Après les excuses d’Israël à la Turquie, quelles perspectives pour le Proche-Orient ?

The cruise liner Mavi Marmara arrives at the port of IstanbulOn y croyait plus ! A l’issue d’un appel téléphonique de son chef de gouvernement  à son homologue turc, le 22 mars dernier, Israël a présenté des excuses officielles à Ankara pour l’arraisonnement meurtrier du Mavi Marmara, et consenti à indemniser les victimes de ce drame qui avait sérieusement compromis les relations entre les deux pays (cf notre édition du 31 mai 2010). Recep Tayyip Erdoğan a accepté les excuses de Benyamin Netanyahou au nom du peuple turc, le jour même et a confirmé sa satisfaction le lendemain lors d’un discours à Eskişehir où il se trouvait pour inaugurer la nouvelle ligne de TG Eskişehir-Konya. Il a en outre regretté la détérioration des relations avec Tel-Aviv, qu’il a décrites comme «vitales et stratégiques pour la paix et la stabilité» du Proche-Orient. De son côté, Benyamin Netanyahou a dit avoir apprécié que le leader de l’AKP ait clarifié la déclaration faite au récent sommet de l’Alliance des civilisations, au cours de laquelle il avait affirmé que le sionisme (comme l’antisémitisme et l’islamophobie) constituait «un crime contre l’humanité» (cf. notre édition du 3 mars 2013). Il a également annoncé la levée de plusieurs restrictions à la circulation des personnes et des biens dans les territoires palestiniens, Gaza incluse. Plus généralement, les deux hommes ont souhaité que leurs pays puissent restaurer leurs relations diplomatiques, qui sont actuellement réduites au rang de deuxième secrétaire.

La dégradation des relations turco-israéliennes

La dégradation des relations entre Ankara et Tel-Aviv remonte au début de l’année 2009. En 2008, pourtant, la Turquie avait encadré des pourparlers indirects entre Israël et la Syrie de Bachar el-Assad afin de parvenir à ce que Damas signe une paix séparée avec l’Etat hébreu, comme l’Egypte et la Jordanie. L’affaire avait tourné court non seulement parce que le gouvernement d’Ehoud Olmert n’était alors plus qu’intérimaire, mais également parce qu’il avait pris l’initiative de lancer fin 2008, une offensive militaire contre la bande de Gaza. Le déclenchement deShimon Peres, Recep Tayyip Erdogan l’opération «Plomb durci», quelques heures après une visite du premier ministre israélien en Turquie et sans que le gouvernement turc en ait été informé, avait été vécu par Recep Tayyip Erdoğan comme une véritable humiliation. Cet enchainement avait concouru à ce qu’on allait appeler le «One minute !» de Davos, qui avait vu, un mois plus tard, le premier ministre turc apostropher sans ménagement le président israélien, Shimon Peres, et s’assurer une sérieuse popularité dans le monde arabe (cf. notre édition du 2 février 2009).

Par la suite les relations turco-israéliennes n’ont cessé de se détériorer sous l’effet de petits incidents comme la réception cavalière par le vice-ministre israélien des affaires étrangères de l’ambassadeur turc à Tel-Aviv, en janvier 2010 (cf. notre édition du 14 janvier 2010) et de différends à répétition au sujet de livraison d’armements. Toutefois, les relations économiques entre les deux pays avaient paru dans un premier temps surmonter tous ces aléas. Le 30 mai 2010, l’arraisonnement par un commando de marine israélien du navire de l’organisation humanitaire turque islamique IHH, qui avait bravé le blocus de Gaza, allait néanmoins endommager durablement les relations turco-israéliennes, 9 militants turcs ayant trouvé la mort, au cours de ce fiasco. Depuis, toutes les tentatives s’étaient révélées vaines pour recoller les morceaux, un rapport d’enquête de l’ONU ne parvenant qu’à des conclusions mitigées qui n’avaient fait qu’exacerber l’animosité entre les deux anciens partenaires (cf. notre édition du 3 septembre 2011).

Au cours de ces trois dernières années, les relations diplomatiques entre les deux pays n’ont pourtant pas été rompues et des contacts confidentiels ont régulièrement tenté de trouver une solution. Le gouvernement israélien a plusieurs fois essayé de présenter des regrets à minima. Il apparaissait en outre, comme d’habitude, très divisé, sur le sujet, la gauche préconisant une réconciliation rapide, tandis que la droite, voire l’extrême-droite, notamment l’ex-ministre des affaires étrangères Avigdor Lieberman, se refusaient à toute concession, en mettant directement en cause la responsabilité du mouvement IHH, voire en dénonçant une sorte de complicité du gouvernement turc. Pour leur part, Recep Tayyip Erdoğan et Ahmet Davutoğlu n’ont jamais dévié d’une position consistant à demander des excuses officielles ainsi qu’une indemnisation des victimes et une levée du blocus sur Gaza. Cette obstination a donc été récompensée.

Les raisons d’une réconciliation

On doit d’abord s’interroger sur les raisons qui ont poussé Israël à déférer aux exigences turques, car il est rare que l’Etat hébreu cède du terrain de la sorte. On sait tout d’abord que les Etats-Unis ont fortement contribué à cette excuses israéliennes3réconciliation qu’ils n’avaient cessé d’appeler de leurs vœux depuis 2010, et qui est intervenue à l’occasion de la visite que Barack Obama vient d’effectuer en Israël. S’exprimant le 22 mars, lors d’une conférence de presse jointe avec le roi Abdallah de Jordanie, le président américain a fait des excuses israéliennes, le début d’un processus beaucoup plus long. L’OTAN, l’Union européenne et le Foreign Office ont rapidement fait connaître leur satisfaction, le Hamas pour sa part estimant que la Turquie avait remporté «une grande victoire» sur Israël.

On peut penser que par ce geste Israël essaye de rompre un isolement diplomatique qui s’est particulièrement aggravé depuis le retour de Benyamin Netayahou à la tête du gouvernement en 2009. Reconduit au pouvoir en janvier dernier, le leader du Likoud avait en outre actuellement les coudées plus franches pour prendre une telle décision. Elle intervient au moment même où le il essaye de retrouver la confiance de Barack Obama et de renouer des contacts avec les Palestiniens. Dans un tel contexte, il devenait donc de plus en plus urgent pour le premier ministre de l’Etat hébreu de retrouver le chemin du dialogue avec la Turquie, un pays qui est écouté par les deux factions palestiniennes, par l’Egypte nouvelle de Mohamed Morsi et par les pays du Golfe, en particulier le Qatar et l’Arabie Saoudite.

Un contexte géopolitique plus favorable à un rapprochement depuis les printemps arabes

Il faut voir par ailleurs que l’évolution stratégique provoquée au Proche-Orient par les printemps arabes tend aussi à rapprocher Ankara et Tel-Aviv. Contrairement à ce qui se passait en 2009-2010, la Turquie n’est plus en bons termes avec Damas et surtout avec Téhéran dont elle s’inquiète (comme Israël et les pays du Golfe) du programme nucléaire. Bien qu’il ait tenté en 2010 de trouver avec le Brésil une alternative aux sanctions américaines contre la République islamique (cf. notre édition du 24 mai 2010), le gouvernement turc a finalement accepté l’installation sur son territoire du bouclier antimissile de l’OTAN, dont on sait qu’il est principalement tourné contre l’Iran. Plusexcuses israéliennes4 récemment face à la chute d’obus syriens sur son sol, et aux inquiétudes suscitées par le devenir des réserves d’armes chimiques du régime de Damas, Ankara a demandé à l’OTAN une protection consistant en l’installation de rampes de missiles Patriot. Mais certains murmurent que cette demande, désormais satisfaite, ne serait pas sans rapport avec la menace nucléaire iranienne.

Depuis 2009, en outre, sa brouille avec l’Etat hébreu empêche Ankara de jouer son rôle de pivot au Proche-Orient. C’est la raison pour laquelle nous nous prononcions dans une récente étude pour que la Turquie s’emploie à améliorer sa relation avec Tel-Aviv, une telle option ne supposant pas d’ailleurs que les deux Etats affichent un accord sur tout. On a bien vu, en effet, que lors des négociations qui avaient suivi les bombardements israéliens contre l’enclave palestinienne en novembre dernier. la Turquie était apparue, du fait du mauvais état de ses rapports avec Tel-Aviv, à la remorque d’une diplomatie égyptienne de nouveau active. Il est probable que, tant la relance du processus de paix au Proche-Orient, que la recherche d’une solution au dossier nucléaire iranien, peuvent être l’occasion de trouver un nouveau souffle pour la diplomatie turque dont la fameuse stratégie du «zéro problème avec nos voisins» s’est émoussée sous l’effet des printemps arabes, en particulier des crises libyennes et syriennes.

Une réconciliation a minima

Il ne faut pourtant pas s’attendre à l’établissement d’un axe Ankara-Tel-Aviv, comme cela a pu exister au premier temps de la Guerre froide ou plus récemment après la signature des accords mutuels de défense en 1996. Il est probable tout d’abord que la restauration des relations diplomatiques entre les deux pays ne se fera pas d’un coup dans un mouvement d’ensemble, mais que l’échange d’ambassadeurs, qui doit naturellement la consacrer, prendra un certain temps et risque d’être perturbée par d’éventuels accrochages. Les échanges économiques en revanche excuses israéliennes5devraient probablement favoriser un rapprochement politique, et ce d’autant plus qu’Israël vient de découvrir un énorme gisement de gaz au large de ses causes, dont elle cherche à exporter les excédents.

Quoi qu’il en soit, la Turquie n’entend pas donner l’impression qu’elle va remettre en cause les bonnes relations qu’elle a nouées ces dernières années avec le monde arabe et le prestige qu’elle y gagné. Le 23 mars d’ailleurs, Recep Tayyip Erdoğan a annoncé une fois de plus son souhait de se rendre à Gaza, un vieux rêve que ses amis égyptiens ne lui ont jamais laissé réaliser, tant ils redoutent que le leader turc fasse un triomphe dans l’enclave palestinienne. Lors de ses deux séjours égyptiens, en septembre 2011 et en novembre 2012, l’annonce d’une possible venue à Gaza du premier ministre turc à partir du territoire égyptien, via le poste frontière de Rafah, a été faite, mais chaque fois elle a été reportée pour la plus grande déception des Gazaouis et de l’intéressé lui-même. Au moins Netanyahou connaît ainsi le cadeau qui ferait plaisir au premier ministre turc, mais il n’est pas sûr que ce dernier accepte de se venir à Gaza dans une estafette israélienne…

JM


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 28 mars 2013

    […] Lire article. […]

  2. 5 avril 2013

    […] un moindre mal pour Israël qui redoute la présence de djihadistes à ses frontières. De plus, les relations entre Ankara et Téhéran se sont nettement dégradées, ce qui n’était pas le cas il y a trois ans. Et pour réussir, le processus de paix amorcé […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *