Question kurde : nouvelle tentative de sabotage du processus de règlement en cours ?

Imrali tutanaklari1La publication, le 28 février dernier, par le quotidien Milliyet d’extraits de l’entretien qu’a eu, avec Abdullah Öcalan, la délégation des 3 députés kurdes du BDP, le 23 février, a relancé les supputations sur les risques d’un sabotage du processus en cours pour tenter de résoudre la question kurde en Turquie.

Depuis le mois de décembre 2012, le gouvernement par l’intermédiaire de ses services de renseignement (le MİT), mène des pourparlers avec le leader du PKK qui purge une peine de prison à vie sur l’île d’İmralı, au large d’Istanbul. Ce processus baptisé «processus d’İmralı» a commencé à gagner en crédibilité, lorsque deux députés kurdes (Ahmet Türk et Aysel Tuğluk) se sont rendus, le 3 janvier, sur l’île avec l’accord du gouvernement, pour s’entretenir avec Abdullah Öcalan (cf. notre édition du 7 janvier 2013). Par la suite, en dépit de l’assassinat de 3 militantes du PKK à Paris, le 9 janvier (cf. notre édition du 15 janvier 2013), la volonté des principaux protagonistes impliqués dans la conduite du processus n’a pas faibli, débouchant le 23 février, sur l’envoi à İmralı d’une nouvelle délégation parlementaire kurde, composée de Pervin Buldan, Altan Tan et Sırrı Süreyya Önder, 3 députés du BDP. Le principal résultat de cette seconde visite a été l’annonce qu’une nouvelle délégation du BDP transmettrait prochainement au commandement du PKK, installé dans les monts Qandil en Irak du nord, une feuille de route élaborée par Abdullah Öcalan pour mettre un terme au conflit.

Le contenu du document publié par Milliyet

La publication de Milliyet confirme les éléments essentiels de cette feuille de route, qui avaient déjà été largement colportés par les médias après la rencontre du 23 février. Un cessez-le-feu devrait intervenir à l’occasion de la fête kurde de Newroz, le 21 Imrali tutanaklari2mars prochain, et les forces du PKK devraient avoir quitté la Turquie au mois d’août prochain. Ce n’est donc pas pour cette raison que le scoop de Milliyet a fait scandale et ravivé les craintes d’un sabotage du processus d’İmralı, mais parce que cette confirmation s’accompagne de révélations sur les propos qu’aurait tenus le leader du PKK pendant la rencontre du 23 février, et que le tout a été publié le jour même où la nouvelle délégation du BDP se trouvait en Irak du nord pour remettre la feuille de route d’Abdullah Öcalan au commandement de Qandil.

Le texte publié sur deux pages par Milliyet fait surtout état, en effet, de commentaires d’Abdullah Öcalan sur le processus en cours, qui sont susceptibles de provoquer un malaise dans l’opinion publique turque. Il indique, tout d’abord, le soutien total du leader kurde à la recherche actuelle d’une solution et notamment au rôle qu’ont joué à cet égard le MİT et Recep Tayyip Erdoğan. Il rapporte, ensuite, que le leader du PKK soutiendrait l’instauration d’un régime présidentiel en Turquie, susceptible de maintenir au pouvoir «Tayyip Bey» pour longtemps, à condition que l’AKP modère ses velléités hégémoniques sur le système, et que le régime présidentiel mis en place tende à ressembler à celui des Etats-Unis ; une remarque qui fait écho bien évidemment à l’idée que ceImrali tutanaklari3 régime nouveau pourrait être également fédéral ou en tout cas plus décentralisé que ne l’est la Turquie actuelle. Le texte publié par Milliyet révèle, enfin, que le leader du PKK aurait pointé du doigt la confrérie Gülen présentée comme un énorme pouvoir souterrain, manipulé par les Etats-Unis et par des ramifications nationalistes « anti-terroristes » de l’Etat turc, qui n’auraient cessé de s’en prendre au MİT et au gouvernement d’Erdoğan pour essayer de faire échouer les négociations en cours.

En bref, les propos attribués à Abdullah Öcalan, qui mettent en cause également deux journalistes du quotidien Taraf (Emre Uslu et Mehmet Baransu), accusés de s’être fait les porte-parole de la confrérie, tendent à accréditer l’idée d’une convergence objective entre le gouvernement et la cause kurde, le premier cherchant à obtenir les voix des députés kurdes pour faire passer au parlement sa réforme constitutionnelle instaurant un régime présidentiel, la seconde gagnant une reconnaissance politique et une décentralisation encore à définir. Abdullah Öcalan aurait, pour finir, mis en garde le gouvernement en lui conseillant de résoudre la question kurde, sous peine de se retrouver confronté à une véritable guerre menée par près de 50 000 militants, dans le contexte particulièrement dangereux qui est celui du Moyen-Orient actuellement.

Les réactions à la publication de Milliyet

Il n’en a pas fallu plus à Devlet Bahçeli, le président du MHP, pour dénoncer la «trahison» du gouvernement et «les Imrali tutanaklari4marchandages entre le premier ministre et le monstre d’İmralı». Pour le gouvernement, Ömer Çelik, l’actuel ministre de la culture et conseiller de politique étrangère écouté du premier ministre, a été le premier à réagir, en qualifiant de «spéculations» les révélations de Milliyet, et en assurant qu’au cours du processus en cours, le gouvernement n’avait jamais négocié les structures institutionnelles du régime politique turc. Pour sa part, dans sa chronique quotidienne publiée dans Star, le principal conseiller du premier ministre, Yalçın Akdoğan, a estimé que la publication de l’entretien du 23 février était typiquement l’œuvre de «saboteurs». Quant à la presse «güleniste», en particulier Zaman, elle voit dans la publication de ces propos une manœuvre de «l’Etat profond» ou tout au moins des partisans du «statut quo» (c’est-à-dire du maintien de l’Etat nationaliste kémaliste), et rappelle que certains secteurs de la presse turque ont souvent servi par le passé les intérêts factieux de ce pouvoir occulte qui serait à nouveau à la manœuvre dans le présent contexte. Les avocats de Fethullah Gülen se sont d’ailleurs empressés de rappeler que le Hodja avait été, dès le début, l’un des plus chauds partisans du processus d’İmralı.

Recep Tayyip Erdoğan a, quant à lui, à nouveau reproché au BDP de trop parler, accusant implicitement certains de ses membres d’être à l’origine de ces fuites. Des rumeurs ont par la suite laissé entendre que la divulgation du contenu de l’entretienImrali tutanaklari5 du 23 février viendrait de milieux radicaux du parti kurde, hostiles à la solution qui est en train de dessiner. Le co-leader du BDP, Selahattin Demirtaş a vigoureusement démenti ces assertions, mais il a annoncé qu’il allait lancer une enquête pour savoir comment un tel document avait pu être publié dans la presse. Alors même qu’il se trouve actuellement en Irak du nord (ayant fait parti de la délégation qui a convoyé la lettre d’Öcalan au commandement du PKK), Selahattin Demirtaş a voulu aussi rassurer le gouvernement, en déclarant :

«Pour dire les choses clairement ; bien que nous ayons de nombreuses critiques à l’égard du premier ministre et que nous ayons aussi des inquiétudes et des suggestions à faire sur le processus en cours, tout le monde doit être convaincu que nous ne nous engagerons jamais dans une conspiration contre le premier ministre, qui a dit qu’il était près à boire la ciguë pour aboutir à une solution.»

Reprochant aux partis d’opposition CHP et MHP de ne pas soutenir le processus en cours, le 27 février dernier, Recep Tayyip Erdoğan, pour marquer sa détermination à poursuivre le processus en cours, avait en effet déclaré qu’il était prêt à touts «même à boire la ciguë»s pour que la paix revienne dans le pays.

Quel avenir pour le processus d’İmralı ?

En tout état de cause, cette fuite, sans être alarmante, est préoccupante pour le processus en cours. Son contenu, tout en étant Imrali tutanaklari6manifestement arrangé et incomplet, corrobore des propos et des comportements plausibles du leader du PKK ; ce qui a manifestement troublé les membres du gouvernement comme ceux du BDP. Répondant aux suspicions de règlement de comptes internes dans l’affaire du triple assassinat de Paris, Abdullah Öcalan avait en effet dénoncé les dissensions internes du gouvernement, et déjà accusé la confrérie Gülen d’avoir le coup, rappelant qu’elle s’en était prise au MİT au cours de l’année précédente et en particulier à son chef Hakan Fidan (qui a négocié avec le leader kurde). Quoi qu’il en soit, cette fuite et le malaise qu’elle a engendré, révèlent la précarité et la trop grande improvisation dont souffre le processus engagé depuis le mois de décembre.

Toutefois, ce nouvel incident ne paraît pas devoir porter atteinte aux négociations engagées, et sans doute aura-t-on une fois de plus la preuve à cette occasion que les deux principaux protagonistes du processus d’Imralı, le gouvernement et la partie kurde, ont une réelle volonté d’aboutir. Mais, cette fuite et ses conséquences rappellent que pour que leur initiative soit durable, les deuxImrali tutanaklari7 acteurs devraient impérativement s’entendre sur une stratégie commune de communication qui conforterait la confiance que l’on peut avoir dans le processus en cours. La publication du contenu de l’entretien du 23 février sur l’île d’İmralı avive d’autant plus l’inquiétude que l’organisation et le compte rendu de la visite qu’ont faite les 3 députés du BDP au leader du PKK, ont été entourés de trop nombreuses incertitudes : difficulté à désigner les membres de la délégation, déception finalement sur le nom des participants (qui n’ont pas été les personnalités les plus en vue du BDP), communication confuse sur les résultats de l’entretien et ses conséquences. On comprend que le premier ministre turc ait pu recommander aux différents acteurs du processus de tenir leur langue, mais ils ne peuvent pour autant rester totalement silencieux.

Or, le problème est que cette impossibilité à communiquer ensemble cache peut-être une difficulté à s’accorder sur le fond quant aux objectifs ultimes du processus. Suite à l’enlisement de la tentative d’ouverture démocratique kurde de 2009, toute la question pour le gouvernement était de faire entrer le PKK dans le processus de règlement, sans avoir l’air de négocier officiellement avec lui. Il y est parvenu en rencontrant d’abord officieusement l’organisation rebelle à l’étranger en 2010-2011 (processus d’Oslo), puis en parlant avec son chef, prisonnier au large d’Istanbul à la fin 2012 (processus d’İmralı), avant d’associer, en 2013, à ces démarches le parti parlementaire kurde. Ainsi officiellement le gouvernement s’est-il contenter d’obtenir un arrêt des combats en offrant à la guérilla kurde l’opportunité de se retirer librement du territoire turc et en laissant entendre que la reconnaissance politique du fait kurde se poursuivrait, en particulier dans le cadre de l’élaboration de la nouvelle constitution. De fait, désormais il s’agit de savoir quel sera le contenu du règlement ultime. En s’abstenant d’en parler et avançant voilé, le gouvernement pense sans doute gagner du temps et ménager les susceptibilités, mais cette stratégie des petits pas peut aussi prêter le flanc à de multiples entreprises de dénigrement, voire de sabotage…

JM


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 5 mars 2013

    […] marchandage entre le leader du PKK et le gouvernement pour parvenir à une fin des combats (cf. notre édition du 2 mars 2013), les responsables politiques des deux bords n’ont cessé d’affirmer, au cours du week-end, que […]

  2. 6 mars 2013

    […] " La publication, le 28 février dernier, par le quotidien Milliyet d’extraits de l’entretien qu’a eu, avec Abdullah Öcalan, la délégation des 3 députés kurdes du BDP, le 23 février, a relancé les supputations sur les risques d’un sabotage du processus en cours pour tenter de résoudre la question kurde en Turquie. "  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *