D’Ankara à Çankaya


« Nous ne voulons pas d’un Imam à Çankaya ! » Tel était le principal mot d’ordre de la manifestation impressionnante qui a rassemblé plusieurs centaines de milliers de personnes (notamment beaucoup de jeunes et de femmes), à Ankara, le 14 avril, pour dissuader l’actuel premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan, de se présenter à l’élection pour la Présidence de la République. L’événement, organisé par l’Association de la Pensée kémaliste et auquel plusieurs centaines d’ONG ont participé, a bien sûr été diversement accueilli et commenté. Tandis que les milieux kémalistes se sont réjouis de ce sursaut et en parle comme de la plus grande manifestation jamais organisée sous la République, les médias proches du gouvernement ont préféré minimiser les faits, voire les ignorer superbement, pour titrer sur un tragique accident d’autocar en Cappadoce qui a fortement ému l’opinion. Mais, si l’on comprend que les milieux les plus traditionnellement laïques et nationalistes aient pu trouver leur compte dans le déroulement d’une telle manifestation, l’ampleur de cette dernière montre aussi que l’hypothèse de la candidature de Recep Tayyip Erdoğan inquiète une partie significative de la population turque, en particulier ses classes moyennes. Un certain nombre de sondages avaient d’ailleurs déjà montré régulièrement ces derniers mois que près de la moitié des Turcs déclaraient ne pas souhaiter une candidature du Premier Ministre.
Il est certain que cette attitude n’est pas exempte de contradictions. Beaucoup de commentateurs s’étonnent notamment de voir ces manifestants laïques, attachés aux modes de vie européens, défiler à l’appel de mots d’ordre nationalistes souvent très critiques à l’égard de l’Union Européenne, accusée de faire le jeu des islamistes, du gouvernement et plus généralement des « ennemis de la Turquie ». Mais ces ambivalences de comportement ne sont, après tout, pas si inhabituelles et l’on aurait tort de réduire cette manifestation à une manipulation nationaliste « laïcarde ». En effet, après les tirades des tenants de l’orthodoxie kémaliste institutionnelle (présidence, armée, YÖK…) auxquelles on a assisté ces dernières semaines, le succès de cette manifestation confirme l’existence d’un sentiment populaire réel que l’on sent monter non seulement pour témoigner d’un attachement aux valeurs fondatrices de la République mais aussi par souci de garantir un certain équilibre dans la détention des pouvoirs. En d’autres termes, si une large partie de la population accepte que le leader de l’AKP puisse gouverner, elle ne souhaite pas en revanche qu’il cumule tous les pouvoirs et qu’il remette en cause, par sa seul présence au sommet de l’Etat, le cadre symbolique qui est celui de la République depuis sa fondation.
Certes, dans un régime parlementaire, le Chef de l’Etat n’est pas au cœur de la dynamique politique qui fait fonctionner le système. Il ne faut pourtant pas oublier que, sans disposer de compétences aussi importantes que celle du président français, l’hôte de Çankaya a vu ses pouvoirs sensiblement renforcés par la Constitution de 1982. Il suffit de relire l’interminable article 104 de cette Constitution pour en prendre conscience et de se souvenir des « veto » à répétition du Président Sezer (en particulier contre des nominations jugées inappropriées) pour en être convaincu.
Pourtant, d’un point de vue constitutionnel, la voie semble libre pour le Premier Ministre-candidat. Les déclarations de l’un des constitutionnalistes turcs les plus réputés, Ergun Özbudun, confirme que la querelle « 367 contre 184 » (voir notre édition du 12 avril 2007) risque de ne pas faire long feu. Car la Constitution semble malgré tout assez claire. Si, au terme de l’article 102, un quorum des 2/3 est exigé pour que l’élection puisse être acquise au premier ou au deuxième tour, seul un quorum de 184 députés est requis, selon l’article 96, pour qu’une session du parlement puisse s’ouvrir. Il ne faut pas confondre un quorum décisionnel qui affecte le vote du Parlement, dans un cadre particulier, avec un quorum participatif qui conditionne la tenue d’une session. Il est donc peu probable que le droit constitutionnel puisse servir en l’occurrence d’obstacle ou de dérivatif et si jamais, cela arrivait, loin de renforcer la légitimité de l’arbitrage rendu, cela affaiblirait probablement l’Etat de droit dans un pays qui en a besoin plus que jamais.
En tout état de cause, la période de déclaration de candidature est désormais ouverte et le restera jusqu’au 25 avril. Recep Tayyip Erdoğan qui avait déclaré qu’il se prononcerait le 18 avril lors d’une réunion de son parti, pourrait faire durer le suspens jusqu’à la dernière minute.
Ensuite, l’élection devrait s’ouvrir selon un scénario qui n’est pas encore arrêté puisque le président de l’Assemblée, Bülent Arinç, a évoqué deux possibilités. La première verrait le premier tour se tenir dès le 26 avril, puis les autres tours avoir lieu les 1er, 8 et 15 mai. La seconde fixerait le premier tour, le 3 mai, et les suivants les 7, 11 et 15 mai.
En réalité, au-delà de ces détails techniques, dans ce pays qui parachève sa démocratie, tout est affaire d’équilibre et de légitimité. Que les institutions laïques sortent de leur rôle ou cherchent à tourner les règles du jeu en leur faveur et la réprobation de l’opinion publique est immédiate. Qu’une candidature apparaisse comme le début d’une remise en cause des fondements du système et des centaines de milliers de personnes peuvent sortir dans la rue. Dans une période de transition politique comme celle que vit la Turquie actuellement, la préservation des équilibres politiques et la recherche du consensus acquièrent une importance cruciale. Si Recep Tayyip Erdoğan se résout à ne pas prendre la route qui mène à Çankaya, il faudra impérativement que cette option apparaisse comme une décision mûrie et prise librement, non comme un geste consenti sous la pression ou pire dicté par la peur. En revanche, si le Premier Ministre se décide finalement à postuler à la magistrature suprême, il devra s’employer à convaincre de sa capacité à rassembler, en bref à tout faire pour que les vainqueurs et les héritiers de la modernisation kémaliste n’apparaissent pas comme les vaincus de la transition démocratique. Pour réussir ce tour de force, la Turquie peut certes compter sur son expérience du pluralisme et sur les leçons qu’elle a pu tirer des échecs qui ont jalonné son parcours politique depuis plus d’un demi-siècle. L’enjeu est aujourd’hui de taille car la démocratie ne se décrète pas, ne s’octroie pas et ne s’impose pas d’elle-même, elle se construit patiemment avec tous les acteurs de la société civile et de la société politique.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22 juillet 2015

    […] du président Ahmet Necdet Sezer à la conférence de l’Académie militaire le 13 avril, du rassemblement à Tandoğan-Ankara le 14 avril, et enfin du 1er tour, finalement annulé par la Cour consitutionnelle, de l’élection du […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *