De quoi Taksim et Gezi Parkı sont-ils le signe ?

Taksim Gezi parkiIstanbul a vécu une nuit d’émeutes après la journée chaude de vendredi qui avait vu la police tenter d’expulser les manifestants qui occupaient depuis quatre jours le parc de Gezi à Taksim pour empêcher la destruction de ce dernier dans le cadre de l’opération de réaménagement urbain qui doit restructurer la célèbre place de la partie européenne d’Istanbul. Des groupes de manifestants souvent soutenus par les habitants ont affronté la police anti-émeute dans les quartiers adjacents jusqu’à une heure avancée, enflammant des objets divers et tentant d’ériger des barricades, tandis que la place et les espaces environnant se retrouvaient noyés dans un nuage de gaz lacrymogènes. Au petit jour, des manifestants ont franchi le premier pont sur le Bosphore pour marcher en direction de Taksim, avant d’être arrêtés aux abords de Beşiktaş par la police. Depuis hier, l’agitation semble gagner d’autres villes en Turquie, notamment Izmir et Ankara où des manifestations de solidarité avec les occupants de Gezi Park ont été observées. La Turquie n’est pas un pays où les révolutions sont fréquentes, raison de plus pour prendre ces événements au sérieux et essayer d’en comprendre le sens.

Le réaménagement de la place Taksim fait partie des grands projets urbains dans lesquels le gouvernement s’est lancé depuis quelques années. Le nouvel Istanbul voulu par Recep Tayyip Erdoğan, qui, rappelons-le, a fait ses premières armes politiques en étant maire de l’ex-capitale ottomane dans les années 1990, doit incarner à bien des égards la réussite d’un pays devenu la 16e économie mondiale, et les transformations politiques vécues par la Turquie depuis 10 ans. Lors de sa dernière campagne électorale, en 2011, le premier ministre a ainsi annoncé le creusement d’un «Kanal» pour doubler le Bosphore. Il y a quelques jours, il a lancé la construction d’un troisième pont au nord du Bosphore. À l’autre bout du détroit, le projet de métro souterrain «Marmaray» va relier les parties européenne et asiatique de la ville, tandis qu’une mosquée gigantesque édifiée sur la colline de Çamlıca dominera la nouvelle Rome. Inéluctablement l’AKP plante le décor de ses succès et ce faisant dépossède une partie des habitants d’Istanbul de leur histoire et de leurs repères. Au cours des dernières années, les mouvements de quartier et des mobilisations urbaines diffuses se sont pourtant multipliés. C’est ce qui explique que les occupants de Gezi Park aient souvent reçu l’appui des populations locales au cours des derniers jours. Certes, la place Taksim et sa promenade (le parc de Gezi), n’ont rien de remarquable dans leur disposition actuelle. C’est peut-être pour cela qu’ils ont finalement trompé leur monde. Mais à Istanbul, il s’agit d’un endroit spatialement stratégique (à bien des égards comme Tahrir, au Caire) : entre la Corne d’Or, la ville moderne, les nouveaux quartiers d’affaire, le Bosphore… Il voisine en outre les quartiers les plus branchés d’Istanbul, Istiklâl Caddesi, Beyoğlu notamment, peuplés de gens qui ne se reconnaissent, ni dans les projets grandiloquents du gouvernement, ni dans ses conceptions socio-politiques.

Taksim est aussi un lieu de mémoire important, depuis la manifestation du 1er mai 1977 qui avait vu, à la suite d’un mouvement de panique du à une provocation, plus d’une trentaine de personnes périr étouffées dans une ruelle perpendiculaire. Espace de contestation marqué par 33 années d’interdiction d’y manifester dans le sillage de ce drame, espace plus récent de libération quand, à partir de 2010, de grands rassemblements ont à nouveau pu s’y tenir pour célébrer le 1er mai, Taksim a récemment encore été sur la sellette lorsqu’il y a à peine un mois le gouvernement, saisissant le prétexte des travaux qui s’y déroulent, y a interdit la tenue du cortège de la fête travail (cf. notre édition du 1er mai 2013). Mais plus généralement les affrontements qui se déroulent ces derniers jours à Taksim s’inscrivent dans la liste déjà longue des mouvements sociaux que le gouvernement a cherché à marginaliser, à éteindre, voire carrément à réprimer, au cours des derniers années. Fin 2009, début 2010, la privatisation de l’ancien monopole des tabacs et alcool Tekel, avait provoqué un conflit social particulièrement dur, donnant lieu, notamment pendant plus de deux mois, à une occupation du centre d’Ankara par les travailleurs de l’entreprise en question (cf. nos éditions des 23 décembre 2009, 7 février 2010 et 21 février 2010). Par la suite en 2010-2011, les universités turques ont été affectées par des mouvements sporadiques de contestation, visant en particulier les responsables politiques de l’AKP et se caractérisant par des jets d’œufs à leur encontre (cf. notre édition du 10 décembre 2010). La dernière célébration de la fête nationale à Ankara a été marquée également par des tensions graves, suite à l’interdiction gouvernementale d’un rassemblement sur l’ancienne place du parlement à Ulus (cf. notre édition du 31 octobre 2012). La fin de l’année 2012 a vu de violents affrontements survenir à l’Université technique du Moyen-Orient après une visite de Recep Tayyip Erdoğan (cf. notre édition du 24 janvier 2013). Le 1er mai dernier, les tentatives de manifestation à Taksim se sont soldées par une riposte sévère des forces de l’ordre (cf. notre édition du 1er mai 2013). Ces événements ont certes été perçus comme marginaux et sporadiques, mais ils ont révélé un refus systématique et inquiétant du gouvernement de négocier ou à tout le moins d’établir, avant ses décisions de fond, le dialogue que toute société démocratique se doit de garantir.

Il faut bien voir en outre que ces tensions latentes croisent un agenda politique chargé et ponctué par des réformes contestées. Au cours des derniers mois, le gouvernement a multiplié les mesures touchant aux modes de vie : réforme de l’éducation valorisant l’essor des établissements religieux, tentative de réduction du délai légal pour avorter, et très récemment limitation de la vente d’alcool. Malgré l’enlisement de la réforme constitutionnelle au parlement, par ailleurs, beaucoup d’indices laissent penser que le parti au pouvoir entend finalement faire passer son propre projet constitutionnel par référendum, ce qui lui permettrait d’instaurer un régime présidentiel, ouvrant la voie à une longue présidence de Recep Tayyip Erdoğan. En dernier lieu, les émeutes de Taksim interviennent au moment où la situation internationale est particulièrement tendue aux frontières de la Turquie, et où l’attentat de Reyhanlı fait craindre une extension de la crise syrienne aux territoires turcs frontaliers, amenant à s’interroger sur des choix diplomatiques que l’AKP n’a cessé de présenter au cours des dernières années de façon tout aussi grandiloquente que ses projets stambouliotes et ses succès économiques.

Le mouvement de contestation de la place Taksim, baptisé significativement «Occupy Taksim» ne s’inscrit pas dans les schémas politiques traditionnels. Il rassemble surtout des activistes de mouvements politiques atypiques (extrême-gauche ou écologistes), des militants associatifs, des supporters du club de football de Beşiktaş (dont le stade voisin doit être prochainement détruit) et des soutiens individuels venues des quartiers concernés. Les caractères de ce mouvement et ses modes de mobilisation, qui ont largement recouru aux téléphones portables et aux réseaux sociaux, évoquent bien sûr les soulèvements arabes de 2011 et les initiatives qui s’en sont inspiré par la suite (Indignados de la Puerta del Sol, Occupy Wall Street…) pour impulser une contestation indépendante en lien avec les préoccupations des citoyens que les formations politiques traditionnelles ne seraient plus en mesure d’incarner aujourd’hui. Assistons-nous au début d’un « printemps turc » (cf. notre édition du 1er juin 2013) ?

Depuis 2002, l’AKP a gagné consécutivement 7 élections (3 législatives, 2 locales et 2 référendums). Cette suprématie électorale et l’incapacité de l’opposition turque à porter une option alternative crédible ont sans doute fait oublier au parti au pouvoir que, même majoritaire électoralement dans le pays, il ne peut oublier la diversité des opinions qui s’y expriment et des modes de vie qui y existent. L’attitude de plus en plus ombrageuse et intransigeante du premier ministre, consistant à balayer systématiquement d’un revers de main tout propos ou comportement discordant risque d’exclure socialement une partie de la population et de nourrir des foyers de tension qui seront de plus en plus difficiles à éteindre, comme le montre l’expérience des derniers mois, et plus encore l’embrasement des dernières heures.

Jean Marcou


Vous aimerez peut être aussi...

6 Réponses

  1. Huseyin dit :

    Merci, vraiment merci ! Enfin un journaliste, chercheur, spécialiste honnete et objectif qui ne prend pas partie. Vraiment merci !

  1. 4 juin 2013

    […] sur le Bosphore et celle d’un 3e aéroport, destiné à devenir le plus grand du monde. Bref, la reconstruction de la ville et de son histoire. Ma correspondante turque, Alayça, m’explique : « Les islamistes (au moins […]

  2. 4 juin 2013
  3. 5 juin 2013

    […]  Imprimer ce billet […]

  4. 24 juin 2013

    […] le signe d’une remise en cause globale de la politique menée par le parti au pouvoir (voir nos éditions du 1er juin 2013). Le parti de la Justice et du Développement, héritier historique de la mouvance […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *