Il y a 20 ans… le massacre de Sivas

20 ans SivasDes milliers de personnes ont participé aujourd’hui, 2 juillet 2013, à une grande marche commémorant le massacre de Sivas (Sivas Katliamı), survenu il y a 20 ans, en plein cœur de l’Anatolie. Les manifestants ont défilé jusqu’à l’hôtel Madımak, lieu de la tragédie, transformé depuis peu en centre culturel. Les autorités avaient pris des mesures de sécurité maximum et seules les familles des victimes ont été autorisées à entrer dans l’ex-hôtel pour se recueillir devant un monument érigé à la mémoire de celles-ci. Certains des manifestants ont repris des slogans anti-gouvernementaux pour célébrer la mémoire d’un drame plus récent : la mort d’Ethem Sarısülük, l’un des 4 manifestants qui a été tué lors du mouvement de protestation de Gezi Parkı, et se trouve être un alévi. Plus généralement, cette manifestation commémorative a fait écho aux difficultés que rencontrent toujours les alévis pour être reconnus comme des citoyens turcs à part entière. Quelques rappels historiques…

Le 2 juillet 1993, une foule en délire, excitée probablement par des islamistes radicaux, prend d’assaut l’hôtel Madımak dans le centre de Sivas, une ville turque d’Anatolie centrale, connue pour son conservatisme religieux. Dans l’hôtel finalement incendié, on retrouve les corps de 35 personnes, principalement des intellectuels et artistes alévis venus participer au Festival Pir Sultan Abdal, deux assaillants ayant aussi péri dans l’assaut. Les noms de ces derniers ont provoqué d’ailleurs un incident aujourd’hui, car ils figurent paradoxalement sur le monument commémoratif de l’hôtel Madımak, aux côtés de ceux de leurs victimes. Choquées une partie des familles de celles-ci ont ainsi refusé de pénétrer dans l’hôtel.

Pour comprendre les origines de ce drame, il faut rappeler que ce festival annuel, qui porte le nom d’un poète alévi, Pir Sultan Abdal, exécuté par les autorités ottomanes au XVIe siècle, intervenait dans un contexte bien particulier. Alors même que la Turquie connaissait une période d’instabilité politique, l’écrivain Aziz Nesin, avait décidé au nom de la liberté d’expression, de traduire et de publier les fameux «Versets sataniques» de Salman Rushdie, qui provoquaient de multiples incidents dans le monde musulman depuis leur première parution en 1988. L’initiative de Nesin avait donc suscité des protestations et des menaces dans les milieux islamistes turcs alors en plein développement. Ne faisant pas mystère de son athéisme, Aziz Nesin, qui participait au festival alévi de Sivas, était donc probablement l’une des cibles principales de la manifestation islamiste qui incendia l’hôtel Madımak. Le sort voulut néanmoins qu’il réchappe de cette tragédie, mais il en sera aux dires des siens très affecté et mourra deux ans plus tard, des suites d’une crise cardiaque.

De longue date, en Turquie, les alévis, qui constituent entre 20 et 25% de la population, ont été victimes de persécutions. Sous l’Empire ottoman, ceux qu’on appelle les Kızılbaş (têtes rouges), accusés d’être des hérétiques par les sunnites, ont fait régulièrement l’objet de Pogroms, et bien qu’ils en soient devenus pourtant les meilleurs soutiens, la République laïque n’est pas parvenue à remettre en cause cette triste tradition. En 1938, en effet, dans le cadre de la politique de turquisation du territoire, plusieurs dizaines de milliers de Kurdes alévis de Dersim sont massacrés ou déportés. De façon surprenante, dans une période plus récente, l’hécatombe se poursuit. En 1978, à Malatya puis à Maraş, et en 1980, à Çorum, les alévis sont victimes de nouveaux pogroms. Et même après le massacre de Sivas, des incidents éclatent en 1995 dans le quartier de Gazi à Istanbul.

En réalité, l’alévisme n’a jamais été reconnu comme une religion à part entière. Depuis les débuts de la République, la pratique de leur culte est assimilée à celui de la religion sunnite hanéfite majoritaire, notamment par la direction des affaires religieuses, une instance gouvernementale qui administre la religion dominante. Un moment, on a pu croire que le gouvernement de l’AKP avait décidé de se saisir de ce dossier pour mettre un terme aux dérives d’un islam d’Etat installé par la République. Mais après de premiers gestes prometteurs, et dépit de la reconnaissance officielle des massacres de Dersim en novembre 2011 par le premier ministre Recep Tayyip Erdoğan, le parti au pouvoir a fortement déçu en refusant de reconnaître les Cem Evi, comme des lieux de culte, et en arguant que les lieux de cultes des musulmans ne pouvaient être que les mosquées. Très récemment le gouvernement n’a en outre rien trouvé de mieux que de donner au futur troisième pont sur le Bosphore, le nom du Sultan Selim 1er dit Yavuz («le brave») dont le règne (1512-1520) fut le théâtre de massacres d’alévis. Il n’est donc pas étonnant que les alévis aient été nombreux à participer au mouvement de contestation qui a secoué la Turquie ces dernières semaines. Le 18 juin dernier, le président Gül a proposé de donner le nom d’un alévi célèbre, Haci Bektaş Veli ou Pir Sultan Abdal, au prochain grand ouvrage entrepris en Turquie. Il n’est pourtant pas sûr que cette proposition louable parvienne à calmer les inquiétudes des alévis. Elle ne fera pas oublier en tout cas ce qui s’est passé à Sivas, le 2 juillet 1993.

JM


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. anne dit :

    Bonjour

    Pour ma part je ne trouve rien de bien « louable »dans l’initiative présidentielle.

    Sinon les massacres de 1978 n’ont rien de surprenants. Ils ont été le prétexte à l’instauration de l’Etat d’Urgence, prélude au coup d’Etat de 1980. Il y a eu de très nombreuses arrestations (et tortures,)notamment parmi les » devrimci » « révolutionnaires » alévis qui manifestaient pour dénoncer les massacres. Le putsch de 1980 associait Atatürk et synthèse turco sunnite (comme le fait toujours l’extrême droite turque).

    Quant à Sivas, l’incendie a eu lieu à un croisement dans le « réglement » de la question kurde. Ensuite les grandes opérations de destruction de villages débutées en 1992 se sont accélérées. Le PKK qui avait « vengé » Sivas en massacrant 3 jours plus tard 28 villageois d’un village MHP, Babasglar à Erzincan leur donnant (étrangement) un coup de main. Certains allant jusqu’à voir la même main de l’état profond dans ces deux massacres.

    Et des braves gens comme Mehmet Ağar ( chef de la police et proche de Tansu Ciller) et Veli Küçük seraient impliqués dans les provocations ayant entraînées le massacre de Gazi à Istanbul en 1995, dans un contexte tendu (quelques mois plus tôt la mairie d’Istanbul envoyait ses bulldozers contre la cemevi de Karacaahmet à Istanbul)

  1. 3 juillet 2013

    […] A lire: Il y a 20 ans…Le massacre de Sivas […]

  2. 16 juin 2016

    […] Sur le long terme, les relations entre le Parti d’Action Nationaliste et les alévis se caractérisent par leur ambivalence. Avant le congrès d’Adana, la tendance « chamaniste » de ce mouvement valorisait l’alévisme, y voyant un réceptacle des croyances anatoliennes face à un islam sunnite perçu comme trop arabisé5. Puis, dans les années 1970, les affrontements entre l’extrême droite et l’extrême gauche contribuèrent à nourrir un net antagonisme entre la mouvance ülkücü et les organisations marxistes, au sein desquelles militaient de nombreux étudiants d’origine alévie6. Par ailleurs, l’islamisation de la rhétorique du MHP suite au congrès d’Adana fit de la droite nationaliste l’un des acteurs de la tension entre sunnites et alévis dans certaines provinces d’Anatolie centrale et orientale7 : par exemple, durant cette période, certains activistes ülkücü peignaient des croix rouges sur les habitations alévies (les exposant ainsi à des risques d’attaques)8. Rappelons également que des militants « Loups Gris » furent impliqués dans certains pogroms anti-alévis, comme le massacre de  Kahramanmaraş (1978)9. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *