La Turquie demande des explications à la Jordanie sur ce qu’aurait dit le roi Abdallah de Recep Tayyip Erdoğan

Jordan King vs RTE1Sous le titre «Monarch in the Middle», le magazine américain The Atlantic consacre un long article de sa dernière édition à la Jordanie, et en particulier à son souverain, Abdallah II. À partir d’une récente interview de celui-ci, l’article en question se propose de comprendre la nouvelle configuration du Moyen-Orient au travers du petit royaume hachémite, qui apparaît comme le plus proche allié des Etats-Unis, au cœur  d’une région désormais largement dominée par des régimes islamistes plus ou moins radicaux. Jusqu’ici tout va bien… Le problème est que le souverain n’a apparemment pas résisté à l’envie de se lâcher un peu sur les nouvelles figures de proue de ce Moyen-Orient recomposé, et que «Tayyip Bey» n’est pas le dernier à faire les frais de ces considérations géopolitiques, voire carrément politiques

Ainsi le leader de l’AKP, plus que comme l’inventeur génial d’un modèle qui siérait désormais aux pays de la région en cours de transition, est-il purement et simplement dépeint comme le promoteur d’un islamiste soft qui conçoit laKRAL SAYGI DURUSU SIRASINDA AGLADI démocratie comme un trajet en autobus que l’on interrompt promptement en descendant au premier arrêt ! Le magazine américain estime d’ailleurs que le roi Abdallah reste méfiant pour cette raison à l’égard du premier ministre turc. Nombre de commentaires n’ont pas manqué de mettre en rapport ces propos peu amènes avec les larmes «suspectes» qu’avaient versées le chef de l’Etat jordanien sur le mausolée d’Atatürk à Ankara, lors de sa récente visite officielle en Turquie. Les dirigeants turcs ne s’étaient pas formalisés de cet excès de zèle dès lors qu’il ne prenait pas une dimension séculariste et s’accompagnait de considérations sympathiques vantant le nouveau rôle de la Turquie au Moyen-Orient. Il n’en va plus de même si le petit roi écorne la grande icône de islam politique turc, sans oublier de s’en prendre à son nouveau disciple, l’Égyptien Mohamed Morsi…

Car le Frère Morsi, qui prétend «faire en une nuit» ce que l’AKP «a mis 6 ou 7 ans à réaliser», en prend aussi sérieusement pour son grade ! Au-delà de ces considérations politiques, le roi se dit surtout déçu par le manque de flair stratégique du leader égyptien, en lui reprochant de faire une fixation sur Israël et de n’avoir décidément pas réussi à convaincre le Hamas de reprendre le processus de paix, parce qu’il semble croire obstinément que «les Israéliens ne bougeront pas.». Or pour Abdallah II, «qu’ils bougent ou pas, nous restons à devoir vivre avec le Fatah et le Hamas face-à-face… alors même que nous devrions chercher à sortir cette impasse palestinienne.» En réalité, le nouveau Raïs n’en aurait cure, et le roi aurait plusieurs fois répété à l’auteur de l’article que «ce type manque d’étoffe» ; un reproche que le chef du gouvernement turc risque de ne pas apprécier non plus, lui qui a fait de la rhétorique anti-israélienne son cheval de bataille depuis le fameux «One minute !» de Davos.

Décidément la Jordanie ne paraît pas tellement plus à l’aise dans le nouveau Moyen-Orient que dans les précédents. Créé en 1923 pour respecter les promesses faites par Londres au roi Hussein Ibn Ali, lors de la révolte arabe contre l’Empire Jordan King vs RTE3ottoman, l’Émirat hachémite de Jordanie, a en fait coupé en deux le mandat britannique sur la Palestine établi en 1920, l’autre partie allant au «foyer national juif». Pendant la Deuxième  guerre mondiale, la Légion arabe jordanienne, bien connue des lecteurs de Tintin, et dirigée par le général anglais John Bagot Glubb, alias Glubb Pacha, prête main forte aux troupes britanniques, notamment en Irak. Le rôle controversé de Glubb lors de la guerre israélo-arabe de 1948 achève de conférer au Royaume hachémite, devenu indépendant en 1946, une réputation de cheval de Troie des Anglo-Saxons au Proche Orient, qui ne l’a pas quitté depuis, et que l’article du magazine The Atlantic ne manquera de conforter. On y relèvera notamment que même les Frères jordaniens semblent saisis par cette influence d’Outre-Manche, nourrissant une vision très burkienne de la Révolution française, qui les amène comparer celle-ci et ses effets «viraux» aux «printemps arabes» susceptibles de «contaminer» tous les Anciens Régimes orientaux, y compris le Jordanien, comme la Prise de la Bastille avait en son temps ébranlé toute l’Europe… A l’opposé, on ne s’étonnera pas que le roi Abdallah ait pu souhaiter pour son fils un trône aimé de ses sujets et aussi solide que celui sur lequel est assise depuis plus d’un demi siècle la Reine Elizabeth. God save the Queen and the King, donc.

Pour l’heure, les diplomates jordaniens ont promis d’expliquer les propos de leur souverain sur Recep Tayyip Erdoğan à leurs homologues turcs. Sans doute les mots d’Abdallah II auront-ils été mal compris et sortis de leur contexte. Même si le sable du Wadi Rum est presqu’aussi blanc que les falaises de Douvres, la perfidie de l’élève ne saurait égaler celle du maître.

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30 août 2013

    […] la Jordanie dont le souverain prend une posture de plus en plus condescendante à l’égard du «modèle turc» et les pays du Golfe (Arabie Saoudite, Emirats notamment) qui menacent de ralentir, ces derniers […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *