Savoir pour conquérir : la réappropriation du monde arabe par le savoir turc

Publications récentes« Savoir c’est conquérir », tel pourrait être le leitmotiv de cette Turquie qui depuis 2003 cherche à développer ses relations diplomatiques et commerciales avec un Moyen-Orient arabe longtemps méprisé. En effet, si le « virage » de la politique étrangère turque sous la coupe du gouvernement islamo-conservateur de l’AK Parti a été largement commenté tant par la presse turque qu’internationale, et si le prétendu retour « ottomaniste » des Turcs dans le monde arabe a pris le pas sur les efforts en vue d’accéder à l’Union européenne, la compilation de connaissances sur le monde arabe contemporain a pris une ampleur sans précédent en Turquie. Universités, think-tanks, organes de presse, magazines et revues scientifiques mais également partis politiques, organisations d’hommes d’affaires, fondations culturelles et associations humanitaires cherchent plus que jamais à informer ou à s’informer sur le Moyen-Orient arabe.

Afin de bien souligner en quoi cela est inédit, rappelons qu’à l’occasion du coup d’Etat dit « post-moderne » de 1997, l’armée turque avait proscrit l’apprentissage de l’arabe en dehors des lycées religieux et facultés de théologie, alors même que cet enseignement commençait à fleurir dans nombre d’institutions éducatives conservatrices, prémisses à ce que les leaders de l’AK Parti ont appelé depuis la « restauration » de l’identité turque. De surcroît, depuis la chute de l’Empire ottoman, les élites turques représentaient constamment le monde arabe comme obscurantiste et improductif, feignant ainsi d’ignorer les racines arabes et l’arabophonie même de quelques millions de citoyens turcs.

Ainsi, jusqu’à l’arrivée de l’actuel gouvernement, fin 2002, développer une connaissance des pays arabes n’avait pas bonne presse et la recherche universitaire sur le sujet, non financée, était quasi-inexistante. Tout a changé lorsque le gouvernement de l’AK Parti -et d’autres organisations affiliées, notamment commerciales- ont commencé à multiplier les initiatives en direction du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord. L’un des ressorts de cet élan réside dans la quête de débouchés commerciaux, et par là-même l’aspiration du gouvernement au leardership régional.

D’abord sous-tendu par un optimisme tout neuf à l’égard des relations turco-arabes, la production et la diffusion de connaissances sur le monde arabe en Turquie arbore un caractère frénétique depuis les « printemps arabes », à partir de 2010. Après l’évacuation couteuse de Libye, la guerre civile syrienne n’est pas loin d’avoir sonné le glas des espoirs de prospérité des Turcs dans le périmètre arabe. C’est désormais l’anxiété des élites et du grand public turcs face à une instabilité syrienne dont ils redoutent la contagion qui alimente le phénomène.

Il n’est pas une semaine en effet sans qu’à Ankara ou à Istanbul, une université ou une organisation non-gouvernementale n’annonce une nouvelle conférence sur un thème lié au monde arabe. Dans les départements de sciences sociales des universités turques, de nouveaux cours sur les sociétés arabes sont ouverts chaque semestre dans le cadre de centres de recherche nouvellement institués. Qui plus est, dépassant ses précurseurs issus de la mouvance islamique et s’affranchissant des frontières professionnelles et des clivages politiques, le phénomène voit surtout nombre de journalistes et chercheurs s’associer dans les talk-shows télévisés à l’américaine ou dans des livres aux titres sensationnalistes pour compiler les analyses sur ce voisinage anxiogène. C’est cette même dynamique qui a permis l’émergence de think-tanks turcs comme SETA (Siyaset, Ekonomi ve Toplum Araştırmaları Vakfı, Fondation de recherche politique, économique et sociale), lié presque organiquement à l’AK Parti et à ses soutiens, d’USAK (Uluslararası Stratejik Araştırmaları Kurumu, Association de recherches stratégiques internationales), de TEPAV (Türkiye Ekonomi Politakaları Araştırma Vakfı, Fondation turque de recherche sur les politiques économiques, lié à l’Union des Chambre et Bourse de Turquie) et d’ORSAM (Ortadoğu Stratejik Araştırmalar Merkezi, Centre de recherches stratégiques sur le Moyen-Orient, lié à l’Association Turkmène), assez favorables à la politique gouvernementale, et a offert l’opportunité d’un rebond à TESEV (Türkiye Eknomik ve Sosyal Etütler Vakfı, Fondation turque pour les études économiques et sociales), institution plus ancienne et plus indépendante. Inaugurés pour la plupart dans les années 2000 par de jeunes « entrepreneurs du savoir » turcs formés aux Etats-Unis et en Europe. Financés tantôt par le Ministère des Affaires étrangères, tantôt par la Présidence de la République ou par les services du Premier Ministre, ces think-tanks ont visiblement fait de l’analyse du monde arabe un fond de commerce dont ils se chargent d’entretenir la pérennité. Usant d’une « consanguinité » de fait avec certains hauts-cadres de l’AK Parti et du gouvernement, ces entités qui pourtant clament ne pas parvenir à influer sur la politique étrangère de M. Davutoğlu, sont à l’avant-garde de cette « reconquête savante » du monde arabe par les Turcs.

Destinée initialement à se (ré) approprier le Moyen-Orient arabe par le savoir en vue d’une conquête économique et stratégique, assez proche en cela de ce qu’Edward Saïd désignait par le terme d’Orientalisme, la fabrique du savoir turc sur le monde arabe semble cependant osciller aujourd’hui entre deux fonctions : juguler l’angoisse collective générée par le contexte régional d’une part, et influer sur une politique étrangère un tantinet égarée entre Occident et Orient d’autre part.


Jean-Baptiste Le Moulec

Doctorant en Sciences Politiques

More Posts

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 novembre 2013

    […] « Savoir pour conquérir » : la réappropriation du monde arabe par le savoir turc. Publié le 28 mars 2013 sur [http://ovipot.hypotheses.org/8623] […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *