Taksim vu de Tahrir : interview d’Hicham Mourad

HimouEn Egypte, tout le monde retient son souffle actuellement, avant la grande manifestation du 30 juin prochain, par laquelle l’opposition libérale entend «fêter» comme il se doit la première année de présidence de Mohamed Morsi. Le pays connaît, ces derniers jours, une ambiance particulièrement délétère. Alors que depuis des semaines, coupures d’électricité et coupures d’eau ponctuent le quotidien, les Egyptiens apprennent désormais à vivre avec les pénuries d’essence. Des files de voitures se forment en particulier devant les stations d’essence. Au Caire cette situation rend les déplacements très incertains, beaucoup de véhicules ayant cessé de circuler et les taxis limitant leurs courses.

Mercredi 26 juin, dans la soirée, Mohamed Morsi s’est adressé, pendant près de 3 heures, à ses concitoyens, pour faire le bilan de son année de présidence. Sur Tahrir où des tentes ont fait leur réapparition, quelques milliers de manifestants procédaient à une répétition générale avant la grande journée de dimanche, huant le discours de Morsi comme naguère ceux de Moubarak. Pour ce qui le concerne, un peu comme Tayyip Erdoğan, le frère Morsi essaye de mobiliser ceux qui l’ont élu. Vendredi 28 juin, des contre-manifestations islamistes devraient se former au sortir de la prière pour tenter d’enrayer le mouvement de dimanche dans lequel certains voient déjà le début d’une deuxième révolution…

Dans un tel contexte, Hicham Mourad, le rédacteur en chef du magazine Al Ahram Hebdo du Caire nous explique, que les événements de Taksim et la contestation dont le gouvernement Erdoğan est actuellement l’objet, n’arrangent pas les affaires des Frères musulmans égyptiens qui avaient pris l’habitude de faire de la Turquie de l’AKP, leur modèle de gouvernement.

Jean Marcou : Comment les Egyptiens ont-ils réagi en apprenant que Taksim concurrençait Tahrir et qu’un mouvement de contestation ébranlait le «modèle turc» ?

Hicham Mourad : En réalité, il y a eu deux types principaux de réaction. Le premier, manifestement dominé par la gêne et l’embarras, a été celui des Frères musulmans et de leurs sympathisants. Pour eux qui n’ont cessé de faire l’éloge de l’expérience de l’AKP, depuis qu’ils sont arrivés au pouvoir, ces événements sont survenus au plus mauvais moment. Car tout d’un coup, patatras ! La Success Story turque qui contribuait à légitimer leur propre expérience a révélé ses failles, au moment même ils sont en butte à des critiques très fortes. Dès lors, ils se sont pris à espérer qu’il ne s’agissait là que d’un mauvais rêve qui serait de courte durée, tandis que l’incompréhension et un certain mutisme dominaient leur réaction. Le second point de vue a été celui de l’opposition libérale. Et l’on peut dire, à cet égard, qu’elle a sauté sur l’occasion pour démythifier le «modèle turc» et retourner ses échecs contre les Frères musulmans. S’étonnant de la violence de la répression, en la comparant à celle des pires heures du régime Moubarak, les milieux libéraux ont renvoyé l’ascenseur en quelque sorte au Parti de liberté de la justice (parti des Frères musulmans), en faisant un parallèle entre le raidissement de l’exercice du pouvoir en Turquie et ce qui attend les Egyptiens si Morsi va au bout de sa présidence.

Jean Marcou : Quelle a été la réaction des Salafistes ?

Hicham Mourad : Les Salafistes ne se sont pas sentis directement concernés. Pour eux, l’expérience turque et notamment sa tentative de faire cohabiter islam et modernité, sans parler de son acceptation de la démocratie et d’une certaine forme de laïcité, sont des hérésies de la pire espèce. Que le «modèle turc» puisse connaître des problèmes n’est donc pas étonnant pour eux et ne  remet pas en cause en tout cas leur propre ligne politique, comme c’est le cas pour les Frères musulmans.

Jean Marcou : L’image de la Turquie a-t-elle été durablement atteinte  par la contestation partie de Taksim ?

Hicham Mourad : Indiscutablement. Il faut dire que beaucoup d’Egyptiens ont pris l’habitude de se rendre en Turquie, au cours de la dernière décennie. Beaucoup ont donc commencé à s’interroger, craignant pour leur sécurité s’ils persistaient à aller dans ce pays. Il est d’ailleurs significatif qu’actuellement on assiste à un regain de publicité des organismes touristiques turcs, appelant à voyager en Turquie à l’occasion des prochaines vacances de Ramadan. Avant les Turcs n’avaient pas besoin de recourir à de tels artifices pour décider les Egyptiens à visiter leur pays. Toutefois, il faut rester prudent et ne pas porter de jugement définitif sur ce tassement de la popularité turque.

Jean Marcou : Pourquoi ?

Hicham Mourad : Parce que la sympathie qu’a accumulée la Turquie, au cours des dernières années, ne va pas s’effondrer du jour au lendemain en Égypte. Le soft power turc a eu le temps de faire son effet et dans l’ensemble l’opinion publique égyptienne conserve une vision positive de ce pays. Celle-ci tient bien sûr à l’énorme popularité des feuilletons télévisés turcs dans le monde arabe et à la frénésie de voyages que j’évoquais précédemment. Mais elle est aussi la conséquence des habitudes de consommation. Les produits turcs sont très appréciés en Égypte, du fait en particulier de leur bon rapport qualité-prix. Inférieurs aux produits européens, qui restent inaccessibles pour beaucoup d’Egyptiens, ils sont très supérieurs aux produits chinois ou égyptiens, et leurs prix demeurent bien sûr abordables. Cette reconnaissance du «made in Turquie» dans la consommation quotidienne nourrit en bien l’image de ce pays. On s’en aperçoit lorsqu’on observe que nombre de feuilletons égyptiens, de films, ou de clips musicaux, sont tournés en Turquie, faisant apparaître des images typiques d’Istanbul. Il en faudra donc plus pour que l’image de la Turquie soit profondément et durablement atteinte.

Jean Marcou : L’un des facteurs qui a aussi contribué à la popularité de la Turquie, au cours des dernières années, est l’attitude de  Recep Tayyip Erdoğan à l’égard Israël et de la cause palestinienne. L’image de la Turquie n’a-t-elle pas souffert également de la restauration partielle des relations turco-israéliennes, suite aux excuses présentées récemment par l’Etat hébreu pour l’arraisonnement meurtrier du Mavi Marmara ?

Hicham Mourad : En fait, je dirai cette modération turque relative à l’égard d’Israël n’a guère été perçue que par les responsables politiques et qu’elle a échappé au grand public. Les spécialistes ont certes observé que la Turquie devenait plus réaliste en matière diplomatique, qu’elle avait tendance à se rapprocher des Américains et qu’elle abandonnait les postures de Don Quichotte néo-tiersmondiste qu’on avait pu relever dans les années qui avaient précédé les printemps arabes. Mais en un sens, l’Egypte de Mohamed Morsi s’est montrée tout aussi « réaliste », en se gardant bien de porter atteinte aux intérêts américains dans la région. Certes, pendant la dernière crise de Gaza, le premier ministre égyptien s’est rendu dans l’enclave palestinienne, ce que n’aurait pas fait son homologue, à l’époque de Moubarak. Mais tout cela est un peu de la poudre aux yeux et globalement la politique conduite par Mohamed Morsi, à l’égard d’Israël et des Américains, n’est pas très éloignée de celle conduite par ses prédécesseurs. C’est ce qui explique d’ailleurs que l’ambassadrice américaine en Égypte ait pris récemment la défense de Mohamed Morsi (mettant en garde l’opposition contre l’instabilité périlleuse qui résulterait d’une nouvelle révolution) et qu’elle soit désormais la cible de critiques acerbes de la part de la presse d’opposition.

Propos recueillis par Jean Marcou au Caire, le 26 juin 2013.

Retrouvez l’émission « Géopolitique » de Marie-France Chatin sur Radio France Internationale (RFI), consacrée à la situation en Egypte, un an après l’élection de Mohamed Morsi, à la présidence de la République :  avec Alain Gresh, Hicham Mourad et Jean Marcou : « L’an 1 de la présidence de Mohamed Morsi »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *