Quel avenir pour les pourparlers indirects israélo-syriens ?


Avant de s’envoler pour une courte visite en Syrie, le 22 juillet 2009, Recep Tayyip Erdoğan a rappelé la disponibilité son pays pour reprendre son rôle d’intermédiaire dans les pourparlers indirects israélo-syriens, et annoncé que des demandes avaient été faites en ce sens à Ankara récemment, sans préciser si ces dernières venaient de Damas ou de Tel-Aviv. « Nous devons nous tenir prêt ! », a déclaré le chef du gouvernement turc.

Pour autant, on peut s’interroger sérieusement sur l’avenir de ce processus. Depuis le printemps 2008, la Turquie a certes accueilli quatre cycles de pourparlers entre des émissaires syriens et israéliens. Mais cette initiative spectaculaire a rapidement marqué le pas. Il est vrai que c’est d’abord la crise politique israélienne qui l’a entamée. En septembre 2008, en effet, le gouvernement démissionnaire d’Ehoud Olmert n’étant plus qu’une instance intérimaire, la partie israélienne avait demandé une pause dans ces pourparlers, le temps de sortir de la crise gouvernementale qui secouait alors l’Etat hébreu. Mais entretemps, à la fin du mois de décembre, l’armée israélienne a lancé une opération militaire sur Gaza, prenant à contrepied la diplomatie turque et provoquant la colère de Recep Tayyip Erdoğan, au Forum de Davos, à la fin du mois de janvier 2009. Depuis, les relations turco-israéliennes sans se rompre sont entrées dans une phase de marasme totalement inédite dont elles auront du mal à sortir.

Au-delà du scandale de Davos, un certain nombre de signes tangibles ont en effet confirmé la réalité du refroidissement des relations entre les deux pays. Dans un premier temps, les milieux laïques avaient reproché au leader de l’AKP ses prises de position trop entières en faveur des Palestiniens, et en particulier en faveur du Hamas. Par ailleurs, à l’occasion des premiers conflits entre les dirigeants des deux pays, lors de l’intervention de Gaza, les militaires turcs s’étaient empressés de rappeler que ces péripéties ne remettaient pas en cause les accords militaires turco-israéliens existants. On pouvait donc penser que la méfiance du camp laïque à l’égard des engouements pro-syriens ou pro-palestiniens du gouvernement de l’AKP, tempérerait la dégradation des relations turco-israéliennes. Mais, par la suite, plusieurs accrochages verbaux ont opposé de hauts responsables militaires turcs et israéliens, tandis que, dans le même temps, les relations entre Ankara et Damas ne cessaient de s’améliorer tournant à une cordialité franche ostensiblement affichée. Entre les 15 et 17 mai 2009, le Président turc a effectué notamment une visite officielle en Syrie, célébrant de façon solennelle le rapprochement turco-syrien, qui s’est affirmé au cours des dernières années. Abdullah Gül avait d’ailleurs déjà appelé en vain, lors de ce déplacement, à une reprise des pourparlers entre la Syrie et Israël, sous l’égide de la Turquie…

Le voyage que Recep Tayyip Erdoğan a effectué le 22 juillet 2009, en Syrie, a confirmé les bonnes relations qui existent désormais entre Ankara et Damas, mais dans le même temps, il amène à s’interroger sur l’avenir des négociations indirectes israélo-syriennes et sur le rôle que la Turquie peut encore jouer en la matière. Lors des contacts qu’il a eus avec le Président Bachar El Assad, Recep Tayyip Erdoğan a beaucoup évoqué la situation de Gaza et la nécessité de mettre un terme aux luttes intestines palestiniennes, mais il n’a également pas hésité à déclarer de concert avec le chef de l’Etat syrien que le règlement du conflit du Proche-Orient dépendait fortement de la « volonté politique » d’Israël d’y mettre fin. Quelle que soit l’opinion que l’on puisse avoir sur le sujet, on peut se demander si une telle attitude et si de tels propos n’entament pas définitivement la position d’arbitre à laquelle la Turquie prétend dans cette affaire. Après le froid diplomatique qui s’est installé entre Tel-Aviv et Ankara depuis l’intervention à Gaza, et alors même que les touristes israéliens boudent les côtes turques cet été, la Turquie est-elle encore en position de tenir le rôle de facilitateur qu’elle a pu jouer par le passé pour permettre la tenue de pourparlers indirects israélo-syriens ? Cette question se pose avec d’autant plus d’acuité que depuis que ces pourparlers sont gelés, le contexte politique a fortement changé. Loin de choisir de reconduire les dirigeants qui avaient ouvert ce processus, les Israéliens ont porté au pouvoir un gouvernement beaucoup plus radical, qui pour l’instant n’a pas réellement manifesté d’intérêt pour les efforts diplomatiques de son prédécesseur en direction de Damas. Le gouvernement de Benyamin Netanyahou n’a pas hésité en particulier à affirmer sa volonté de conserver le plateau du Golan envers et contre tout. Il faut aussi compter avec le changement d’administration américaine. Dans le contexte de la fin du règne de Georges Bush, l’année dernière, l’amorce du processus israélo-syrien sous les auspices turcs pouvait apparaître comme une embellie. La venue au pouvoir de Barack Obama, sans avoir pour l’instant ouvert de nouvelles perspectives, change néanmoins la donne et peut amener à une redistribution des cartes.

Alors qu’Ankara et Damas organisent des manœuvres militaires conjointes et développent comme jamais leurs relations commerciales, tandis que Recep Tayyip Erdoğan vient d’être fait docteur honoris causa de l’Université d’Alep, le gouvernement de l’AKP risque fort d’avoir du mal à convaincre le nouveau gouvernement israélien de reprendre un processus qui paraît compromis depuis plusieurs mois.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *