Question kurde : Murat Karayılan annonce que le retrait du PKK commencera le 8 mai

Murat K1Et si finalement le processus de paix marchait ? C’est bien la question que l’on doit se poser après les derniers développements de l’initiative engagée, depuis la fin de l’année 2012, pour essayer de régler la question kurde, qui depuis 1984 a fait plus de 40 000 victimes et provoqué le déplacement de près de 2 millions de personnes.

Le 25 avril dernier, lors d’une conférence de presse, tenue dans l’une de ses bases arrière en Irak du nord, le commandant militaire du PKK, Murat Karayılan, a annoncé que le retrait des forces de son organisation, du territoire turc, commencerait le 8 mai prochain, en précisant que l’opération devrait être achevée «dans les plus brefs délais». Murat Karayılan a notamment déclaré que le départ de ses troupes s’opérerait en bon ordre et sur des trajets préétablis. Il a appelé, tant les autorités irakiennes (en particulier celles de la région Murat K2kurde d’Irak du nord), que l’armée turque, à faire preuve de compréhension et de souplesse, afin d’éviter tout accrochage, en précisant que toute attaque contre ses forces provoquerait l’arrêt du retrait en question, et verrait celles-ci user «d’un droit de légitime défense» pour riposter. Le chef militaire du PKK, considéré comme le numéro deux de l’organisation, n’a en effet pas précisé si ses hommes se retireraient en armes ou désarmés, alors même qu’à plusieurs reprises, tant Recep Tayyip Erdoğan qu’Abdullah Gül, ont affirmé que les membres du PKK devraient être désarmés préalablement à leur retrait. Toutefois, Murat Karayılan a affirmé que les modalités de toutes ces opérations avaient fait l’objet d’un échange de lettre avec Abdullah Öcalan, et qu’elles étaient connues des autorités turques.

Selon le chef militaire kurde, le retrait, qui devrait être achevé à l’automne (a-t-il précisé, deux jours plus tard, en rappelant qu’Abdullah Öcalan tenait à ce qu’il soit mené à bien le plus rapidement possible), ne sera que la première étape d’un processus qui en compterait trois au total. La deuxième étape sera la réforme du système, conduite par le gouvernement turc, notamment l’élaboration d’un nouveau texte constitutionnel. Enfin, la troisième étape verra, toujours selon Murat Karayılan, une normalisation définitive, impliquant le désarmement de la guérilla et la libération de tout le monde, y compris du leader du PKK, Abdullah Öcalan.

Après les premières négociations menées par le gouvernement turc avec Abdullah Öcalan, qui s’étaient concrétisées, le 21 mars dernier, à l’occasion de la fête de Newroz, par un appel au cessez-le-feu du leader du PKK (cf. notre édition du 22 mars 2013), ce nouveau développement du processus de règlement de la question kurde, constitue indiscutablement un acquis important. En dépit desMurat K3 premiers succès du processus, on s’interrogeait en effet sur l’attitude des membres de la guérilla kurde et sur leur capacité à accepter le retrait annoncé par leur leader emprisonné depuis plus d’une décennie sur l’île d’Imralı, au large d’Istanbul. Les déclarations publiques de Murat Karayılan et les précisions qu’il a apportées depuis, ont donc confirmé l’adhésion de la branche militaire de l’organisation au processus engagé depuis la fin de l’année dernière.

Un certain nombre d’incertitudes demeurent pourtant. La première concerne le désarmement des militants du PKK. Lors de sa conférence de presse, sans aborder ouvertement la question, Murat Karayılan a situé ce désarmement à la fin du processus, un scénario qui diverge de celui qu’avaient annoncé à plusieurs reprises antérieurement le premier ministre et le président de la République. Les dirigeants politiques turcs n’ont pas réagi immédiatement aux déclarations du chef militaire du PKK, mais l’on observe que, lors d’une interview, le 26 avril 2013, l’un des principaux conseillers de Recep Tayyip Erdoğan, Yalçın Akdoğan, a estimé que Karayılan avait mal interprété l’ordre dans lequel Murat K4devait se dérouler le processus de paix. Selon lui en effet aucune normalisation ne pourra intervenir avant que le PKK n’ait effectivement déposé les armes. On sait néanmoins que ce problème renvoie à celui de la sécurisation des opérations de retrait. Les membres du PKK redoutent des accrochages, voire carrément des attaques. Les institutions mises en place pour encadrer le processus sont pour l’instant limitées, et leurs compétences restent confuses. Un comité des sages, structuré en 7 groupes régionaux, a été formé par le premier ministre (cf. notre édition du 8 avril 2013). La commission parlementaire établie pour garantir le bon déroulement du processus souffre par ailleurs de l’absence de deux partis politiques sur les quatre que compte le parlement, les nationalistes et les kémalistes ayant décidé de la boycotter ; ce qui aboutit au fait qu’elle est presqu’exclusivement composée de membres de l’AKP…

A ces polémiques autour du désarmement s’ajoute une seconde incertitude de taille, celle qui concerne la libération des prisonniers, et en particulier celle d’Abdullah Öcalan, considérée comme inéluctable par Murat Karayılan, alors même que le gouvernement et le premier ministre l’ont toujours vigoureusement exclue. Outre les interrogations sur le désarmement et la libération des prisonniers, on ne peut manquer d’observer pour finir que les réformes qui doivent sceller une normalisation de la situation politique n’ont jamais été clairement dévoilées. Celles que l’on peut imaginer sans être grand clerc, et qui touchent à la citoyenneté, à la décentralisation ou à l’enseignement en langue kurde, ne sont pas de surcroît sans poser certains problèmes à la Turquie. Il sera donc intéressant de voir comment le nouveau texte constitutionnel les prend en compte.

Une autre préoccupation concerne, en fait, la perception et les positionnements à l’égard du processus de paix, des principaux partis d’opposition, les kémalistes du CHP et les nationalistes du MHP. L’hostilité totale du MHP et de son leader Devlet Bahçeli, qui a plusieurs fois accusé le gouvernement de trahison, n’a rien d’étonnant. Celle du CHP en revanche surprend par sa véhémence. LeMurat K5 leader du parti kémaliste, Kemal Kılıçdaroğlu, qui avait pourtant lancé l’an dernier une proposition pour rechercher une solution à la question kurde (cf. notre édition du 7 juin 2012), a qualifié le processus en cours de «première étape avant la formation d’un grand Kurdistan indépendant», en expliquant que l’AKP le conduisait de façon unilatérale et opaque, en coopération avec Abdullah Öcalan et en excluant le parlement. Les nationalistes et les kémalistes continuent d’accuser, en outre, le premier ministre d’avoir marchandé ce processus de paix et la décentralisation qui s’ensuivra en faveur des Kurdes contre l’établissement d’un régime présidentiel, destiné à permettre son maintien au pouvoir, au-delà du nouveau mandat d’exercice que lui ont ouvert les dernières élections législatives de 2011.

Pour sa part, l’opinion publique turque ne semble pas encore vraiment gagnée au processus de paix en dépit de ses premiers succès. Un sondage effectué par l’Institut Metropoll, publié par Zaman, le 29 avril 2013, montre certes que 66,7% des Turcs préfèrent dialoguer Murat K6avec le PKK plutôt que continuer la lutte armée avec lui. Mais 51,1% d’entre eux n’approuvent pas le processus de résolution en cours (contre 36,6% qui l’approuvent et 12,3% qui ne se prononcent pas). Ce sondage indique donc que le parti au pouvoir prend certains risques en menant à bien ce processus, même si son image est loin d’être décrédibilisée dans l’opinion. 36,8% des électeurs turcs voteraient encore pour l’AKP si des élections avaient lieu dimanche prochain, le CHP ne recueillant que 15,3% des voix, le MHP 10,2% et le BDP 3,8% (20,4% des sondés refusant de se prononcer pour une formation politique quelle qu’elle soit). Par ailleurs, le sondage montre que, parallèlement au règlement de la question kurde, l’opinion turque s’interroge sur les choix politiques et institutionnels qui sont actuellement à l’ordre du jour. 39,8% des personnes interrogées sont ainsi contre l’établissement d’un régime présidentiel (contre 35,2% pour), 61,6% rejettent l’idée d’une collaboration exclusive AKP-BDP pour rédiger la nouvelle constitution (contre 28,2% qui l’approuvent), et 54,2% pensent que les journalistes et les écrivains sont actuellement moins libres en Turquie qu’auparavant…

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. anne dit :

    Bonjour,
    La déclaration de Karayilan ne constitue pas vraiment une surprise. A Diyarbakir où j’étais quand il l’a promulguée, elle n’a surpris personne.
    C’était tout à fait évident que les chefs militaires du PKK se plieraient aux directives d’Öcalan, même s’il est très probable que la confiance qu’ils lui vouent soit limitée, voire pour certains nulle (ces derniers vont sans doute cependant respecter le cessez le feu et accepter de retirer leurs troupes )
    De même il était illusoire de croire qu’ils accepteraient de se retirer du territoire de Turquie sans leurs armes.

    La question est plutôt pour combien de temps ? Tout dépendra sans doute de la marche du processus, qui pour le moment reste toujours mystérieux, ainsi que de l’évolution en Syrie, Irak et Iran.D’autant que les Kurdes de Turquie ne constitueraient plus la majorité de leurs troupes.

  1. 5 mai 2013

    […] 8 http://ovipot.hypotheses.org/8780 […]

  2. 2 mai 2016

    […] des opérations militaires, mise en place d’un comité de sages – voir notre édition du 30 avril 2013) demeuraient en grande partie opaques. Chaque partie pouvait dénoncer l’absence de coopération […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *