Du processus d’İmralı au «processus de paix»…

Le 16 février dernier, Recep Tayyip Erdoğan a une fois de plus plaidé en faveur des pourparlers en cours visant à résoudre la question kurde et à mettre un terme à la guerre civile larvée qui a fait plus de 40 000 victimes dans le sud-est de la Turquie depuis 1984. En déplacement à Mardin, la ville dont est originaire le nouveau ministre de l’Intérieur, Muammar Güler, le premier ministre a notamment déclaré à l’adresse des Kurdes :

«Nous en sommes arrivés à un moment où c’est maintenant à vous de parler. C’est à vous d’entrer dans le processus en cours. Nous attendons des avancées de votre part, particulièrement des mères. Nous nous attendons à ce que vous disiez ‘assez !’, en vous opposant à l’insidieux phénomène de la terreur.»

Rappelant qu’il était «plus difficile de faire la paix que de faire la guerre», Recep Tayyip Erdoğan a appelé le PKK à abandonner la lutte armée.

Le propos intervient au moment où l’on s’interroge sur l’avenir du processus de discussion engagé par le gouvernement turc depuis deux mois avec Abdullah Öcalan, le leader du PKK, qui purge une peine de prison à vie sur l’île d’İmralı, au large d’Istanbul. Lancé en décembre 2012, ce que l’on s’est mis à appeler le «processus d’İmralı» s’est mué, au cours des dernières semaines, en «processus de paix». Mais il est en permanence confronté à des défis redoutables.

Le premier d’entre eux a été la survenance, le 9 janvier 2013, de l’assassinat de 3 militantes kurdes du PKK à Paris. L’enquête n’a toujours pas permis d’élucider cette affaire, bien qu’un certain nombre de personnes aient été arrêtées par les autorités françaises. Plusieurs dizaines de milliers de Kurdes ont manifesté à Strasbourg, le 16 février, pour réclamer la libération du leader du PKK et demander à ce que ces assassinats ne tombent pas dans les oubliettes de l’histoire. Ce drame n’a pourtant pas enrayé le processus engagé et les négociations se sont poursuivies. Un nouveau déplacement de députés kurdes du BDP sur l’île d’İmralı, qui fait écho à celui qui a eu lieu le 3 janvier dernier, doit avoir lieu prochainement.

La procédure engagée en décembre, qui se poursuit, croise néanmoins d’autres sujets chauds de l’agenda politique turc, notamment la révision/renouvellement de la constitution. Depuis les dernières élections législatives qui ont été suivies par la mise en place au parlement d’une commission de conciliation, représentant les partis parlementaires de façon paritaire et chargée de rédiger le projet constitutionnel, les débats se sont enlisés. Le premier ministre a récemment annoncé qu’il donnait à la commission jusqu’à fin mars pour achever ses travaux, faute de quoi c’est le projet de l’AKP qui sera présenté au parlement. Cet ultimatum inquiète d’autant plus les partis d’opposition que le débat constitutionnel s’est complexifié avec le souhait du gouvernement de voir le renouvellement constitutionnel permettre l’instauration d’un régime présidentiel. Les dispositions constitutionnelles concernant la question kurde n’ont pas été examinées pour l’instant, mais on sait que les députés kurdes auront trois exigences fondamentales : la définition ouverte de la nation reconnaissant constitutionnellement l’identité kurde, le droit à l’éducation en langue maternelle, une forme de décentralisation voire d’autonomie reconnue sur le plan territorial. Au cours de la semaine écoulée, Kemal Kılıçdaroğlu, le leader du CHP et plusieurs observateurs se sont inquiétés d’une possible convergence dans le débat constitutionnel de l’AKP et du BDP, voire même d’une sorte de marchandage, le parti au pouvoir acceptant la décentralisation revendiquée par le BDP qui de son côté consentirait à soutenir les projets présidentialistes du premier ministre.

Quoi qu’il en soit, la question kurde et les dispositions constitutionnelles susceptibles de la résoudre divisent profondément le parti kémaliste où perdurent de fortes tendances nationalistes. Il y a 3 semaines, lors de l’adoption de la loi qui prévoit la possibilité pour des suspects de témoigner en kurde au cours de leur procès, une déclaration de la députée kémaliste d’Izmir Birgül Ayman Güler, estimant qu’on ne pouvait placer sur le même plan la nation turque et la nationalité kurde, a provoqué la démission de son parti du député CHP kurde d’Adıyaman, Salıh Fırat. Le 15 février dernier, Kemal Kılıçdaroğlu a essayé de calmer le jeu, en déclarant :

«Nous ne voyons pas les Kurdes et les Alévis comme des minorités, ils sont des éléments constitutifs de base de notre pays, mais les Kurdes et les Alévis restent confrontés à des problèmes.»

Rappelant qu’au début des années 1990, son parti avait été le premier à faire voter une loi pour lever l’interdiction de parler en kurde, il a reconnu que sa formation était divisée sur le règlement de la question kurde et que de fortes réticences continuaient à s’y exprimer. Pour sa part, le leader du MHP, Devlet Bahçeli, a accusé le premier ministre de brader les intérêts nationaux et d’avoir engagé un processus de dislocation de l’Etat turc.

Le processus d’İmralı paraît en mesure de surmonter ces conflits. Toutefois, la question est bien de savoir si les négociations en cours ne sont pas en train de se développer sur un malentendu. Le gouvernement a accepté de parler avec le PKK depuis 2 mois, comme il l’avait déjà fait d’ailleurs, certes clandestinement, en 2010-2011, à Oslo, après l’échec de «l’ouverture démocratique». Mais la «négociation» engagée est d’un genre très spécial, se déroulant avec un leader emprisonné dont on évalue mal jusqu’où il représente la cause kurde. Le PKK est-il devenu un acteur à part entière des débats ou bien n’est-il sollicité que pour obtenir un renoncement à la lutte armée sur lequel pourra s’appuyer par la suite une négociation véritable impliquant d’autres acteurs kurdes ? Même s’il ne s’agit pour l’instant que d’obtenir un renoncement à la lutte armée, cet objectif pourra-t-il être atteint sans modification des conditions de détention du leader du PKK ?

Pour leur part, les dirigeants de l’AKP ont fait beaucoup de promesses ces derniers jours, mais si leurs intentions ne sont pas que tactiques et visent effectivement à la résolution définitive de la question kurde, jusqu’où sont-ils prêts à aller dans les concessions ? Recep Tayyip Erdoğan a condamné le racisme et l’ultranationalisme il y  a quelques jours, mais est-il prêt à supprimer toute référence ethnique de la définition de la nationalité turque ? Le premier ministre a vanté à Mardin, la formation au sein de l’Université d’Artuklu de professeurs de kurde qui vont bientôt pouvoir diffuser leur savoir. Mais est-il prêt consentir à ce que les enfants kurdes reçoivent leur éducation initiale en kurde ? Enfin, bien que les dernières propositions des députés kurdes prévoient de respecter le caractère unitaire de l’Etat, elles n’en demandent pas moins l’élection de gouverneurs et d’assemblées régionales, ce qui constituerait une transformation majeure pour un Etat qui a toujours reposé sur une centralisation importante.

L’amorce d’un processus de règlement depuis le mois de décembre a surtout démontré qu’il existait de part et d’autre une forte volonté d’en sortir. Mais quant aux protagonistes officiels qui peuvent être ceux de la négociation, à la forme que pourrait prendre celle-ci et à son contenu, tout reste à faire pour que le processus d’İmralı devienne véritablement un «processus de paix».

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 3 mars 2013

    […] 16 février, le processus d’Imralı[2], successeur de la défunte « ouverture démocratique » censée apporter, via des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *