Bientôt un musée Trotski à Büyükada

Büyüka2La municipalité d’Istanbul envisage de transformer en musée la maison où a séjourné Léon Trotski entre 1929 et 1933. Après son expulsion d’URSS par Staline, le leader bolchévique russe, séjourna pendant 4 ans à Büyükada, la principale île des Princes, au large d’Istanbul, sur la mer de Marmara. Résidant dans le kiosque d’Izzet Paşa, l’ex-chef de l’armée Rouge aurait rédigé alors l’essentiel de l’une de ses œuvres majeures «Histoire de la Révolution russe». À la fin des années 1980, j’avais pu rencontrerbüyükada3 certains des anciens voisins du dirigeant soviétique déchu, qui se souvenaient l’avoir vu pêcher ou se promener alentour.

Au cours des dernières années, le kiosque historique d’Izzet Paşa a néanmoins été menacé de disparition, ses propriétaires actuels ayant négligé de l’entretenir et même demandé sa démolition pour permettre la reconstruction d’un bâtiment moderne dans un endroit qui est particulièrement prisé par les stambouliotes. À une demi-heure de vedette rapide du centre d’Istanbul, en effet, les îles des Princes constituent un havre de paix bucolique où les voitures sont interdites et où ne circulent que des fayton (calèches) et des vélos. La municipalité d’Istanbul s’est néanmoins opposée à la démolition du kiosque d’Izzet Paşa, le 28 février dernier. Une décision qui n’est pas une surprise puisque, dès 2011, le ministère de la culture avait fait connaître son intérêt pour le bâtiment et souhaité sa conversion en musée. Il devrait donc être exproprié avant d’être réhabilité et affecté à son nouvel usage.

Cette péripétie montre une nouvelle fois l’attention portée par le gouvernement et les municipalités turcs aux atouts culturels et aux vestiges historiques en tout genre dont ils peuvent disposer. Il est vrai que cette tendance a surtout concerné jusqu’à présent Büyükada33des témoignages d’une histoire plus anciennes… Depuis 2007, sous l’impulsion de l’ancien ministre de la culture Etuğrul Günay, la Turquie a mené une véritable offensive pour récupérer de nombreux objets des périodes antique, byzantine, seldjoukide ou ottomane, disséminés dans de grands musées du monde, à la suite d’acquisition plus ou moins litigieuses (cf. notre édition du 24 décembre 2012). Derrière cette entreprise, affleure des ambitions dont l’ampleur n’a bien sûr rien à voir avec le modeste projet d’un musée Trotski sur l’île de Büyükada. Le gouvernement envisage en particulier la création d’un grand musée des civilisations à Ankara pour 2023. Ce musée apparaît désormais aux côtés de l’objectif du doublement du PIB par tête et du creusement d’un canal pour désengorger le Bosphore à Istanbul, parmi les «grands projets» que le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdoğan, souhaite mener à bien dans la décennie à venir afin de fêter comme il se doit le centenaire de la République. Cette stratégie culturelle est non seulement économique, mais aussi politique. Économiquement la Turquie a désormais des moyens pour développer des politiques et des stratégies culturelles. Au cours des 20 dernières années, Istanbul a vu fleurir une foule de musées nouveaux qui sont d’ailleurs le plus souvent le résultat d’initiatives privées. Elle s’affirme de plus en plus comme un important marché de l’art contemporain. Politiquement, les investissements culturels permettent aussi au régime d’exalter, de façon parfois assez nationaliste, le rayonnement retrouvé d’un pays en plein développement qui entend apparaître sur la scène international comme une nouvelle puissance émergente.

Jean Marcou

Pour aller plus loin et comprendre le sort des biens culturels dans la géopolitique mondiale, cf. Emission « Géopolitique » de Marie-France Chatin, avec Jean Marcou, Edouard Planche et Philippe Flandrin :

http://www.rfi.fr/emission/20130421-1-biens-culturels-geopolitique-mondiale

http://www.rfi.fr/emission/20130421-2-biens-culturels-geopolitique-mondiale


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *