Turquie : quand la contestation croise la question kurde

Contestation turque - question kurdeAu cours des derniers jours, le mouvement de Gezi Parkı a volé la vedette de l’actualité turque au «processus de règlement» de la question kurde. Il faut dire que ce dernier avait déjà commencé à se faire discret. Après de premières initiatives spectaculaires, comme les visites des députés du BDP à Abdullah Öcalan, le leader du PKK emprisonné sur l’île d’İmralı, et l’appel de ce dernier au cessez-le-feu, ce processus était presqu’entré dans la routine, ses phases successives s’enclenchant sans surprise, comme si elles avaient été répétées de longue date. La dernière d’entre elle, amorcée le 8 mai dernier (cf. notre édition du 11 mai 2013), avait vu, comme prévu, les militants du PKK commencer à se retirer du territoire turc et certains annoncer qu’au train où il se déroulait, ce retrait ne prendrait pas plus d’un mois. Mais depuis une dizaine de jours, l’attention se polarise sur Taksim et sur les lieux qui cristallisent la contestation en Turquie. Le règlement de la question kurde est-il pour autant oublié, voire même menacé dans son existence ?

Si le mouvement de protestation parti de Gezi Parkı est parvenu, contre toute attente, à rassembler un ensemble extrêmement hétérogène de contestataires et de mécontents, allant de l’extrême-gauche aux nationalistes, en passant par les militants associatifs, des féministes, des alévis, des étudiants, des syndicalistes, des écologistes ou des fans de clubs de supporters (…), il n’a guère attiré les Kurdes. Les provinces du sud-est, si promptes à s’embraser, sont restées étonnamment calmes, ces derniers jours. En dépit de quelques déclarations de sympathie et même si certains de ses députés ou de ses militants ont été vus sur les barricades, le BDP est donc prudemment resté en dehors du coup.

Force est de constater que Gezi Parkı survient au plus mauvais moment pour la cause kurde, celui où un règlement d’ensemble du premier problème de la démocratie en Turquie semblait être enfin à portée de main.  À bien des égards, le processus engagé a largement reposé sur la personne de Recep Tayyip Erdoğan et sur sa capacité à faire reculer les hostilités et les nationalismes les plus radicaux qui se manifestaient jusque dans son propre camp. Ainsi, dès lors qu’un mouvement nouveau et inattendu entame l’autorité du chef du gouvernement, cela peut avoir des conséquences sur le bon déroulement du «processus de règlement».

Le 7 juin 2013, Abdullah Öcalan a quand même salué le mouvement de Taksim, en déclarant qu’il constituait une véritable «rupture», mais il l’a aussi mis en garde contre les risques d’instrumentalisation nationaliste venant entre autres des réseaux Ergenekon ! Une manière de ne pas enfoncer totalement le gouvernement en l’occurrence. Les propos du leader kurde ont été de surcroît rendus publics par une délégation du BDP qui revenait de l’île d’İmralı et qui a surpris par sa composition, puisque ne comprenant que Pervin Buldan et Selahattin Demirtaş, et se passant des services de Sırrı Süreyya Önder (interviewé sur la photo), qui a été la grande révélation du «processus de règlement», mais qui a surtout été vu au premier rang des manifestants lorsque le mouvement de Taksim a commencé. Les dirigeants du BDP ont certes affirmé que le gouvernement n’était pas intervenu dans la composition de la délégation en question, mais l’on peut penser que l’absence du fantasque Önder dont Erdoğan a dit à plusieurs reprises qu’il était imprévisible, n’était probablement pas pour déplaire, en pareilles circonstances, au leader de l’AKP. Après avoir entre autres rencontrés le président Gül pour tenter de faire cesser les violences policières, l’ancien réalisateur de cinéma a d’ailleurs appelé les animateurs de la contestation de Gezi Parkı, à transformer leur mouvement en un «festival». Un conseil qu’ils ne sont pas loin d’avoir suivi d’ailleurs !

En ces jours d’effervescence, le BDP est-il donc trop prudent, voire suspect de vouloir sauver le soldat Erdoğan ? Peut-être, mais cette attitude se comprend mieux quand on se rend compte que, soucieux de protéger les acquis des premiers développements du «processus de règlement», les Kurdes n’entendent pas devenir un bouc-émissaire tout désigné pour le cas où ils s’impliqueraient par trop dans les manifestations en cours. Et puis, certains mots d’ordre nationalistes ou kémalistes, qui traversent le mouvement de contestation sans pour autant l’incarner dans sa totalité, ne sont pas sans les inquiéter. Le MHP demeure farouchement hostile au «processus de règlement», et le CHP s’est divisé sur la question, sa direction se montrant néanmoins particulièrement critique à l’égard des premiers efforts de paix entrepris.

Dès lors, tout en laissant une marge de manœuvre à leurs militants et partisans, les principales forces représentatives kurdes préfèrent attendre que l’orage passe, en priant pour qu’il ne soit pas fatal, non seulement au gouvernement mais aussi à son chef qui, depuis qu’il s’est mis en tête de régler le problème kurde, en a fait comme on pouvait s’y attendre, un de ses nouveaux grands projets, presqu’aussi important que le 3e pont, le 3e aéroport, le Kanal d’Istanbul et bien sûr le réaménagement de la place Taksim réunis…

JM


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. JMF dit :

    Plus que surpris de la recuperation, je suis choqué par le processus de désinformation développé par les Reuters, AFP, et correspondant du journal le monde, uniquement à l’écoute d’un camp, comme s’il fallait coûte que coûte degrader encore l’image de la Turquie auprès du lectorat Français.

  2. Bigbibi dit :

    Même si a priori le mouvement de Gezi n’a pas de rapport avec le processus de règlement de la « question » kurde, on ne peut qu’être surpris de la récupération de ce mouvement par les nationalistes en tous genres, défilant avec leurs drapeaux flanqués du portrait d’ataturk, alors même que les manifestants initiaux n’arboraient pas ce genre de signes bien significatifs en Turquie, dans le contexte crucial du processus de paix.
    Il me semble que ces manifestants soient moins sensibilisés pas le sort de centaines d’arbres que par le danger qu’ils voient dans ce processus de paix. Et puis, dans l’histoire de la Turquie, la déstabilisation a toujours été une stratégie des militaires, lesquels, pour déstabiliser la gauche ou les mouvements kurdes, et asseoir son pouvoir, n’avaient pas hésité à aider contribuer à l’avènement d’Erbakan, avant de se positionner comme seul recours contre le « danger » que ce dernier représentait. De même, par exemple, la stratégie consistant à implanter un « Hezbollah turc » dans la lutte contre les Kurdes dans les années 90.
    Bref, je crois que l’Etat profond n’a pas dit son dernier mot, et fera tout pour faire plier ce gouvernement malgré tout légitime, puisque élu démocratiquement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *