La répression sanglante en Egypte ébranle les relations entre Ankara et Le Caire

relations Le Caire-AnkaraLa déposition de Mohamed Morsi le 3 juillet dernier, tout de suite analysée par la Turquie comme «un coup d’Etat», avait déjà fortement entamée les relations turco-égyptiennes. Les réactions turques au tour sanglant donné à la gestion de la crise par le gouvernement provisoire égyptien, depuis qu’il a donné l’assaut aux campements de protestation des Frères musulmans, le 14 août dernier, a porté à son comble les tensions entre les deux pays.

Dans son appréciation de la situation égyptienne, en effet, la Turquie s’est nettement démarquée de ses alliés occidentaux, qui tout en appelant Le Caire à la retenue et en demandant la libération de Mohamed Morsi, ont néanmoins refusé d’user officiellement du terme «coup d’Etat». A l’opposé, le premier ministre turc n’a pas mâché ses mots. Le 10 juillet, lors d’un iftar organisé par le syndicat de fonctionnaires, MemurSen, il n’a pas hésité pas à dire :

«Pour sûr, un coup d’Etat a été conduit en Egypte, bien qu’ils ne l’admettent pas. Nous avons suffisamment souffert des coups d’Etat en Turquie, et nous n’en voulons pas pour l’Egypte.».

Dès le 5 juillet, le chef du gouvernement turc avait d’ailleurs sévèrement critiqué les tergiversations de l’UE autour de l’emploi du mot «coup d’Etat», en rappelant les exigences démocratiques de Bruxelles dans le cadre du processus de la candidature turque, en particulier à l’occasion de la reprise de l’acquis communautaire, et en demandant donc aux Européens de ne pas recourir à la technique du «double-standard».

Depuis, le gouvernement de l’AKP a en outre condamné sans réserve toutes les violences commises à l’encontre des partisans de l’ex-président Morsi, notamment la première tentative de dispersion des sit-in de protestation, qui avait eu lieu le 27 juillet au Caire, causant la mort de plus d’une centaine de personnes. Ces événements avaient vu Recep Tayyip Erdoğan déclarer :

«Nous voyons que les cœurs ne s’adoucissent pas, bien que l’on soit en période de Ramadan. Alors que des musulmans se préparaient à prendre leur repas de Sohrour, un massacre a eu lieu. Au moins 200 personnes ont été martyrisées. Après la volonté du peuple, ceux qui ont renversé le gouvernement égyptien, sont en train de massacrer le peuple lui-même.»

Pour sa part, le ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, n’a pas hésité à dire à plusieurs reprises que, pour son pays, Mohamed Morsi restait constitutionnellement le président de l’Égypte. Il n’a cessé d’intervenir par ailleurs, auprès des organisations internationales et d’un certain nombre de pays alliés, pour obtenir la condamnation du nouveau régime égyptien et son engagement ferme à organiser des élections le plus rapidement possible. Plusieurs fois, quant à lui, le président turc, Abdullah Gül, a appelé les dirigeants égyptiens «à restaurer la démocratie» et à libérer le président déchu.

Dans un premier temps, les deux pays ont paru vouloir malgré tout éviter une détérioration extrême de leurs relations. A la mi-juillet, l’ambassadeur égyptien en Turquie a été convoqué pour se voir expliquer que la position d’Ankara était d’abord une position de principe (hostilité au coup d’Etat) et qu’elle n’excluait pas le maintien de relations actives entre les deux pays. Quinze jours plus tard, l’annonce de la possible nomination d’un nouvel ambassadeur turc au Caire avait été interprétée comme un geste de décrispation, l’ambassadeur turc en poste, Hüseyin Avni Botsalı, ayant eu maille à partir avec les autorités égyptiennes. Au début du mois d’août, tout en maintenant ses positions sur la crise, Ankara expliquait que les relations n’étaient pas rompues et que les portes restaient ouvertes. Mais à cette époque aussi, Hüseyin Avni Botsalı, a été de nouveau convoqué par le gouvernement égyptien, et s’est vu signifier que les remarques faites par le gouvernement turc sur l’éviction de Mohamed Morsi par les militaires, étaient perçues par l’Egypte comme une intervention d’Ankara dans ses affaires intérieures.

L’attaque menée par les forces de sécurité égyptiennes depuis le 14 août contre les camps de protestation des partisans de Mohamed Morsi et plus généralement la volonté manifeste du gouvernement provisoire d’en finir avec la résistance les Frères musulmans, ont amené la Turquie à des commentaires encore plus sévères et à des interventions diplomatiques internationales encore plus déterminées. S’exprimant sur les événements, Recep Tayyip Erdoğan a accusé la communauté internationale d’avoir favorisé cette répression sanglante, en ne réagissant pas assez fermement antérieurement. Le 17 août, il a en outre estimé que Abdelfatah al-Sissi, le nouvel homme fort de l’Egypte, marchait désormais sur les traces de Bachar el-Assad, en pratiquant un véritable «terrorisme d’Etat». La Turquie a par ailleurs provoqué l’ire de l’Egypte, en demandant au Conseil de sécurité de se saisir des derniers développements de la crise égyptienne, arguant notamment qu’eu égard à l’ampleur du nombre des victimes, ceux-ci ne pouvaient être regardés comme relevant des affaires intérieures de ce pays. Ahmet Davutoğlu a enfin saisi l’Organisation de la coopération islamique (OCI) du siège de la mosquée al-Fath où étaient réfugiés plusieurs centaines de partisans de Mohamed Morsi, le 17 août.

Cette détérioration des relations turco-égyptiennes ne devrait pas seulement avoir des conséquences politiques, mais aussi des effets économiques. L’ambassadeur d’Egypte à Ankara a d’ailleurs mis en garde la Turquie à ce sujet, les Turcs ayant beaucoup investi dans son pays au cours des dernières années. Mais depuis plusieurs semaines, les entrepreneurs et exportateurs turcs en Egypte montrent qu’ils ne se font plus beaucoup d’illusions. Et ce d’autant plus que des campagnes anti-turques de boycott commencent à se développer en Egypte. L’une d’entre elles, lancée le 7 août dernier, par des syndicats d’artistes et de producteurs vise d’ailleurs les fameux feuilletons télévisés turcs, qui font fureur depuis quelques années sur les bords du Nil, comme ailleurs dans le monde arabe….

Tout dépendra des prises de position qui vont être celles des Occidentaux, la semaine prochaine, et surtout des sanctions qu’ils prendront ou pas contre Le Caire, mais pour l’instant on peut dire que la Turquie paraît assez seule dans la fermeté de sa condamnation du bain de sang égyptien. Cette situation pourrait avoir également des conséquences sur les relations d’Ankara avec le monde arabe où à première vue les positions turques sur l’Egypte sont plus appréciées par la rue que par les gouvernements. Si  cette tendance se confirmait elle n’aurait là aussi pas qu’une dimension politique mais aussi des conséquences économiques, la Turquie ayant accru comme jamais ses relations commerciales avec le monde arabe, au cours de la décennie écoulée.

JM

Par ailleurs : cf. mon dernier billet, le 18 août 2013, dans le Huffington Post intitulé : « L’Egypte, de la déposition de Mohamed Morsi au bain de sang »


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30 août 2013

    […] attirée l’ire du nouveau gouvernement égyptien au risque de devoir en supporter toutes les conséquences politiques et économiques. Des voix se sont élevées jusque dans les rangs du parti au pouvoir pour critiquer le trop fort […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *