Le dérapage de Vienne sur le sionisme et les évolutions de la politique étrangère turque

3 mars 2013
Par

erdogan sionism1Les propos tenus par Recep Tayyip Erdoğan, le 27 février dernier, assimilant le sionisme à un crime contre l’humanité, ont largement porté ombrage à la visite que le nouveau secrétaire d’Etat des Etats-Unis, John Kerry a effectuée en Turquie, les 1er et 2 mars 2013. Difficile de croire pour autant que le premier ministre ait cédé en l’occurrence à une pulsion et se soit laissé emporter par son élan…

Participant la semaine dernière au 5e Forum de l’Alliance des civilisations (un programme des Nations Unies que Recep Tayyip erdogan sionism2Erdoğan a largement contribué à porter sur les fonds baptismaux avec José Luis Zapatero, l’ex-président du gouvernement espagnol, suite à l’émotion provoquée par l’attentat d’Al Qaida contre la gare d’Atocha, en mars 2004), le premier ministre turc n’a pas hésité à déclarer : « Comme pour le sionisme, l’antisémitisme et le fascisme, on doit maintenant considérer l’islamophobie comme un crime contre l’humanité.” Comme on pouvait s’y attendre, cette déclaration a suscité une vive réaction du premier ministre israélien, qui l’a qualifiée de «sombre, mensongère et d’un genre que l’on croyait révolu dans ce monde». Mais, elle a aussi été l’objet d’une critique sévère du secrétariat des Nations Unies qui a estimé qu’elle contredisait «les principes mêmes qui ont fondé l’Alliance des civilisations.»

La réaction de John Kerry

Pour leur part, les Etats-Unis ont d’abord fait savoir qu’ils jugeaient les propos de Recep Tayyip Erdoğan «faux et offensants», avant que John Kerry ne vienne à Ankara enfoncer le clou, lors de sa première visite en Turquie, en qualité de secrétaire d’Etat. erdogan sionism3Le 1er mars, lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue Ahmet Davutoğlu, John Kerry a en effet déclaré que non seulement son pays était en désaccord avec la déclaration de Vienne, mais qu’il la jugeait «inacceptable». Le chef de la diplomatie américaine a par ailleurs réaffirmé que Washington souhaitait qu’Israël et la Turquie parviennent à restaurer des relations diplomatiques normales, mais il a convenu que cette entreprise serait beaucoup plus difficile après la déclaration faite par le premier ministre à Vienne, qui selon lui, handicapera aussi plus généralement les efforts de paix et de stabilité au Moyen-Orient. Cette condamnation a été, de surcroît assortie, d’un appel à veiller au respect de la liberté d’expression, un sujet qui a récemment provoqué des frictions entre le gouvernement turc et l’ambassadeur américain en poste à Ankara.

La réaction du secrétaire d’Etat aux propos tenus par le premier ministre turc à Vienne a donc fait ainsi passer au second plan les autres points de l’ordre du jour de sa visite, en particulier la question de la crise syrienne qui devait pourtant occuper une place centrale, au moment même où les Russes ont annoncé de nouvelles ouvertures, et où Vladimir Poutine et Barack Obama ont eu un échange téléphonique pour convenir qu’il fallait avancer dans la recherche d’une solution.

L’impossible restauration des relations turco-israéliennes

Mais plus généralement, ce nouveau dérapage de Recep Tayyip Erdoğan amène à s’interroger sur l’évolution de la politique étrangère turque. Beaucoup d’experts estiment en effet qu’une logique diplomatique nouvelle prévaut depuis les printemps arabes et la crise syrienne. Elle verrait revenir vers l’OTAN une Turquie, qui a accepté le bouclier antimissile américain et demandé l’installation sur son territoire de missiles «Patriot» pour se protéger de la Syrie, deux affaires qui ont provoqué l’ire de l’Iran et de la Russie. Un tel retour vers l’ouest voudrait donc qu’Ankara s’attache à restaurer ses relations avec Israël, fortement compromise par l’opération « Plomb durci » à Gaza, le «one minute» de Davos et finalement l’arraisonnement meurtrier duerdogan sionism4 «Mavi Marmara». Or, depuis ce grave incident, la Turquie attend toujours des «excuses officielles» de Tel Aviv, et ne veut pas en démordre.

Cette impasse n’a pas découragé pourtant les initiatives visant à rapprocher les deux pays. Depuis 2010, des contacts officieux ont régulièrement eu lieu, la dernière tentative étant intervenue, au début du mois de février à Rome. Par ailleurs, des officiels israéliens ont plusieurs fois fait des avances, qui ont cependant été le plus souvent minées par leurs désaccords internes. De toute évidence, en effet, si les travaillistes sont prêts à aller très loin pour restaurer de bonnes relations avec Ankara, le premier ministre israélien actuel est moins enthousiaste. On a pu encore le constater à l’occasion d’une récente proposition d’Ehoud Barak. Le ministre israélien de la défense (sur le départ) a proposé de présenter lui-même les fameuses excuses. Endossant la responsabilité de l’arraisonnement du «Mavi Marmara» commis par ses troupes, il entendait ainsi éviter au président et au premier ministre israélienn«d’aller à Canossa». Mais ce stratagème, que les Turcs n’auraient d’ailleurs peut-être pas accepté, n’a pas été validé par Benyamin Netanyahou.

D’autres indices plus concrets ont néanmoins relancé les expectatives. A la fin 2012, Ankara a levé son véto à la participation d’Israël aux manœuvres de l’OTAN, et plus récemment une entreprise israélienne a été autorisée à livrer à la Turquie un dispositif électronique qu’elle produit et qui doit équiper des avions AWACS récemment acquis par la Turquie.

Parapluie occidental et postures «néo-tiers-mondistes»

Pourtant la logique qui voudrait que le nouveau contexte qui prévaut depuis 2011 rapproche la Turquie de ses alliés de l’OTAN et l’incite à renouer avec Israël, se heurte en réalité à d’autres impératifs pour la diplomatie turque. Les printemps arabes et particulièrement la crise syrienne ont remis en cause les équilibres existant au Proche-Orient, ébranlant la politique de bon voisinage d’Ahmet Davuğlu. La Turquie s’est brusquement retrouvée confrontée à la méfiance, voire à l’hostilité de l’Iran et de la Russie, ce qui l’a conduite à renouer avec ses alliés occidentaux, dans un contexte où de surcroît la question nucléaire iranienne accroissait encore le contexte d’insécurité ambiant. Pour autant, la Turquie n’en est pas revenue subitement à sa diplomatie pro-occidentale de la guerre froide.

C’est ce qui explique que les démarches répétées du gouvernement israélien pour essayer de restaurer ses relations avec le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan aient généralement tourné court depuis deux ans. En acceptant d’assouplir les erdogan sionism5conditions qu’elle a posées au rétablissement de relations diplomatiques normales avec l’Etat hébreu, la Turquie ruinerait probablement une partie du prestige qu’elle a acquis ces dernières années au sein du monde arabe. Et cela, au moment même où elle a entrepris de se rapprocher des pays où les soulèvements ont abouti à la chute des dictatures existantes. Au mois de septembre 2011, Recep Tayyip Erdoğan a réalisé une tournée remarquée en Égypte, en Tunisie et en Libye, où il a été accueilli chaleureusement. En octobre 2012, le vice-premier ministre, Ali Babacan, a annoncé l’octroi de prêts importants à l’Égypte, la Libye, la Tunisie et le Yémen. Ainsi d’une part, se confirme une convergence entre la Turquie, les monarchies du Golfe et les nouveaux régimes musulmans (voire islamistes) issus des transitions politiques, qui ont suivi les «printemps arabes». D’autre part, on observe que le gouvernement turc maintient sa stratégie multidimensionnelle de pays émergent qui le voit développer sa présence économique et diplomatique sur de nouveaux continents (Afrique, Amérique latine… cf. en particulier notre édition du 11 octobre 2012), et ne pas manquer une occasion de s’en prendre au système international et à ses principales organisations (ONU, FMI…). S’exprimant notamment le 9 novembre 2012, lors d’un forum international à Bali, Recep Tayyip Erdoğan, a brocardé le Conseil de Sécurité des Nations Unies après avoir constaté en particulier l’impuissance de ce dernier face à la crise syrienne, avant de conclure que décidément «le destin du monde ne pouvait pas dépendre des cinq membres permanents» de cette instance. Plus récemment, au début de l’année 2013, alors même que les «Patriot» de l’OTAN étaient en cours d’installation sur la frontière syrienne, Recep Tayyip Erdoğan, qui visitait le mémorial de l’esclavage sur l’île de Gorée lors d’une tournée au Sénégal et dans 2 autres pays africains, n’a pas hésité à déclarer : «Vous voyez, c’est ça l’impérialisme occidental. Ils ont fait cela par cruauté.» (cf. notre édition du 25 janvier 2013)

Il est donc clair que, si la Turquie n’a pas tourné le dos aux atouts dont elle bénéficie du fait de ses alliances occidentales, elle n’entend pas pour autant abandonner le discours «néo-tiers-mondiste» et «anti-israélien» qui lui a si bien réussi à la fin deserdogan sionism6 années 2000, une époque où elle proposait aussi aux côtés du Brésil une solution au dossier nucléaire iranien, se présentant comme une alternative aux sanctions occidentales. Une telle démarche lui permet de consolider ses succès économiques au Moyen-Orient et en Afrique, mais elle peut aussi l’aider à renforcer son rayonnement politique international. Ainsi est-il probable qu’elle n’est pas sans rapport également avec sa candidature à un nouveau mandat de membre non-permanent au Conseil de Sécurité de l’ONU ; une candidature que le sous-secrétaire d’Etat soudanais aux Affaires étrangères, Sous Rahamtalla Osman, se disait récemment prêt à soutenir, en affirmant que la Turquie était, selon lui, l’un des rares pays qui considère les événements en Afrique «objectivement» et «sans arrière-pensée». Nul doute que le dernier dérapage de Recep Tayyip Erdoğan à Vienne n’est pas fait pour déplaire, non seulement au Soudan, mais aussi à d’autres pays qui seraient tentés de soutenir la candidature d’Ankara au Conseil de sécurité des Nations Unies.

JM

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Posté dans : Moyen-Orient, Politique étrangère

Laisser un commentaire

Archives


Carnets de recherche