« Le Professeur » qui a voulu révolutionner la politique étrangère turque

Couverture DavutogluEn Turquie, c’est un phénomène, une légende vivante, un gourou au cœur de l’action au sujet duquel une biographie complaisante a été publiée en 2010 par celui qui aurait du être le directeur d’Al-Jazeera-Türk, Gürkan Zengin. Tous, y compris le Premier ministre Recep Tayip Erdoğan, l’appellent « Hodja », le maître. Professeur d’université en relations internationales, Ahmet Davutoğlu est un auteur prolifique : entre autres titres, Alternative Paradigms : The Impact of Islamic and Western Weltanschauungs on Political Theory, 1993 ; The Civilizational Transformation and The Muslim World, 1994. Depuis 2009, il assure les fonctions de ministre des Affaires étrangères après avoir été le conseiller spécial du Premier ministre. Jouissant comme ce dernier d’une grande popularité dans le pays ainsi qu’au Moyen-Orient arabe, ayant par son idéalisme conquérant fait rêver les élites turques bien au-delà des seuls partisans du parti AKP au pouvoir, adulé de surcroît par un cortège d’émules formés dans les institutions qu’il a fondées, le Professeur Davutoğlu est de plus en plus sévèrement critiqué en raison de sa politique syrienne.

En décembre dernier pourtant, interrogé sur la chaine turque privée Kanal 24, il déclarait que l’action du gouvernement de l’AKP, au pouvoir depuis décembre 2002, consistait en une œuvre de « restauration dans tous les domaines ». Si l’on peut questionner cette affirmation politicienne, il n’en est pas moins incontestable que pour la Turquie, la doctrine et les initiatives d’Ahmet Davutoğlu en politique étrangère ont marqué un tournant.

Ainsi qu’il le théorise en 2001 dans l’ouvrage fondateur intitulé Profondeur Stratégique – réédité en Turquie près de dix fois, n’existant à ce jour ni en français, ni en anglais –, faire accéder la Turquie au rang de puissance globale signifie d’abord consolider son influence à l’échelle régionale, notamment dans le monde arabe, zone jadis en partie sous contrôle ottoman. Pour ce faire, il faut remédier à la fracture profonde survenue entre Turcs et Arabes des suites de la disparition de l’Empire ottoman et du califat, en 1923-1924, régler les différends historiques de voisinage – politique dite du « zéro problème » – tout en menant une offensive multiforme : économique, culturelle, humanitaire etc. C’est cette ambition qui vaut d’emblée à Ahmet Davutoğlu le qualificatif de « néo-ottoman ».

Jusqu’en 2011, au prix de multiples délégations, médiations, sommets, accords bilatéraux et multilatéraux, les relations turco-arabes prennent une tournure cordiale et les exportations turques vers le monde arabe bondissent. De fait, le réinvestissement du monde arabe mobilise autant chez les industriels turcs que chez les intellectuels. Malheureusement, les « printemps arabes » et, pis encore, la guerre civile syrienne mettent à bas ces efforts, refroidissant l’optimisme au fondement de cet expansionnisme des années 2000. Qui plus est, l’engagement téméraire voulu par Ahmet Davutoğlu en faveur de l’Armée syrienne libre dessine une nouvelle ligne de faille au sein du parti au pouvoir, entre ceux qui soutiennent encore la politique syrienne du ministre des Affaires étrangères malgré l’absence de victoire et l’afflux de dizaine de milliers réfugiés syriens, et ceux qui désirent instamment son départ.

Idéaliste ayant manqué de perspicacité, n’ayant pas si bien tiré les leçons de l’Histoire turque qu’il le prétend dans Profondeur Stratégique, n’ayant pas non plus su faire rempart aux pressions occidentales, Ahmet Davutoğlu aurait précipité le pays au cœur du conflit syrien alors qu’il était possible de trouver une issue pacifique en maintenant le dialogue avec Bachar al-Assad, l’ami d’hier. Tels sont les griefs que portent contre lui, parfois à mots couverts, les observateurs, analystes et responsables politiques, opposants et proches de la mouvance AKP qui vouent désormais le ministre des Affaires étrangères aux gémonies.

Cependant, le changement de la politique étrangère turque qu’a initié Ahmet Davutoğlu ne se limite pas au seul « virage oriental ». Désormais globale, bilatérale et multilatérale, cette politique résolument nouvelle, tant par la forme que par la teneur, atteste de son pouvoir visionnaire et de sa capacité à mobiliser. Avant même qu’il n’entre officiellement en politique, ses réalisations dans le milieu académique laissaient entrevoir que l’on entendrait encore parler de lui. En effet, le Professeur Davutoğlu, poète à ses heures, est aussi un bâtisseur, à l’origine de la création de deux institutions éducatives d’importance à Istanbul. La première est la Fondation pour la Science et les Arts – Bilim ve Sanat Vakfı – sorte d’université islamique du temps libre offrant des cours gratuits en sciences humaines et religieuses. La seconde, baptisée « Şehir » – qui signifie « ville »- est une université au prestige croissant dans le monde musulman et dont le corps enseignant en sciences humaines puise en partie dans une nouvelle génération d’intellectuels issue des milieux islamo-conservateurs anatoliens et pénétrée de la conviction que l’avenir de la Turquie se jouera nécessairement entre Orient et Occident.

Voilà de quoi, indépendamment des aléas de la conjoncture politique internationale, assurer la pérennité de la pensée de cet intellectuel d’action qui, en dépit des critiques, est encore le patron des Affaires étrangères de la Turquie.


Jean-Baptiste Le Moulec

Doctorant en Sciences Politiques

More Posts

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 12 novembre 2013

    […]  « Le Professeur qui a voulu révolutionner la politique étrangère turque  ». Publié le 4 avril 2013 sur [http://ovipot.hypotheses.org/8642] […]

  2. 1 avril 2014

    […] ministre des affaires étrangères turques, une nouvelle politique étrangère portant le nom de “stratejik derinlik” (profondeur stratégique). Celle-ci se fonde notamment sur la volonté de mener une politique de […]

  3. 6 décembre 2016

    […] vers de nouveaux acteurs — stratégie imaginée et impulsée par Ahmet Davutoğlu, surnommé « le Professeur » — au premier rang desquels les pays asiatiques. Une phase également marquée par de vives […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *