Cartographie des think-tanks turcs et tentative de typologie

erdogan_thinktanks

© Cem Özdel / AA

Au cours d’un entretien télévisé avec le journaliste Fatih Altaylı pour l’émission « Teke Tek » sur la chaîne Haber Türk le 17 février dernier, le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan a appelé de ses vœux une implication accrue des think tanks turcs (« düşünce kuruluşları ») dans l’élaboration de la politique étrangère du pays. À suivre le Premier ministre, ces « laboratoires d’idées » devraient même servir à en faire la promotion à l’international,  transformant de fait les chercheurs ou « experts » de ces organisations en véritables « VRP » de la politique extérieure de la Turquie de l’AKP. Cette intervention médiatique du Premier ministre permet de mettre en lumière le positionnement hybride de ces structures privées produisant des « expertises » relevant du domaine des politiques publiques. Lieux d’une indistinction sectorielle entre champs académique, politique et gouvernemental, ces think-tanks turcs dont il s’agira de déterminer la place respective dans le champ à un instant t, semblent ainsi constituer des lieux privilégiés de réflexion, d’élaboration voire de mise en œuvre de la politique étrangère.

Les productions de ces organisations à l’interface des champs du savoir et du pouvoir restent pour autant l’objet de réappropriations et de reconstructions Dès lors, s’il est envisageable de dresser un panorama d’ensemble de ces lieux d’élaboration et de construction du savoir en matière de politique étrangère, il serait vain de vouloir déterminer de façon précise la généalogie de telle ou telle position adoptée par le gouvernement en matière de politique extérieure. Enfin, il convient de rappeler ici que cette cartographie ne constitue qu’un instantané d’un rapport de force nécessairement évolutif et sujet à des renégociations, à savoir des processus d’institutionnalisation ou bien de marginalisation.

Quels sont alors les acteurs dominants de ce champ du pouvoir par le savoir ? Structuré par des rapports de force pour l’imposition du principe d’interprétation dominant sur les questions de politique étrangère, ce champ constitue un espace de production de savoirs opératifs sur les zones privilégiées de mise en œuvre de la politique étrangère turque, au premier rang desquelles le Moyen-Orient arabe et l’Afrique sub-saharienne.

La fondation SETA (Siyaset Ekonomi ve Toplum Araştırmaları Vakfı, « Fondation pour la recherche politique, économique et sociale ») semble constituer l’acteur le plus visible de cet espace de la maturation et de la mise en forme du savoir en matière de politique étrangère. Cette institution, financée par le ministère des Affaires Étrangères et disposant d’antennes à Washington (SETA DC), et depuis peu, au Caire, semble faire office de « deuxième ambassade de Turquie » (J.-B. Le Moulec) dans ces pays, entretenant de fait la non-différenciation des champs de savoir et de pouvoir. La conférence donnée par le Premier ministre turc le 17 mai 2013 dans les locaux de SETA DC lors de sa tournée étasunienne en constitue une illustration récente (voir notre édition du 20/06/13).

Cette proximité, voire cette indistinction, entre acteurs des champs politique et (para-)académique, se retrouve au sein d’organisations comme l’ORDAF (Ortadoğu ve Afrika Araștırmacıları Derneği, « Association des chercheurs sur le Moyen-Orient et l’Afrique ») ou le SDE (Stratejik Düsünce Enstitüsü, « Institut de réflexion stratégique »). Véritables outils de la politique étrangère turque plus que lieux de son élaboration, ces institutions semblent servir la mise en œuvre dans le champ académique de la politique étrangère de l’AKP envers le monde arabe et l’Afrique subsaharienne. L’organisation de colloques revêt alors une importance cruciale dans cette dynamique d’investissement du savoir par l’action de politique étrangère (voir notre édition du 28/03/13). Le troisième congrès arabo-turc en sciences sociales (ATCOSS) sur le thème « Justice, Etat et société » organisé par le SDE à Istanbul début mai 2013, jouant clairement sur un principe de solidarité religieuse, en constitue un exemple frappant (voir le discours de clôture de Yasin Aktay). Cet investissement est médiatisé par des élites à forte mobilité inter-sectorielle qui semblent tirer profit d’une dynamique d’égalisation de la valeur des ressources dans les champs de la sociologie de l’islam et de la politique étrangère. Ahmet Kavas, professeur à la faculté de théologie de l’université d’Istanbul, vice-président de l’ORDAF et nouvellement nommé ambassadeur de Turquie au Tchad, ou encore Yasin Aktay, professeur de sociologie spécialiste de l’islam, figure montante de l’AKP et directeur du SDE, en constituent des exemples marquants.

L’USAK (Uluslararası Stratejik Araştırmalar Kurumu, « Institut de recherches stratégiques internationales »), et dans une moindre mesure l’ORSAM (Ortadoğu Stratejik Araştırmalar Merkezi, « Centre d’études stratégiques sur le Moyen-Orient ») financé par l’association turkmène, disposent également d’une bonne visibilité dans le champ et semblent constituer des lieux intermédiaires de l’élaboration et de la conceptualisation de la politique étrangère turque.

Les fondations TEPAV (Türkiye Ekonomi Politikaları Araştırma Vakfı, « Fondation turque de recherche en politiques économiques ») liée à la chambre de commerce de Turquie, et TESEV (Türkiye Ekonomik ve Sosyal Etüdler Vakfı, « Fondation turque d’études sociales et économiques »), structure plus ancienne mais ne disposant plus d’équipe de recherche propre, sont elles réputées plus indépendantes.

Enfin, il existe des structures totalement marginalisées dans le champ, au premier rang desquelles les think-tanks nationalistes, reconnaissables à leur acronyme commençant par les lettres « TUR- ». Des institutions comme TURKSAM (Uluslarası Ilişkiler ve Stratejik Analizler Merkezi, « Centre turc de relations internationales et d’analyse stratégique ») ou encore l’organisation panturquiste TURANSAM (Turan Stratejik Araştırmalar Merkezi, « Centre panturquiste de recherches stratégiques »), ne semblent plus disposer d’aucune influence dans le champ. Il convient également de mentionner dans ce panorama la présence de structures artisanales (type EDAM, Ekonomi ve Dış Politika Araştırma Merkezi, « Centre de recherche en économie et politique étrangère »), mises en place par de petits entrepreneurs du politique dont les réseaux permettent ou non de maintenir la présence dans le champ.

L’analyse rapide de ces espaces extra-étatiques de production d’un savoir en matière de politique étrangère – parfois outils de diffusion de cette politique – permet finalement de mettre en lumière une concomitance des temporalités de « mise à l’agenda » gouvernementale et para-académique, signe de la faible différenciation de cet espace social.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *