefois, on peut parier également que ce remaniement n’est pas sans rapport avec les échéances électorales à répétition qui attendent l’AKP dans les trois ans qui viennent (élections locales et présidentielles de 2014, élections législatives de 2015).

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *