Tout savoir ou presque sur la crise syrienne…

n41Alors que la Turquie se remet à peine de l’attentat de Reyhanlı (notre édition du 15 mai 2013), le dernier ouvrage dirigé par Jean-Paul Burdy et Emel Parlar «Syrie, la régionalisation et les enjeux d’une guerre imposée», arrive à point nommé pour aborder, en profondeur et sous tous ses aspects, une crise syrienne qui est devenue la première urgence politique pour le gouvernement de l’AKP. La Syrie, en effet, vient d’entrer dans une troisième année de guerre civile et, sauf basculement imprévisible, ni le régime syrien, ni les oppositions dans leurs divisions, ne disposent des moyens suffisants pour l’emporter à court terme. Parmi les «révolutions arabes», le conflit syrien fait exception par sa violence extrême, et par ses dimensions régionales et internationales. Il déborde largement du pays : 1,5 million de réfugiés ; des circulations transfrontalières de combattants et d’armements ; l’implication directe d’acteurs régionaux (Hezbollah libanais et Iran, Turquie et Jordanie, Qatar et Arabie Saoudite) ; des grandes puissances à la manœuvre pour maintenir (Russie) ou recomposer (Etats-Unis) les équilibres stratégiques du Moyen-Orient. Cet ouvrage, qui est en fait le 41e livraison de la revue EurOrient, publiée par l’Harmattan, nous présente un point d’étape sur ce qui est désormais un ample bras de fer entre «un bloc sunnite» et un «arc chiite», aux enjeux cependant plus géopolitiques que confessionnels.

Contributions de Jean-Paul Burdy, Fabrice Balanche, David Rigoulet-Droz, Sami Moubayed, Jean Marcou, Daniel Meier, Masri Feki, Roland Lombardi, Gonca Oğuz Gök, Rukiye Tınas, Pierre Berthelot, Helin Sarı Ertem, Ata Ayati

Référence de l’ouvrage : Jean-Paul Burdy et Emel Parlar «Syrie, la régionalisation et les enjeux d’une guerre imposée», EurOrient N°41, l’Harmattan, Mai 2013, 38,5 €.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *