L’attentat de Reyhanlı, début d’un engrenage syrien pour la Turquie ?

reyhanli engrenage1Quatre jours après la tragédie qui a frappé la ville frontalière turque de Reyhanlı dans le Hatay, officiels et médias turcs continuent de se perdre en conjectures sur les causes et les conséquences du plus important attentat à la bombe jamais perpétré en Turquie.

Le gouvernement a rapidement annoncé l’arrestation d’une dizaine de personnes de nationalité turque liées pour l’essentiel au DHKP-C et surtout aux Acilciler (« les urgentistes », une faction dissidente du THKP-C), deux formations d’extrême-gauche, déjà impliqués dans des attentats en Turquie, mais sans commune mesure avec celui qui a dévasté, le 11 mai, la petite ville frontalière turque dans la province du Hatay. Les autorités turques ont ainsi rapidement dévoilé un scénario au terme duquel un groupe de militants d’extrême-gauche turcs, financés par les Moukhabarat (service de renseignement) du régime Assad, aurait reçu des explosifs en provenance de la région de Lattaquié, les aurait chargé à bord de 2 camions, parqués pendant plusieurs jours dans un dépôt avant d’être conduits devant leurs objectifs ultimes : la poste et la mairie de Reyhanlı.

Le problème est que la mise au jour de ce crime presque parfait met directement en cause la vigilance des services turcs qui, prévenus apparemment depuis plusieurs jours d’un risque d’attentat, n’auraient finalement pas été en mesure de détecter la mise en œuvre d’une telle opération dans une région à haut risque placée de surcroît sous leur surveillance permanente…. Comme de toute façon, ce scénario officiel n’est pas encore confirmé, l’incertitude qui persiste alimente toutes les hypothèses et contribue à l’accroissement des tensions, particulièrement dans le Hatay et à Reyhanlı, où des manifestations hostiles au gouvernement et aux réfugiés syriens ont eu lieu.

Depuis le début, Ankara pointe résolument du doigt le régime de Damas, qu’il menace de représailles. Le ministre de l’information syrien a démenti toute implication de son pays dans l’attentat, mettant en cause en retour le gouvernement turc en avançant de façon quelque peu fallacieuse que ce dernier aurait été à la recherche d’arguments pour provoquer une intervention internationale dans le conflit, au moment où Recep Tayyip Erdoğan doit rencontrer Barack Obama à Washington. Ce raisonnement n’est pas très éloigné de celui qui, émis par des milieux proches de l’opposition en Turquie, évoque l’intérêt qu’auraient pu avoir le rebelles syriens (notamment des fractions radicales comme les djihadistes d’Al Nosra) d’agir pour provoquer une intervention internationale dans le conflit. D’autres, à l’inverse, dans des milieux « libéraux » ou proches du gouvernement, s’inquiètent de l’implication, qu’ils jugent probable et centrale, des Acilciler, particulièrement influents au sein de la communauté Nusayri (alaouites de la région du Hatay). Dirigés par Mihraç Ural, un alévi turc réfugié en Syrie depuis plusieurs décennies, et accusé, de surcroît, d’être l’un des principaux responsables du massacre de sunnites syriens récemment perpétré à Banyas, dans la région alouite de Lattaquié, ces activistes sont soupçonnés d’avoir été les acteurs clef de l’attentat. L’intéressé s’est pourtant empressé de démentir son implication, en n’hésitant pas à mettre en cause Israël…

Il reste que quel que soit l’origine de l’attentat perpétré le 11 mai à Reyhanlı, la Turquie a compris au cours des dernières heures qu’elle a basculé dans une nouvelle phase de son implication dans le conflit syrien : celle de tous les dangers. Lorsqu’au cours de l’été 2011, le gouvernement turc a choisi de rompre avec le régime de Damas, il a probablement fait le pari de sa fin rapide et inéluctable, à l’instar de ce qui était en train de se passer pour la Libye de Mouammar Kadhafi en Libye. Or, 3 ans après le début des printemps arabes, le régime d’Assad tient toujours, et même s’il devait abandonner un jour Damas, il s’installerait probablement dans son bastion de Lattaquié. C’est dire si le gouvernement turc risque de devoir avoir encore longtemps à cohabiter avec son ancien allié…

Depuis 2011, la Turquie a du cohabiter tout d’abord avec un Etat confronté à un soulèvement. Après avoir pris le parti de l’opposition syrienne, elle a connu une série de déconvenues principalement constituées par des incidents de frontière : tirs sur des camps de réfugiés, avion de reconnaissance abattu, chutes d’obus sur son territoire. Depuis que le soulèvement syrien s’est mué en une véritable guerre civile, Ankara a vu sa frontière s’évanouir avec un Etat qui n’existe plus, mais dont les conflits intestins menacent désormais de s’étendre à son territoire. Cette évolution s’accompagne d’un afflux sans précédent de réfugiés dont le nombre a doublé depuis le début de cette année pour dépasser probablement 400 000. La grande insécurité générée par cette situation était déjà apparue, le 11 février dernier, lorsqu’à proximité de Reyhanlı, au poste frontière de Cilvegözü, une voiture piégée avait explosé, faisant une quinzaine de victimes. Un jour avant l’attentat de Reyhanlı, le think tank turc USAK avait mis en garde contre les risques de provocations dans les zones frontalières…

JM


Vous aimerez peut être aussi...

9 Réponses

  1. cingoz dit :

    Cher Monsieur,
    Merci pour vos éclairages, mais vous auriez dû préciser qu’il existe des différences très importantes entre les Kizilbas (ou Alevis) et Nusayris (ou alaouites).
    Merci

  2. Bigbibi dit :

    A qui profite le crime?
    Qui a intérêt à voir un pays comme la Turquie s’impliquer directement dans le conflit? Le régime? Pourrait-il vraiment survivre à une intervention étrangère, en plus de la guerre des jihadistes?
    A mon humble avis, ce crime sert plutôt les intérêts des « rebelles » qui ne cachent pas vouloir internationaliser le conflit. De là également à ce que des services secrets tiers interviennent…
    Ce qui explique la promptitude des autorités turques à accuser, via des gauchistes locaux, le régime syrien. Pas très crédible quand-même, et d’ailleurs, il semble que les Turcs eux-même ne soient pas aussi dupes que les autorités l’espéreraient…
    Autant d’innocents morts pour rien, là est le vrai scandale.

  1. 21 mai 2013

    […] l’attentat de Reyhanlı (cf. notre édition du 15 mai 2013), le leader de l’AKP était venu chercher l’appui sans faille de son allié américain et sa […]

  2. 16 juillet 2013

    […] loger. Mais aussi sécuritaire. Le souvenir du double attentat de Reyhanlı, le 11 mai dernier (cf. notre édition du 15 mai 2013), qui avait fait plus de 50 victimes dans cette ville frontalière accueillant de nombreux […]

  3. 16 juillet 2013

    […] loger. Mais aussi sécuritaire. Le souvenir du double attentat de Reyhanlı, le 11 mai dernier (cf. notre édition du 15 mai 2013), qui avait fait plus de 50 victimes dans cette ville frontalière accueillant de nombreux […]

  4. 16 septembre 2013

    […] blocage du Conseil de sécurité de l’ONU. En mai dernier, après l’attentat de Reyhanlı (cf. notre édition du 15 mai 2013), l’un des plus graves jamais commis sur le territoire turc au cours des dernières décennies,  […]

  5. 8 février 2014

    […] me disait cet été dans une petite ville d'Anatolie, un jeune couple avec lequel j'évoquais l'attentat très meurtrier de Reyhanli, un attentat qui aurait tué 51 « de nos frères sunnites » avait déploré Recep Tayyip […]

  6. 15 juin 2014

    […] politique avait déjà probablement coûté la vie à 52 habitants de Reyhanli (frontière syrienne)l'année dernière dans un attentat attribué par les autorités turques à un […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *