Ekümenopolis, un film à voir pour comprendre le mouvement de Gezi

EKÜMENOPLISÀ l’heure où les gaz lacrymogènes se dissipent et où le gouvernement croît être enfin venu à bout des dernières manifestations ou occupations qui ont encore sorti parfois le Ramadan de sa torpeur estival, il est temps de revenir sur les semaines de contestation que la Turquie a vécues, depuis la fin du mois de mai. Sans entrer dans des débats complexes et des analyses hasardeuses, Ekümenopolis, le film passionnant d’İmre Azem, n’explique sans doute pas tout, ce n’est pas d’ailleurs un documentaire sur la révolte de Gezi en elle-même, mais il peut incontestablement permettre d’en comprendre le contexte et la substance.

On se souvient bien sûr que ce mouvement est parti du rejet du projet de réaménagement urbain de Taksim, un site mythique de l’histoire contemporaine d’Istanbul. Or, en racontant l’histoire la plus récente de l’ancienne capitale ottomane, Ekümenopolis contribue à recadrer la contestation de Gezi, non seulement dans le contexte de la croissance effrénée de la mégalopole du Bosphore, mais aussi dans celui plus global du développement économique ravageur d’inspiration néo-libérale, qui a chamboulé les modes de vie des Turcs, au cours la dernière décennie.

L’une des forces de cette œuvre cinématographique, remarquablement montée, est d’éviter les langueurs historiques et de nous projeter tout de suite dans le vif du sujet. L’évocation nécessaire du passé urbain d’Istanbul et des prérequis économiques turcs est donc «expédiée» au travers de quelques images d’animation qui laissent rapidement place au décor : celui d’une ville globale dans un monde global. C’est dés lors un festival d’interviews intéressantes, de reportages saisissants, de simulations ou de plans évocateurs, d’images réelles ou virtuelles, qui se succèdent sur le rythme endiablé d’un thriller pendant plus d’une heure et demi, en posant cette question lancinante : Istanbul, la vitrine de la réussite économique turque des dernières années, le symbole de l’AKP au pouvoir… Istanbul, comme d’ailleurs la Turquie, ne sont-elles pas engagées dans une voie sans issue ?

Certes, le phénomène «mégapolistique», qui voit des quartiers traditionnels rasés pour permettre l’implantation de malls commerciaux, de grands hôtels, de quartiers d’affaires, de clubs de golf ou de grands équipements destinés à accueillir des manifestations sportives internationales (…), n’a rien d’exceptionnel dans le monde d’aujourd’hui, mais le mérite du film est d’en montrer le coût véritable, en sachant sortir des enjeux globaux pour venir sur le terrain le plus prosaïque suivre en l’occurrence les mésaventures d’un groupe de résidents du quartier stambouliote informel d’Ayazma. «Des empêcheurs de tourner en rond !», explique Ali Ağaoğlu, le promoteur célèbre qui veut construire une piscine pour tous les Turcs. «Des gens qui sont au contraire le témoignage vivant des méfaits des politiques néo-libérales», réplique Cihan Uzunçarşısı Baysal, une consultante urbaine qui s’alarme de la non-reconnaissance du droit au logement par la Constitution turque. La fresque des grands projets brossée en permanence sous nos yeux devient alors d’autant plus inquiétante qu’elle conditionne directement le devenir de quelques personnages confrontés à la destruction de leur gecekondü, puis aux incertitudes des procédures de relogement, et enfin à un cadre de vie qui n’est décidément pas le leur au point qu’ils retournent vivre dans leur ancien quartier…

Bien qu’ayant pour cadre une ville mythique, cette histoire rappelle furieusement celle des cités dortoirs des villes européennes de l’après-guerre, tout affairées aujourd’hui à dynamiter les sinistres barres de béton qu’une logique terrifiante a pu engendrer. «Comment peut-on imaginer que cette urbanisation n’engendrera pas, comme dans le reste de l’Europe, les mêmes effets désastreux pour le lien social et qu’elle ne devra pas être à son tour rasée ?», se demande la sociologue urbaine Hatice Kurtuluş. Le problème, explique le film, est que derrière cet avenir radieux, il n’y a pas que des experts et des politiques qui se trompent mais aussi un véritable système, celui qui a vu notamment l’ascension fulgurante du TOKI (Toplu Konut Idaresi Başkanlığı), cet organisme de logement social devenu bras armé des grands projets d’équipement du gouvernement. De telles institutions conditionnent aujourd’hui en Turquie des choix fondamentaux, comme ceux que les manifestants de Taksim ont voulu contester. Parmi eux, ceux qu’implique en particulier la construction d’un troisième pont sur le Bosphore, dont les premiers travaux ont été inaugurés, par Recep Tayyip Erdoğan en personne,  quelques jours avant les débuts de la contestation de Gezi. Il s’agit en réalité de bien plus qu’un simple pont, expliquent l’urbaniste Hüseyin Kaptan ou le sociologue Şukru Aslan. Car là encore on est en présence d’une décision qui est révélatrice d’un système où le profit (ventes d’automobiles, spéculation immobilière) et la mise en scène politique du progrès sont privilégiés au détriment des transports en commun et de la préservation de l’environnement, c’est-à-dire finalement de la prise en compte de l’intérêt général. «Peut-on imaginer construire un hôtel dans Central Park (à New-York) ? Non parce qu’il est acquis que cette partie de la ville est faite pour respirer», explique Mücella Yapıcı, la présidente de la Chambre des architectes d’Istanbul, qui a été l’une des figures de proue du mouvement Occupy Gezi !

En réalité, lorsqu’on a vécu un certain temps à Istanbul, ce dont ce film fait finalement prendre conscience, c’est que longtemps les gouvernements successifs ont vécu la croissance incompressible de cette ville comme une fatalité, et qu’aujourd’hui, le gouvernement de l’AKP, non seulement assume celle-ci, mais entend la conjurer en se lançant dans des projets fous, dont on est loin d’avoir vu le bout. Sans doute peut-on discuter le constat fait par le film et le caractère un peu définitif de certains arguments, mais l’intérêt de ce document est non seulement de questionner les choix de développement qui sont faits à l’heure actuelle en Turquie, mais aussi de refléter l’état d’esprit qui est sans doute celui d’une partie significative des acteurs du mouvement qui a ébranlé le «modèle turc», pendant plusieurs semaines.

JM


Vous aimerez aussi...

15 réponses

  1. yasemin dit :

    Le documentaire est accesible gratuitement sur Internet. Ceci est en version originale avec des sous-titres anglais (et malheureusement pas en français). Bon film !

    http://www.youtube.com/watch?v=maEcPKBXV0M

  2. Marcoux dit :

    La majorité des Turcs sont assez satisfaits des projets mis en oeuvre par le gouvernement turc depuis son mandat et fiers d’avoir un leader comme Erdoğan. Pourquoi essayez-vous d’esquiver cette vérité frappante pour essayer de dénigrer de votre possible le gouvernement turc? Cela laisse à reflechir… Tout le monde sait désormais que les manifestations Gezi étaient un coup monté par certains entourages visant à faire obstruction au progres turc. Pourquoi ne pas vouloir la construction du troisieme aeroport alors que les deux existants ne répondent plus aux besoins? İdem pour le troiseme pont. Tout le monde a tres bien vu la face cacahée de l’Europe qui n’a eu le courage de qualifier de « coup d’Etat » l’absurdité dont les Egytiens subissent aujourd’hui. Alors ne venez pas parler de démocratie lorsqu’il s’agit de manifestations en Turquie. Sachez bien que les manifestants constituent une petite minorité turque. Je me demande si vous auriez réagi de la meme maniere si les supporters du gouvernement auraient afflué dans les rues…Ça laisse des doutes…

    • Jean Marcou dit :

      Un chercheur doit questionner les « vérités frappantes » surtout quand elles sont globalement positives et qu’elles frappent décidément trop fort. Sinon il devient un thuriféraire. Je n’ai jamais esquivé les succès de l’AKP, en particulier ses succès électoraux voire ses acquis politiques et sociaux (lisez mes articles depuis 2007), mais excusez-moi je n’ai aucune aptitude à porter quelque encensoire que ce soit. Le mouvement de Gezi est sans doute minoritaire, mais le réduire à « un coup monté » de « certains entourages », n’est pas vraiment sérieux. On peut analyser ce phénomène, s’interroger sur la diversité de ses origines et des gens qui y ont participé, discuter de ses mots d’ordre et de ses objectifs, mais dire que tout cela relève de quelques comploteurs rappelle la réaction des autocrates arabes autistes confrontés à la rébellion qui allaient les abattre…
      Quant aux ponts, aux aéroports et au reste…. oui, pendant longtemps les Turcs en manquaient, ils en voulaient et ils étaient contents que Tayyip leur en donne toujours plus. Aujourd’hui, ils voient les autoroutes éventrer les dernières forêts d’Istanbul, les constructions y ignorer les cours d’eau et les barrages engloutir les sites archéologiques à l’autre bout du pays. Alors, ils commencent à saturer et à se dire qu’avant qu’il ne soit trop tard, il faudrait se développer et « progresser » autrement… Est-ce si étonnant, est-ce si infamant ? Cela mérite-t-il la réclusion criminelle à perpétuité ? Je pense que c’est un signe de bonne santé politique, un indice de maturité plutôt rassurant, même si les aéroports, les ponts et le reste demeurent sans doute nécessaires !
      L’Egypte traverse une crise profonde, tragique. Pour l’analyser et la comprendre, cessons de nous gargariser de certitudes et d’anathèmes : « seconde révolution », « coup d’Etat »… Les rêveurs de la première n’ont pas pu éviter la réalité de la prise de pouvoir (du coup d’Etat que toutes les révolutions portent en elles) et de ses conséquences répressives impitoyables, quant aux pourfandeurs du second, ils oublient que ce sont Morsi et les Frères qui ont mené ce pays à l’impasse, puis à la rupture…

      • Marcoux dit :

        Monsieur Marcou,
        Je lis vos commentaires depuis seulement quelques temps. J’aurais souhaité effectivement les lire bien avant. Je respectes bien entendu vos idées. Je vais essayer de vous répondre brievement.
        Comment pouvez-vous m’expliquer la présence de personnes étrangéres lors des manifestations? Le fait que « l’homme debout » ait été acceuilli a l’ambassade d’Allemagne pendant 3 jours? Le fait que CNN ait ete omnipresent pendant le mouvement? Les informations mensongeres publiées rapidement dans les réseaux sociaux? Le fait que le drapeau turc ait été brulé pour provoquer les nationalistes qui ne sont tombé dans le piege heuresement. Expliquer moi donc pourquoi l’ancien Premier ministre Adnan Menderes a été pendu alors qu’il avait obtenu pres de 50% des voix. Les Turcs savent tres bien aujourd’hui et par leur passé les jeux qui se jouent dans leur pays et grace a cela le complot a échoué. J’ai lu pas mal de commentaire sur le mouvement en question et je n’ai pu voir nul part parler de la réussite du parti au pouvoir qui a su mettre l’ordre au sein de l’armée. Faute de quoi la Turquie aurait subi la meme chose que l’Egypte subit aujourd’hui. Mais personne ne parle de ce point crucial. On pretentait que le gouvernement, par une telle initative, voulait portait préjudice à la laicité. Mais aujourd’hui on ne parle plus de ce probleme. Tout le monde vit comme il le souhaite et j’en suis témoin.On revient sans cesse sur les journalistes emprisonnés mais on ne parle pas de la raison pourqoui ils le sont. On se cache derriere la liberté d’expression alors qu’ils sont accusés de cooperation avec le PKK que vous qualifié d’organisation terroriste mais que vous acceuillez volontier dans votre pays. Quelle contradiction!!! On accuse la Turquie d’avoir malmené la politique syrienne mais pourquoi on s’en prend davantage à elle que plutot l’Iran, la Russie ou la Chine qui soutiennent le regime d’Assad qui bombarde son peuple. Et lorsque le Premier ministre turc tient un discours virulent, on l’accuse alors de « dictateur ». On insulte sa famille deliberement et on dit ensuite qu’on manque de liberté d’expression!!! S’agissant des projets de construction, Erdoğan a sans cesse annoncé la plantation de plus de 2,5 milliards pendant leur mandat. Cela veut dire qu’ils ont en plus planté qu’arraché. Alors pourquoi ne pas donner les deux informations à la fois?
        Je ne vois pas comment vous pouvez demander de comprendre un coup d’Etat?! meme si Morsi et les Freres ont mené leur pays à l’impasse comme vous le dites. La Turquie a assez souffert des coups d’Etats et je pense qu’elle est assez capable de comprendre ce que c’est…
        Bien cordialement.

        • Jean Marcou dit :

          Vous faites des raccourcis totalement abberants : le fait que l’homme debout ait été reçu par les Allemands ou que CNN ait été présente ne signifient pas que le mouvement de Gezi ait été un complot contre la sûreté de l’Etat. Or c’est bien de cela dont beaucoup des participants à ce mouvement sont accusés aujourd’hui : 3 ans de prison requis pour une trentaine de personnes qui avaient assisté aux funérailles de l’un des manifestants tués pendant les événements ! Pour Menderes, je vous renvoie à mon article du 27 mai 2010 sur ce même site (http://ovipot.hypotheses.org/1430). Contrairement à ce que vous dites, la réussite du parti au pouvoir a été abondamment évoquée partout et pendant des années y compris d’ailleurs pour ce qui concerne le processus de démilitarisation sur ce site (cf. la rubrique « armée »…). Tout ce que vous dites relève donc un peu de la stratégie de victimisation… Je n’avais pas compris notamment que la politique étrangère de la Russie et de la Chine était aussi appréciée que vous le dites et que la Turquie était autant dénigrée. La Russie est la cible de critiques bien plus virulentes que la Turquie pour le blocage qu’elle fait au CS. Mais quoi qu’il en soit, cela n’interdit pas d’analyser la politique de la Turquie en Syrie et d’essayer de l’évaluer comme on le fait pour la France, le RU ou les Etats-Unis. Pour ce qui est de réduire le mouvement Gezi à un affrontement entre « laïques » et « islamistes », je ne crois pas l’avoir fait. D’ailleurs, si j’ai publié cet article sur « Ekümenopolis », c’est bien parce que ce film justement incite à aller au-delà de cette analyse sommaire… Visionnez-le vous verrez même que l’épouse d’un des porte-parole de la contestation à Ayazma est voilée. Quant à « comprendre un coup d’Etat en Egypte », je ne vois vraiment pas ce que vous voulez dire… Franchement on ne progresse pas beaucoup dans un débat en s’inventant un contradicteur et en le diabolisant à outrance…

          • Marcoux dit :

            Vous voulez dire en gros que la défaillance de Morsi légitimerait l’intervention militaire l’auteur aujourd’hui d’un carnage. Et si la junte militaire a eu le courage de massacrer tant de personnes civiles, sachez que c’est grave à des pays comme le votre qui n’a pas eu le courage de comdamner l’intruption militaire. Où est passé votre sensibilité de la démocratie? Un jour vous préconisez d’aller aux urnes pour faire prévaloir la démocratie, mais le jour vient vous ne portez aucune trace de celle-ci. Les derniers évenements (Syrie, EGypte, Turquie,etc.) nous ont permis de voir à quel point l’Europe était hypocrite. Au moins les Turcs eux l’ont trés bien compris. Et c’est la raison pour laquelle les Turcs s’en fichent completement d’entrer en Europe. Les efforts menés par le gouvernement turc en vue d’une possible adhésion sont purement politique et rien d’autre…

          • Ulas dit :

            Les partisans de l’AKP comme ce cher « Marcoux », qui profitent sûrement des politiques de l’AKP, ne tolèrent aucune critique, désirent aveuglément que tous approuvent leurs positions et veulent l’imposer à tous.
            Non cher monsieur, on ne subira pas votre dictature !
            Non cher monsieur, on refuse votre régime fascisant islamo-conservateur !
            Partagez encore un peu les fruits de la croissance entre vous et entre les gens de votre confrérie. Mais n’oubliez pas que rien n’est éternel, et que la roue va tourner un jour. Un jour il va falloir quitter votre trône et rendre des comptes !
            Ce pays a besoin de se former à la démocratie, donc d’une ouverture intellectuelle, ce blog y contribue. Donc arrêtez de nous sortir vos théories de complots à toutes les sauces. On en a marre, faîtes le dans vos journaux, dans vos chaines, dans vos imam hatips et cassez-nous pas les bomboms !

          • Marcoux dit :

            Ulas, vos préjugés me font rire! Et cela montre a quel point vous etes haineux contre la Turquie. Je vois en vous un racisme, un islamophobisme. Comment savez-vous que je suis un partisan de l’AKP ou que je fais partie d’une confrérie? Plus simple, comment savez-vous que je suis turc et que je profites des politiques de l’AKP? Arretez votre démagogie. Vous n’etes bien sur pas obligé d’approuver la position de qui que ce soit mais vous etes obligé de respecter la position de tous monsieur je sais tout. Vous en savez rien de l’Islam donc vous ne pouvez rien savoir du conservatisme, mais bon refuser le comme bon vous semble. Les musulmans s’en fichent completement de ce que vous refusez ou vous acceptez. Ce n’est pas parce que vous refusez tel ou tel régime qu’on va l’abondonner mon cher. La Turquie appartient désormais a leur vrai propriétaire, en l’occurence aux Anatoliens et pas aux élites occidentaux que vous aimez tant. Ceux qui ont fait de leur possible pour empecher le développement de la Turquie rendent aujourd’hui des comptes effectivement. Si le peuple en décide ainsi, oui, l’AKP quittera le trone et rendra des comptes s’il le faut (NB: ce n’est pas mon trone). Mais sachez que le peuple turc est plus conscient que jamais. Ne confondez par les Turcs et les Arabes. D’autre part, nous savons a quel point l’Occident a joué un role incontestable pendant les dernieres années ottomanes pour partager ses terres. Le peuple turc connait tres bien les complots qui se sont joué et qui se jouent en Turquie et dans la région. Vous dites que le pays a besion de se former a la democratie mais vous essayez de me faire exprimer dans mes soi-disant chaines ou imams-hatips! Quel sens de la democratie, quel sens de la liberté d’expression dis-donc!!! J’ai les larmes aux yeux ! c’est donc ça votre democratie a vous? Vous n’avez que ça dans votre sac? Malhereux!! Sachez que nous en avons marre aussi de vos sottises sur les Musulmans mais la patience l’emportera…j’ai encore beaucoup de chose a vous dire mais je ne crois pas vous voudriez comprendre…Cordialement

          • Ulas dit :

            Quand on approuve pas les positions d’un ignorant la première chose que l’ignorant fait c’est de calomnier. Comment un ignorant comme vous sait que je ne connais rien de l’islam, que je suis raciste et islamophobe. Donc ceci est révélateur de vos propres préjugés dans votre tête endoctrinée. Première grosse boulette MarcouXXX.
            Votre commentaire, très réfléchi, très documenté, très intelligent m’éclaircit beaucoup sur la situation du pays et je vous en remercie. Je sais maintenant que :
            – « la Turquie appartient désormais a leur vrai propriétaire en l’occurrence aux Anatoliens » constat bizarre… ça me rappelle « la Turquie aux Turcs » « la France aux Français »….besoin de vous rappeler quels milieux politiques usent de ces slogans ? Attendez je vais vous aider à vous exprimer, vous vouliez peut-être dire que la Turquie était indépendante ? C’est un autre débat.
            – apprécier un blog sa pertinence, signifie systématiquement pour vous que « j’aime les élites occidentaux » , (en français on dit, élites occidentales) bravo pour ce raccourci très intelligent, ça va ? vous ne souffrez pas trop de votre complexe d’infériorité vis à vis des élites occidentales ? bien sûr « türklerin türklerden baska dostu yoktur » c’est bien ça ?
            – « le peuple turc est plus conscient que jamais » je ne savais pas que 100% des Turcs avaient voté l’AKP aux dernières élections. Ahhh ouiii à Gezi en fait, c’était un plébiscite pour le gouvernement, j’avais zappé ça désolé.
            – je ne dois pas « confondre les Turcs et les Arabes » qu’est ce que je dois comprendre de cette comparaison qui me semble soulever un vieux racisme de certains milieux turcs envers les Arabes ? et c’est moi qui fait du racisme c’est ça ?
            Essayez de répondre (si vous le pouvez) à quelques interrogations pour que je sache si vous connaissez bien VOTRE pays.
            – puisque vous évoquez la liberté d’expression, pouvez-vous me dire combien de journalistes sont emprisonnés ? (à quelle place se trouve la Turquie dans la répression des journalistes ?)….pas besoin de réponse puisque ce sont pas tous des journalistes, ce sont des terroristes qui n’ont même pas leur carte de presse, c’est ça ?
            – qu’est-il arrivé aux quelques chaines de TV qui n’ont pas appliqué la censure demandée par le pouvoir lors des événements de gezi ?….. pas besoin de répondre ce sont des chaines séparatistes, gauchistes et donc terroristes non ?
            – que font les responsables des stades, lorsque au cours d’un match le public scande « her yer taksim, her yer gezi »…. Ils sont qu’une poignée d’agitateurs et de terroristes c’est ça ???
            – qu’arrive-t-il aux paysans qui luttent contre les barrages qui détruisent leur milieu et leurs activités ? aux ouvriers qui luttent contre l’oppression du patronat dans les diverses usines du pays, dans les ports etc….? ils ne veulent pas le développement et le redressement de la Turquie c’est ça ? ils sont manipulés par je ne sais qui ?
            – qui construit et gère les métros ? aéroports ? ponts ? routes ? De quels pays viennent les ingénieurs ? qui sont les investisseurs ? …..ce sont les turcs qui construisent les métros ? et qui gèrent les aéroports ? ils sont « propriétaires du tissu industriel » c’est ça ? C’est les Turcs qui dictent leur propre politique agricole c’est ça ?
            – Quels sont les FTN et les pays occidentaux qui investissent en Turquie ? quelle est leur part dans le PIB turc ?……
            – Quelle est la place de la Turquie dans le rang de l’IDH ? Quelle part de la population vit en dessous du seuil de pauvreté ?……
            – Dans le très discuté classement de Shanghai combien d’université turques prennent place ?…..
            – Combien de mosquées pour combien de bibliothèques ? de théâtres ? de piscines ? d’opéras ? de musées ? de centres de loisirs ? etc etc etc…..
            Vous disiez…..… « j’ai encore beaucoup de chose a vous dire mais je ne crois pas vous voudriez comprendre…Cordialement »
            Selamalekum Marcoux !

  3. Coskun dit :

    Merci M Marcou pour cet excellent billet.
    Quelqu’un sait-il comment visionner ce documentaire depuis l’hexagone?
    Merci !

  1. 19 décembre 2013

    […] pour la réalisation de grands projets urbains. Dans le fameux film-documentaire Ekümenopolis (cf. notre édition du 26 juillet 2013), réalisé entre autres par des intellectuels qui ont été les animateurs initiaux du mouvement […]

  2. 30 décembre 2013

    […] [film] Ekümenopolis, un film à voir pour comprendre le mouvement de Gezi, par Jean Marcou, 26 juillet 2013 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *