Fini le badminton dans les mosquées turques !

BadmintonLa direction des affaires religieuses (Diyanet Işleri Başkanlığı), cette administration dépendant du premier ministre, qui gère les lieux de cultes en Turquie, a rendu public, le 5 juillet  dernier, une circulaire pour le moins surprenante, adressée à tous les muftis et leur interdisant d’accepter la tenue d’activités sportives à l’intérieur de leurs mosquées. Ce texte est consécutif à la révélation récente que des enfantss qui suivaient dans une mosquée du district de Milas (province de Muğla), des cours de religion, ont  aussi pu y bénéficier de leçons de badminton, en vertu d’un protocole très officiel signé, en 2012, par le Diyanet et la direction locale de la jeunesse et des sports. Les médias n’ont pas manqué de se faire l’écho de cette initiative originale et d’en diffuser des photos qui ont d’autant plus popularisé l’affaire que celle-ci ne semble pas avoir été un cas isolé. Dans la province d’Antalya des cours de tennis accompagnent en effet des leçons coraniques sur les tapis de prière, le mufti local expliquant, en bon pédagogue, qu’il s’agit là de joindre l’utile à l’agréable et de favoriser l’apprentissage de la religion sans la rendre incompatible avec des activités de loisirs. Ailleurs encore certains imams auraient accepté de transformer leurs seccade en tatamis… De tels comportements ne sont pas si surprenants lorsqu’on se souvient que dans la tradition musulmane, la mosquée est autant un lieu de vie qu’un lieu de culte.

Pourtant, le directeur des affaires religieuses, Mehmet Görmez, ne l’entend pas de cette oreille et estime que ce type d’activités contredit les principes fondamentaux de l’islam. Ainsi la circulaire du Diyanet demande-t-elle à tous les muftis de Turquie de ne plus tolérer la pratique des sports dans les mosquées, mais d’inciter les fidèles à se rendre dans des installations spécialement aménagées à cet effet ou à défaut d’user des espaces extérieurs aux édifices religieux (jardins, cours…) et non des salles de prière elles-mêmes. Certains ont pourtant donné à cette affaire un prolongement politique en rapport avec le récent mouvement de protestation de Gezi Parkı. On se souvient qu’une polémique avait éclaté à la suite de rumeurs faisant état de la transformation de la Bezmi Alem Sultan Valide, à Besiktaş (en face du palais de Dolmabahçe) en hôpital de campagne des manifestants de Gezi. Des propos plus alarmistes encore, repris par le premier ministre en personne, dans l’un de ses discours (cf. notre édition du 10 juin 2013), n’avaient pas hésité à affirmer que les nouveaux usagers de la mosquée en question n’hésitaient pas à s’y promener sans ôter leurs chaussures avec, le cas échéant, une canette de bière à la main. Longuement interrogé par la police antiterroriste, l’iman de la Bezmi Alem, Fuat Yıldırım, a farouchement refusé de confirmer la véracité de ces comportements « mécréants », en particulier, la consommation d’alcool dans sa mosquée. Toutefois, certains pensent que le Diyanet aurait profité de cette circulaire visant des activités bon enfant pour rappeler le comportement qui devait prévaloir dans un édifice religieux.

A bon entendeur salut ! Et pour ceux qui cet été auraient eu des projets inspirées par les expériences de Muğla et d’Antalya, il faudra donc y renoncer…

JM


Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Mehmet uzun dit :

    Je vous remercie beaucoup Mr Marcou pour votre réponse .voici quelques points .
    – je lis depuis plusieurs années vos analyses et éclairages sur la vie politique turque. Sans aucune flatterie, ils sont d’une qualité remarquables. Je conseillerais d’ailleurs à quelques envoyés permanents de la presse française , d’aller prendre quelques leçons chez vous.
    – toutefois, sauf méprise de ma part, depuis quelques mois , il me semble que lorsque vous évoquez l’AKP, j’entrevois une certaine ironie, voir du sarcasme.dans vos papiers Je me dits que voilà Mr Marcou, qui jusqu’à maintenant faisait preuve d’une objectivité et d’une pédagogie absolument unique dans le genre, se met à lancer des piques régulières sur un parti. serais-je dans l’erreur ?
    – pour en revenir au badminton dans les mosquées, je pense tout simplement que fut un temps ou les mosquées manquaient de fidèles,le « Diyanet » à fait de action de communication pour attirer ses jeunes, et maintenant qu’ils ont rempli leurs objectifs ( et les mosquées ) retour au sérieux .
    – Malgré mes remarques, mille mercis à l’OVIPOT, seul site francophone digne d’intérêt pour celui qui veut être informé honnetement sur la Turquie . Et vous Mr Marcou, continuez vos papiers, que j’attends toujours avec beaucoup d’impatience (même si …) .

  2. Jean Marcou dit :

    Mon intention n’était pas en l’occurrence de défendre la pratique du badminton ou du judo dans les lieux de culte et de combattre la circulaire du Diyanet, mais simplement de rapporter un fait qui n’est pas sans surprendre et qui m’a aussi permis de faire une pause entre les tensions de Taksim et celle de Tahrir, par quelques lignes moins sérieuses.
    Car autant que j’ai pu le comprendre (en consultant une foule de sites et en regardant les photos qui les illustraient) ces séquences sportives n’ont pas été organisées pour profaner les lieux de culte en question mais en parfait accord avec les autorités en charge de leur gestion (muftis et imams qui semblent heureux sur certaines photos de voir les jeunes fidèles s’affronter en kimono sur leurs tapis)… Ces activité sportives ont été conçues en outre comme un accompagnement des cours de religion… Cela m’a donc paru intéressant de montrer que des Turcs pouvaient être suffisamment à l’aise dans leurs mosquées pour les concevoir non seulement comme des lieux de culte mais aussi comme des lieux de vie. Personnellement j’ai souvent observé que les musulmans étaient plus décontractés dans les mosquées que les chrétiens dans les églises (tout dépend c’est vrai des pays dans les deux cas). Il n’en a pas toujours été ainsi pour les églises. Au Moyen-Âge elles étaient de véritables lieux de vie où l’on dormait, mangeait, recueillait les sans-logis et donnait l’asile.
    Quant à me prêter l’idée de vouloir souffler sur les braises en faisant un rapprochement entre l’affaire du Badminton et celle plus polémique de la mosquée de Dolmabahçe, je trouve que vous allez un peu loin, parce que beaucoup l’ont fait et que parmi ceux qui l’ont fait se trouvent même des organes de presse pro-gouvernementaux comme Zaman…
    JM

  3. François dit :

    Il est vrai que les mosquées sont des lieux idéales pour faire du sport. Vous me donnerez aussi des exemples d’églises ou de synagogues où on pratique du judo.

    • Jean Marcou dit :

      Faut-il pour autant envoyer au bûcher les imams qui ont offert à leurs élèves une leçon de judo après un cours de religion ?

  4. Mehmet uzun dit :

    Primo, allez mettre en place des cours de badminton ou de judo, dans des églises, synagogues ou autre lieu de culte et vous verrez ce que ça donne. Vous allez sûrement me soutenir qu’une mosquée est parfaitement adaptée,pour faire du badminton ou de judo!!!
    Deuxio , Mr Marcou à réussi à sacré tour de force en créant un lien entre cette affaire et les événements du parc gezi. Il donne à peine l’impression de souffler, laborieusement , sur des braises déjà bien éteintes.
    Tertio , depuis quelques temps, Mr Marcou, très fin observateur de la vie politique turque, semble abandonner ce rôle pour celui de critique de l’AKP. C’est son droit le plus naturel, certes, mais encore fau-t-il le faire plus ouvertement et,… plus courageusement .

  5. Ulas Ulas dit :

    Relisez si vous avez pas compris…et si vous comprenez toujours pas, y’a rien à faire…

  6. Christian dit :

    Si on ne comprend pas , c’est que l’on ne veut pas comprendre..ce refus signale une belle recrudescence de préceptes strictes de personnes non ouvertes au loisirs… La religion tue tout… Ouvrez vous…
    Ou va la laïcité qui a fait de la Turquie ce beau pays…

  7. Mehmet uzun dit :

    C’est un papier d’une grande importance qui va rester dans les anales Mr Marcou…. À moins que je n’ai pas pas compris l’intérêt du sujet? Dites nous plus clairement la ou vous voulez en venir. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *