Le syndrome du premier mai de retour à Taksim

Taksim 1 Mayis 2013Istanbul a renoué aujourd’hui avec une époque que l’on croyait révolue : celle de la paranoïa sécuritaire qui a marqué les tentatives de célébration du premier mai, sur la place Taksim, entre 1977 et 2010.

Depuis plusieurs jours, une polémique enflait dans la presse turque, suite à l’interdiction par le gouverneur d’Istanbul, avec l’aval du gouvernement, de la traditionnelle manifestation de la fête du travail à Taksim, en raison de travaux visant actuellement à rendre piétonnière cette place centrale, qui se trouve sur la rive gauche de la Corne d’Or, dans la partie européenne de l’ancienne capitale ottomane. De nombreuses voix s’étaient élevées pour dénoncer, au mieux la maladresse de cette interdiction, au pire son caractère insidieux, le gouvernement étant suspecté de vouloir éviter la tenue d’un événement qu’il aurait perçu, à tort ou à raison, comme politiquement hostile. En dépit de l’intervention de plusieurs partis politiques et des principaux syndicats, l’interdiction a pourtant été maintenue. Dès le début de la matinée, les autorités d’Istanbul ont bloqué les transports en direction de Taksim, tandis que la police commençait à disperser des manifestants qui tentaient de se rassembler. Alors que Taksim et les quartiers environnants se retrouvaient sous un nuage de gaz lacrymogène, des affrontements ont opposé la police à des militants d’extrême-gauche, dans les quartiers de Şişli et de Mecidiyeköy, faisant une trentaine de blessés et des dégâts matériels.

Il y a 3 ans pourtant la tenue à Taksim, pour la première fois depuis 33 ans, d’une gigantesque manifestation de premier mai, dans une ambiance bon enfant, paraissait avoir exorcisé, pour de bon, de vieux démons qui taraudaient la Turquie depuis 1977 (cf. notre édition du 2 mai 2010). En 1977, en effet, la traditionnelle manifestation sur la place Taksim s’était transformée en cauchemar. Des coups de feu (sans doute une provocation) avaient été suivis d’un mouvement de panique, qui s’était soldé par la mort de plus d’une trentaine de personnes… À l’issue de cette tragédie, les manifestations du premier mai à Taksim allaient être systématiquement interdites, pendant plus de trois décennies, cette interdiction spécifique se doublant, après le coup d’Etat du 12 septembre 1980, d’une prohibition totale de la célébration du 1er mai qui finalement ne sera rétablie en Turquie qu’en 2009, avant que de nouveau une manifestation ne soit autorisée à Taksim, en 2010.

Au cours des années d’interdiction de manifester sur la place mythique, chaque premier mai, le quartier de Taksim se retrouvait, pendant quelques heures, en état de siège (mobilisation impressionnante de forces de l’ordre, patrouilles d’hélicoptères, blocage des principaux moyens de transport…), tandis que les groupes de manifestants qui tentaient de se rassembler étaient dispersés sans ménagement par des forces de l’ordre dix fois plus nombreuses (cf. notre édition du 1er mai 2007). Toutefois, ce scénario sécuritaire paranoïaque de Taksim était devenu totalement anachronique pour ne pas dire grotesque dans les années 2000, au moment où la Turquie s’efforçaient par des réformes, liées à la reconnaissance de sa candidature à l’UE, d’approfondir son état de droit et sa démocratie. Le retour du premier mai à Taksim en 2010 et le déroulement normal des manifestations de 2011 et 2012, étaient donc apparus comme la conséquence logique des évolutions politiques des dernières années. Les incidents qui ont marqué à nouveau ce premier mai 2013 à Taksim, alors même que paradoxalement des manifestations se déroulaient dans le calme sur la rive opposée du Bosphore, dans le quartier de Kadıköy, donneront à beaucoup l’impression d’un retour à la case départ. Dommage !

JM


Vous aimerez aussi...

14 réponses

  1. Yalçın dit :

    Le premier ministre interdit une manifestation à Taksim, et donc forcément ça n’est pas bien.
    Il propose de se réunir ailleurs, et là aussi forcément ça n’est pas bien.

    Et s’il avait accepté ? Et s’il y avait eu une provocation et que dans la panique plusieurs personnes étaient tombées dans le trou béant des travaux ? Et bien forcément ça n’aurait pas été bien !

    J’ai du mal à comprendre cette obstination à vouloir aller sur la place Taksim pour fêter le 1er mai… Quel est le but du 1er mai ? C’est bien la FÊTE du travail, alors pourquoi assiste-t-on à une mini guerre civile ?

    Quoi que le premier ministre ai décidé pour ce 1er mai, dans tous les cas ses opposants allaient s’opposer à sa décision.

    Je ne suis pas pro AKP, je suis agnostique, je suis turc, et j’appuie la décision du premier ministre d’interdire une manifestation sur une place en plein travaux. Istanbul fait plus de 100km d’un bout à l’autre, il n’est pas difficile de trouver un autre lieu pour faire la fête.

    Je me permets ici de raconter une blague qu’un ami turc m’a raconté. Ça ne reflète pas la réalité, qu’on se le dise, mais ça m’a fait réfléchir après avoir rigolé dans un premier temps. J’espère que Mr Marcou validera ce commentaire humoristique.

    ******
    C’est l’histoire d’un premier ministre travailleur qui fait de son mieux pour son pays. Il travaille, travaille, et travaille encore pour le bien de son peuple.

    Malheureusement l’opposition et les médias trouvent toujours à redire, quelle que soit la décision prise.

    Un jour le premier ministre appelle les journalistes et leur demande de venir sur la rive du Bosphore pour leur montrer quelque chose d’incroyable.

    Les journalistes se pressent pour venir voir, et lorsque tout le monde est là, le premier ministre leur dit : « Regardez je vais marcher sur l’eau ». Et là effectivement, sous les regards médusés des journalistes et de l’opposition, le premier ministre marche sur l’eau. À force de marcher sur l’eau, il arrive de l’autre côté du Bosphore !

    Le lendemain les journaux titrent en Une : « Le premier ministre ne sait même pas nager ! »
    **************

    Voilà c’est fini. Ceux qui veulent rire peuvent le faire, et les autres peuvent y réfléchir.

    Bonne journée à toutes et à tous

  2. Mehmet uzun dit :

    Ils sont sacrément illogiques et inconstants ces messieurs de l’AKP . Pourquoi avoir été les premiers a l’avoir autorisé en 2010 et l’avoir maintenu pendant 3 années de suite pour, brusquement l’interdire cette année??!! Sûrement pour donner raison aux personnes comme Mr Beaufort, qui sont convaincues que l’AKP n’a d’autre dessein que d’instaurer en Turquie un régime totalitaire islamique . Cela fait 13 ans que ces personnes, qui sans jamais n’avoir rien compris à la Turquie, crient au loup.Continuez à crier au loup, en attendant la caravane passe…

    • Nous sommes vraiment très nombreux « à ne rien comprendre à la Turquie »! Effectivement la caravane passe et les prisons se remplissent de ceux qui ne comprennent rien! Car pour M. Uzun « comprendre » veut dire se soumettre.
      L’AKP a mis le faux nez de l’islam pour mettre le pays en coupe réglée sous la botte de ses affairistes sans scrupules.
      Le Dieu des ces gens à la couleur verte non pas de l’islam mais celle du dollar !
      La situation était déjà semi totalitaire avant, l’AKP n’a fait que reprendre le système à son compte pour confisquer aux élites kémalistes la machine à engranger les profits.
      L’AKP a eu dans un premier temps besoin de faire croire à l’Union Européenne qu’il allait démocratiser le pays, mais ça n’a pas duré, car il n’est pas question qu’une quelconque contestation ou opposition puisse se manifester!

      • Bigbibi dit :

        On a bien compris votre volonté de critiquer le pouvoir turc en général. Elle est fondée, au vu de l’histoire très compliquée du pays et des caractéristiques des partis politiques locaux.
        Tout le monde, à commencer par les turcs eux-mêmes, seraient favorables à une véritable démocratie et état de droit. Les Turcs ne sont pas en effet « génétiquement » attirés par la tyrannie et les théocrates.
        L’AKP, malgré toutes les critiques, n’a pas réalisé quelque chose de facile en retirant en partie le pouvoir aux militaires. Car là était le vrai scandale. Il ne faut pas oublier que c’était la junte militaire qui a interdit le 1er mai,et que c’est sous l’AKP que les autorisations de manifestations ont été délivrées.
        La Turquie avance, difficilement, lentement, mais avance. Il ne faut pas négliger non plus les oppositions et notamment de celle des donneurs de leçons démocratiques du CHP, dont les leaders sont loin d’être ses spécialistes de la matière et tous plus ou moins pourris et incompétents. Je ne parle même pas du MHP et des autres groupuscules d’extrême gauche ou droite, dont le point commun, au delà de leurs références politiques respectives, est le nationalisme.
        En outre, la perspective de paix dans le conflit avec les kurdes va certainement constituer une dynamique positive.
        Votre critique du pouvoir de l’AKP peut être transposée à tous les pouvoirs: il est évident que certains préfèrent privilégier des intérêts privés. Ce n’est pas en France, « berceau des droits de l’homme », comme le rappelle nos manuels scolaires, que Monsieur Sarkozy a gouverné au profit exclusivement d’une petite clique politico-financière?
        En attendant, les progrès, car il y en a eu, sont à mettre au crédit de ce gouvernement, réélu depuis 2002, ce qui n’est pas dû au hasard.
        Si alternance il y a un jour, ce sera tant mieux pour le progrès vers une démocratie complète.
        Et concernant le 1er mai à Taksim, manifestement vous n’étiez pas sur place pour constater l’ampleur des travaux. Qu’il y ait des passages pour laisser les piétons circuler, c’est OK.
        Mais il y a d’énormes gouffres qui posent problème pour un rassemblement de masse. Et une provocation est vite arrivée…
        A Kadikoy, contrairement à ce que vous dites, pas de problèmes majeurs et ambiance bon enfant.
        Par ailleurs, relevons que dans d’autres contrées, notamment à Diyarbakir, les manifs se sont bien déroulées, ce qui prouve, malgré ce que vous insinuez, que l’intention du gouvernement n’était pas d’interdire à nouveau les rassemblement du 1er mai.
        Salutations

        • Manifestement, il n’y a pas pire aveugle que celui qui refuse de voir! Et d’ailleurs ça continue : http://fr.rsf.org/turquie-rsf-denonce-une-serie-d-abus-07-05-2013,44575.html
          Je n’ai jamais dit que les turcs seraient disposés génétiquement au totalitarisme! Ma femme est turque et j’ai beaucoup d’amis turcs, ça fait 23 ans que je travaille sur ce pays… Votre réponse est remplie de préjugés à mon encontre. J’aime ce pays mais dirigé par l’AKP ou non, son État a toutes les caractéristiques du fascisme et ce depuis Atatürk. Certes l’AKP a dépossédé l’armée d’un partie de ses prérogatives, mais ils les a transférées à la police et la « justice » établissant un régime policier qui rappelle l’après coup d’état de 1980. Il y a des turcs qui aspirent à la démocratie bien sûr mais l’AKP n’y tend absolument pas même s’il a fait illusion pendant 2 ou 3 ans.
          Combien faut-il de journalistes, d’étudiants, de membres des minorités et d’intellectuels en prison pour vous convaincre?
          J’aime ce pays et ses habitants, mais plutôt de la façon de Nazim Hikmet que de celle d’un turcophile béat qui par confort préfère ne voir que ce qui l’arrange lui ou ses petites affaires.
          C’est vrai, je ne suis pas allé à Taksim mais mes amis et les sympathisants de l’association si! A Beşiktas (loin du chantier) il y a eu des « problèmes » canons à eau, lacrymogènes, des blessés graves… Mais on ne doit pas suivre les mêmes médias, faut pas croire tout ce que la presse officielle raconte!
          Un peu de lecture qui vous fera comprendre ce que signifie le 1er mai en Turquie :
          http://www.susam-sokak.fr/article-esquisses-premier-mai-sanglants-1977-et-1996-72758388.html
          Lisez tous les articles du blog d’ailleurs car manifestement, il y a tout un pan de la réalité turque qui vous échappe.

          • Bigbibi dit :

            Aveugle? Je vous dis que vos critiques sont en partie fondées. Prenez aussi le temps de lire les commentaires avant de décocher, par réflexe, une autre critique.
            Pour être natif de Turquie et m’y rendant souvent, je ne pense pas ignorer la réalité du pays. Je connais l’histoire politique du pays et surtout les drames liés à la tyrannie, ma famille en ayant été victime.
            Conscient de cela, et du caractère très particulier de la classe politique turque, je peux quand même faire le constat de ce que les 10 dernières années gérées par l’AKP, la Turquie a davantage progressé que lors des 70 dernière années. Même si, en accord avec votre épouse, vous n’êtes pas d’accord avec ça.
            C’est un fait qui s’impose, malgré la réalité des arrestations de « journalistes » et d’autres.
            Personne ne dit qu’il s’agit d’un modèle de démocratie, le chemin est encore long et semé d’embuches. Pour autant, les choses progressent. Pas selon vos désirs, j’en conviens. Mais quand même.
            Et puis, svp arrêtez de croire que parce que l’on partage par forcément vos opinions, on serait forcément sous influence des médias « officiels ».
            Je vous rappelle que bon nombre d’organes de presse sont très anti-AKP et que personne ne les bâillonne.
            Et pour avoir été en Turquie lors du 1er mai dernier, ces médias que vous mentionnez, dont les anti-AKP eux-mêmes avaient invité les manifestants à éviter la place Taksim, en faisant de très nombreux reportages sur les travaux sur place.
            Si à Besiktas il y a eu des incidents, c’était précisément pour éviter que les manifestants affluent vers Taksim, puisque Taksim est tout près…
            Sinon, je constate que vous ne dites rien sur le déroulement normal et apaisé du 1er mai à Kadikoy, Bakirkoy (pour istanbul) et dans le reste du pays.
            Je comprends que l’objectivité est un exercice très difficile, et on peut d’ailleurs louer le travail de Jean MARCOU, mais essayez de vous y initier, ça ne fera pas de vous automatiquement un « aveugle manipulé par les médias officiels et par le gouvernement turc ». Et ça ne signifie pas non plus compromission.
            Salutations (et merci pour vous liens qui ne m’ont rien appris d’autre que ce que je savais déjà)

  3. Bettina Marchal-Gier dit :

    Sans être partisane de l’AKP, il faut quand même reconnaître qu’aucun préfet en France n’aurait autorisé un tel rassemblement du 1er mai, tel que je l’ai vécu l’an dernier à Taksim, si près d’un chantier si important et qu’en cas de non respect de l’interdition les forces de police n’auraient sans doute pas réagi autrement. La question qu’il faut se poser est pourquoi les syndicats et le CHP n’ont pas accepté les alternatives proposées par le préfet d’Istanbul (Kadiköy et Bakirköy) et ont préféré s’allier à des groupuscules d’extrême gauche.

    • Mme Marchal-Gier,
      Pour ma part la question que je me pose en premier lieu est le pourquoi de la répression tous azimuts orchestrée depuis ces dernières années par l’AKP, alors que ce parti fait preuve d’un autre côté d’une extrême indulgence vis a vis de la délinquance « en col blanc » (ou plutôt en habits verts), voire encourage la corruption et la spéculation. Certes ce n’est pas nouveau, mais il faut pas pour autant en faire un prétexte ou une excuse…
      Cette interdiction est extrêmement maladroite car il s’agit d’un symbole et ça, l’AKP ne peut l’ignorer! Quand on interdit toute expression politique légale de vrais partis d’opposition on doit s’attendre à avoir des partis violents. C’est l’état qui se doit d’être exemplaire avant de réprimer…

      • J’ajoute que j’ai appris que les moyens de transports ont été bloqués ce qui rend très peu crédibles les soit-disant solutions alternatives proposées par l’AKP!

        • Bigbibi dit :

          Il ne faut pas non plus systématiquement soupçonner l’AKP d’intentions malignes.
          Les transports ont été en partie bloqués précisément parce que les syndicats avaient maintenu leur décision de défiler à Taksim à tous prix. C’était aussi une provocation totalement stupide de leur part, quand on constate l’ampleur des travaux sur la place.
          En France, non seulement une telle interdiction coulerait de source, compte tenu des circonstances, mais aucun syndicat ne braverait cette interdiction.
          On peut donc tout reprocher à l’AKP, mais il convient aussi de prendre un peu de distance avec des « syndicats » un peu particuliers et des organisations d’extrême gauche curieusement assez nationalistes et ataturkistes…

          • On a les syndicats et l’opposition qu’on mérite! Il n’y a eu qu’un simulacre de concertation. Et cette Place Taksim, si dangereuse le 1er mai est traversée tous les jours par des centaines de milliers de stanbouliotes, sans que personne ne s’en soucie. A ma connaissance, et au vu des précédentes années, le seul facteur de risque est l’omniprésence de la police. A Kadiköy la police à aussi molesté les manifestants pour les « protéger » des risques de quel chantier?
            http://yollar.blog.lemonde.fr/2013/05/02/premier-mai-2013-a-taksim-cest-reparti-avec-les-vieilles-habitudes/
            La Turquie n’est pas la France, la rigidité politique du système fait que les partis changent mais le fond étatique répressif reste. Un pays qui pratique la violence d’état ne peut générer qu’une opposition qui lui ressemble…

  1. 28 mai 2013

    […] a été à nouveau fermée aux manifestants après les altercations violentes du premier mai (voir notre édition du 1er mai 2013), l’interdiction des rassemblements a été prononcée par le vali (préfet) du département […]

  2. 3 juin 2013

    […] des travaux qui s’y déroulent, y a interdit la tenue du cortège de la fête travail (cf. notre édition du 1er mai 2013). Mais plus généralement les affrontements qui se déroulent ces derniers jours à Taksim […]

  3. 5 juin 2013

    […] des travaux qui s’y déroulent, y a interdit la tenue du cortège de la fête travail (cf. notre édition du 1er mai 2013). Mais plus généralement les affrontements qui se déroulent ces derniers jours à Taksim […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *