Nouvelle épreuve de vérité pour les relations turco-européennes !

Chap22-1Alors que d’aucuns s’interrogent sur le devenir du processus de règlement de la question kurde, qui est entré dans une semi-léthargie depuis que le mouvement de Taksim a commencé, il y a 3 semaines, ce sont en fait les relations turco-européennes qui pourraient bien être la première victime des dégâts collatéraux de la crise politique majeure que la Turquie vient de vivre. Au moment même où le gouvernement turc s’emploie à en finir avec la contestation (notre édition du 21 juin 2013), les relations turco-européennes connaissent, en effet, une dégradation sans précédent. Celle-ci est bien sûr la conséquence des polémiques qui ont suivi les prises de position critiques de Bruxelles à l’égard des récents événements, qui se sont déroulés en Turquie.

Gros temps sur les relations entre Ankara et Bruxelles.

L’attitude de la Commission européenne, au début de la crise, n’a pourtant pas été très différente de celle des Etats-Unis, consistant essentiellement en une mise en garde des autorités turques, quant à l’usage disproportionnée de la force. Toutefois, alors qu’une sortie de crise commençait à s’amorcer, le gouvernement turc, et plus particulièrement son premier ministre, se sont mis à prendre pour cible les institutions de Bruxelles. Plusieurs éléments expliquent cette exaspération turque à l’égard des Européens. En premier lieu, des responsables politiques européens nationaux ont apporté leur soutien au mouvement quand, comme Cem Özdemir et Claudia Roth (les dirigeants des Verts allemands), ils ne sont pas venus l’appuyer par leur présence sur le terrain. En deuxième lieu, la conférence turco-européenne, qui s’est tenue, le 7 juin 2013, à Istanbul, au plus fort desChap22-22 événements, s’est fort mal déroulée. Tandis que le premier ministre dénonçait les réticences européennes à la candidature de son pays, le commissaire européen à l’élargissement, Stefan Füle,  ripostait en affirmant «qu’avant de parler du futur», on ne pouvait «ignorer le présent» (c’est à dire les événements de Taksim) et en demandant au gouvernement turc de faire preuve, pour régler la crise en cours, d’une « sagesse similaire » à celle qui l’avait récemment guidée, dans sa recherche d’un règlement de la question kurde. La réaction de Stefan Füle a été d’autant moins prisée par Ankara qu’elle s’est accompagnée d’un Twitt du commissaire tchèque, exprimant ses déceptions quant aux résultats de la conférence en question, que le Chap22-3premier ministre a perçu comme une véritable mise en cause personnelle. En dernier lieu, le 12 juin 2013, la prise de position extrêmement ferme du parlement européen, mettant en garde le gouvernement contre l’usage de la violence et lui recommandant de prendre des mesures de conciliation, a achevé de mettre le feu au poudre, Recep Tayyip Erdoğan faisant valoir que la Turquie n’étant pas membre de l’UE, elle ne se considérait pas comme liée par une telle adresse.

Certes, réunis à Ankara, le 13 juin, les ambassadeurs des pays européens ont assuré que les événements de Gezi n’auraient pas de conséquences directes sur la conduite du processus d’adhésion. Et surtout le lendemain, l’accueil favorable par les autorités européennes des efforts de conciliation entre le premier ministre et les manifestants de Taksim, ont contribué à décrisper l’atmosphère. Pourtant, à l’issue de l’évacuation manu militari de la place Taksim, le 15 juin, l’offensive lancée par le gouvernement turc pour en finir avec la contestation et la tenue de grand meetings pré-électoraux de l’AKP, permettent de mesurer le fossé qui s’est creusé, ces dernières semaines, entre Bruxelles et Ankara.

Quand Américains et Britanniques font le gros dos

Cette brouille de la Turquie avec l’Europe n’est pas pour autant pas une brouille avec tous ses alliés occidentaux dans leur ensemble, car dans le même temps les relations turco-américaines n’ont pas connu de dégradation similaire. En effet, après de premières observations incisives sur l’usage de la force et la répression de la contestation, les autorités américaines se sont faites plutôt discrètes. De passage aux Etats-Unis, en début de semaine, le vice-premier ministre turc, Beşir Atalay, a loué la modération américaine et son approche «équilibrée» de la crise turque. Et le 19 juin, l’ambassadeur des Etats-Unis en Turquie, Francis Ricciardone, a fait une déclarationABD ANKARA BUYUKELCISI RICCIARDONE AK PARTI d’apaisement, en réaffirmant sa conviction dans la capacité du gouvernement et de la «démocratie» turcs à résoudre la crise.

On observera que, parallèlement, pendant le développement de la crise, les Britanniques se sont démarqués de fait de la position européenne. Lors de la conférence du 7 juin 2013, Jack Straw, l’ancien chef de la diplomatie britannique, s’est élevé contre le  «traitement injuste» de la candidature d’Ankara à l’UE. Et le 15 juin, lors d’une conférence de presse, répondant à une question sur les événements chap22-41de Taksim, le premier ministre britannique, David Cameron, n’a pas hésité à déclarer que, depuis 10 ans, la Turquie avait fait des progrès sensibles en matière de démocratie et de droits de l’homme. Il est donc clair que, si la récente crise politique en Turquie a contribué à éloigner un peu plus Ankara de l’Europe, elle n’a pas eu les mêmes effets sur les relations entre les Turcs et leurs alliés anglo-saxons.

Cette situation n’a rien de très étonnant, quand on la replace dans le contexte régional de la crise syrienne, qui voit la Turquie et les Etats-Unis coopérer étroitement, notamment dans la recherche d’une solution avec la Russie et dans l’armement des rebelles depuis que l’embargo international a été levé. On comprend donc mieux, à cet égard également, la position de modération adoptée par le Royaume-Uni (qui est de surcroît un partisan de longue date de la candidature européenne turque) à l’égard de la contestation qui a secoué la Turquie, comme d’ailleurs, dans une moindre mesure, la relative discrétion française sur le même sujet… Britanniques et Français sont les seuls pays européens sérieusement impliqués dans la recherche d’une solution à la crise syrienne et ont intérêt de ce fait à ménager leurs relations avec Ankara.

L’enjeu de l’ouverture du chapitre 22 avant la fin de la présidence irlandaise

En revanche, la relation turco-européenne risque de pâtir d’autant plus des événements actuels qu’elle traversait déjà antérieurement une phase délicate. Au cours du second semestre 2012, on se souvient en effet que les rapports entre Ankara et Bruxelles avaient été gelés, du fait de la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne par Chypre. L’actuelle présidence irlandaise, devait donc sonner l’heure de la relance des négociations. Bien que timide, le mouvement paraissait néanmoins bien amorcé, depuis qu’en février dernier, le gouvernement français avait accepté de lever son veto à l’ouverture du chapitre 22 («politique régionale») du processus de reprise de l’acquis communautaire. Ainsi, la présidence irlandaise allait être la première à ouvrir, depuis 3 ans, un nouveau chapitre de négociation (pour le bilan des négociations et des 13 chapitres ouverts depuis 2005 : cf. notre édition du 4 octobre 2010)…

Las ! Suite aux péripéties des dernières semaines précédemment exposées, ce scénario ne semble plus acquis. Alors même que le Conseil de l’Union européenne doit se prononcer sur l’ouverture ou non du désormais fameux chapitre 22, les travaux préparatoires du COREPER (Comité des représentants permanents qui prépare les travaux du Conseil) ont révélé, à cet égard, une forte réticence de l’Allemagne et desChap22-5 Pays-Bas. L’opposition de Berlin, en particulier, a envenimé un peu plus des relations turco-allemandes déjà passablement affectées, ces dernières semaines, par la tenue du procès, à Munich, du groupe néo-nazi, responsable de la mort de 8 immigrés turcs et d’un immigré grec. Il y quelques jours, Egemen Bağış, le ministre turc des affaires européennes a accusé Angela Merkel d’avoir principalement dans cette affaire des préoccupations d’ordre domestique, liées à la tenue prochaine des élections législatives en Allemagne. Cette remarque provoque actuellement un incident diplomatique bilatéral, les ambassadeurs des deux pays dans les deux pays faisant l’objet de convocations. Le ministère turc des affaires étrangères et le premier ministre ont également fait savoir qu’un échec de l’ouverture du 22e chapitre pourrait ramener le processus de négociations à la case départ, c’est-à-dire à l’état dans lequel il se trouvait, entre 1997-1999, avant la reconnaissance officielle de la candidature d’Ankara. Dans une telle hypothèse, la Turquie ne conserverait plus avec Bruxelles (un peu comme la Norvège) que des relations économiques liées pour l’essentiel à l’application de l’accord d’Association de 1963 et à l’accord d’Union douanière de 1995. On peut penser que le processus d’adhésion serait alors (définitivement ?) interrompu.

En tout cas, le péril qui pèse, à l’heure actuelle, sur l’avenir des relations turco-européennes, semble attesté par la réaction d’un certain Chap22-6nombre de personnalités ou d’organisations. Fazıl Say, le célèbre pianiste, qui a vécu récemment une série de démêlés judiciaires, suite à une inculpation pour blasphème, a écrit une lettre à Angela Merkel pour lui demander de ne pas persister dans son opposition à l’ouverture du chapitre 22, au risque de faire le jeu du gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan. Le leader du parti kémaliste (CHP), Kemal Kılıçdaroğlu s’est lui aussi adressé à la chancelière allemande pour lui expliquer qu’il ne fallait pas que sa réaction justifiée à l’égard de la répression du mouvement de contestation engendre un blocage de la candidature de la Turquie qui pourrait avoir des effets désastreux pour l’évolution de la démocratie dans ce pays. Quant à la TÜSIAD, l’organisation du patronat turc, qui est aussi un puissant lobby, soutenant la candidature turque à l’UE depuis le début, elle a lancé le 21 juin une pétition appelant Angela Merkel à ne pas persister dans un refus d’ouvrir le chapitre 22 qui pourrait «remettre en cause l’avenir démocratique du peuple turc en Europe.» L’Union européenne, pour sa part, devrait se prononcer sur cette ouverture, le 24 juin prochain… (affaire à suivre).

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *