Visite du Premier ministre grec Samaras à Istanbul : l’instauration d’un climat de confiance entre Athènes et Ankara ?

Greek_flag-AcropolisLe 4 mars 2013, le Premier ministre grec Antonis Samaras, accompagné d’une délégation de ministres et d’hommes d’affaires, s’est rendu à Istanbul dans le cadre du Forum d’Affaires gréco-turc et du deuxième « Haut-Conseil de Coopération gréco-turc », un conseil intergouvernemental créé en 2010 dans le but de renforcer les relations entre les deux pays (au sujet de la première réunion de ce Conseil, lire notre édition du 15 mai 2010). Il y a rencontré le Président de la République Abdullah Gül ainsi que son homologue turc Recep Tayyip Erdoğan. Cette visite a permis la signature de vingt-cinq accords dans de nombreux domaines, de l’agriculture à la défense en passant par le tourisme ou encore les télécommunications. La venue d’A. Samaras marque une avancée dans le rapprochement entre la Grèce et la Turquie, amorcé depuis les années 1990. Les dirigeants turcs ont souligné l’importance du partenariat avec leur voisin grec, partenariat qualifié de « stratégique » par le Premier ministre turc. Ainsi, ils ont rappelé que la Grèce est le cinquième investisseur en Turquie et que le volume d’échanges commerciaux entre les deux pays, en pleine expansion malgré la crise grecque, a presque atteint les 5 milliards de dollars en 2012. Ce Conseil prouve la volonté de renforcer les relations gréco-turques malgré les mésententes.

La Turquie et la Grèce ont en effet de nombreux différends, qui remontent à la création même de la République de Turquie, en 1923. Tout d’abord, l’histoire commune des peuples grecs et turcs a mené à l’existence de groupes minoritaires turcs en Grèce et grecs en Turquie, malgré l’échange de population survenu suite au traité de Lausanne de 1923. Ces populations, les orthodoxes de Turquie d’une part et les musulmans de Thrace occidentale d’autre part, sont aujourd’hui encore un sujet très délicat dans les relations entre les deux États. Ces derniers sont en effet sensibles à la condition de vie de leurs compatriotes. La Turquie voudrait voir la construction d’une mosquée à Athènes, où vivent de nombreux Turcs, tandis que la Grèce milite pour la réouverture de l’école théologique de Halki, située sur l’une des îles aux Princes, au large d’Istanbul, fermée en 1971. Les avancées sur ce sujet sont lentes, les deux pays usant du principe de réciprocité : « si vous faites un pas en avant, nous en ferons un ». Mais cette stratégie, qui consiste à attendre que l’autre face le premier mouvement, s’est souvent soldée par l’immobilisme des deux États. Toutefois, la réouverture d’Halki semble en bonne voie ; en janvier 2013, la Turquie a restitué au Patriarcat œcuménique de Constantinople 190 hectares de forêts entourant l’institut théologique.

Le conflit le plus connu et médiatisé est sans aucun doute la question chypriote. En 1960, l’île, jusqu’alors sous contrôle britannique, accède à l’indépendance. Un système d’administration et de gouvernement dit « bicommunautaire » est instauré, donnant à chaque communauté, grecque et turque, autant de poids alors même que les Turcs ne représentent que 20% de la population totale de l’île. Rapidement, la situation politique se détériore, et la cohabitation entre les deux communautés devient de plus en plus difficile. En 1974, suite à un putsch dirigé par la junte militaire en place à Athènes, des troupes turques débarquent à Chypre, avec pour but proclamé de protéger les populations musulmanes et d’éviter le rattachement de Chypre à la Grèce. En 1975, la séparation entre les deux communautés devient totale : l’État fédéré turc de Chypre, qui deviendra la République Turque de Chypre du Nord est unilatéralement proclamé ; elle est uniquement reconnue à ce jour par la Turquie. Depuis, la partition de l’île se maintient, malgré les tentatives de médiation des Nations Unies et l’intégration de Chypre à l’Union européenne. Récemment, la découverte d’immenses réserves d’hydrocarbures offshore au large de l’île à la suite d’explorations commandées par le gouvernement chypriote a ravivé les tensions. R.T. Erdoğan a ainsi affirmé que les réserves de gaz et de pétrole devraient être réparties en parts égales entre Chypriotes grecs et Chypriotes turcs. Le conflit chypriote est ainsi loin d’être réglé. Cependant, l’élection en février 2013 de Nicos Anastasiades à la présidence de la République de Chypre amène un nouvel espoir. Ce dernier avait en effet soutenu le plan de réunification de l’ONU en 2004, rejeté par la communauté grecque de l’île mais approuvé par la communauté turque.

Un autre conflit, moins connu mais d’une importance stratégique considérable, est celui portant sur la répartition de la souveraineté en mer Égée. Ce différend est relatif non seulement à la souveraineté sur la mer, mais également sur les fonds marins (donc éventuellement sur les hydrocarbures) et sur l’espace aérien. Des incidents entre les deux pays ont ainsi éclaté en 1974 lorsque, en pleine crise chypriote, la Turquie a accordé à la TPAO (la Société nationale turque des pétroles) des permis pour explorer les fonds marins dans des territoires que la Grèce considère comme siens. La Grèce reproche également à la Turquie de violer régulièrement son espace aérien, qui s’étend jusqu’à 10 miles, ce que la Turquie conteste. En effet, elle considère que son espace aérien ne doit pas dépasser les 6 miles depuis la côte. Enfin, le dernier aspect de ce conflit égéen est la contestation de la souveraineté grecque sur certains rochers, proches des côtes turques. En effet, selon le pays auquel appartiennent ces rochers, les frontières des eaux territoriales et du plateau continental varient, et chaque pays cherche à maximiser l’espace où s’exerce sa souveraineté.

Quelques allusions à ces sujets délicats ont bien été faites, comme par exemple la déclaration d’A. Samaras rappelant que la Grèce respecte le droit international, sous-entendant ainsi que la Turquie est en tort dans le dossier égéen. Quant à Tayyip Erdoğan, il a déclaré qu’il fallait tout simplement « enterrer le problème chypriote dans l’histoire ». L’évitement de ces questions sensibles a toutefois permis de préserver le fragile équilibre qui semble s’être installé entre les deux voisins, voire de renforcer leurs relations. Cette « stratégie de l’autruche », qui consiste à éviter les sujets conflictuels, permet, à défaut de régler ces derniers, du moins d’installer un climat de confiance entre les deux Etats méditerranéens. Il semblerait que cela ait d’ailleurs été l’un des objectifs de cette rencontre ; R.T. Erdoğan a dit ainsi espérer qu’avec de la « bonne volonté, de la sincérité et de la coopération » ils pourraient « faire avancer la Turquie et la Grèce vers la stabilité et la sécurité ». Cette rencontre envoie un signal fort, montrant que, sans ignorer leurs divergences, la Grèce et la Turquie peuvent renforcer leur relation. Les deux voisins ont l’espoir que l’augmentation de leurs échanges favorisera l’émergence d’un climat de confiance nécessaire à la résolution durable de leurs conflits. Mais ce processus s’inscrit dans le temps long. Le Premier ministre turc a ainsi reconnu qu’ils n’avaient fait que « poser des fondations ». Beaucoup reste encore à accomplir pour normaliser les relations gréco-turques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *