La Turquie dubitative après l’accord russo-américain sur la Syrie

La Turquie dubitativeLa Turquie a accueilli avec circonspection l’accord russo-américain de Genève, qui place les stocks d’armes chimiques syriennes sous contrôle international, et envisage de les détruire d’ici à la mi-2014. Au soir de cet accord, le 14 septembre dernier, lors d’une conversation téléphonique avec son homologue américain John Kerry, Ahmet Davutoğlu, le ministre turc des affaires étrangères, a rappelé que cette initiative ne résout pas la crise syrienne. La Turquie le regrette sans doute d’autant plus qu’elle est l’une des premières concernées dans la région, par les retombées de la guerre civile en Syrie.

Depuis bientôt 3 ans, le conflit syrien est devenu pour elle un véritable cauchemar. Outre le problème des réfugiés dont le nombre a doublé depuis le début de cette année pour dépasser les 400 000, les  menaces et les incidents sur sa frontière sud n’ont cessé de se multiplier : avion abattu, chutes d’obus intempestives, infiltrations incontrôlées, attentats… L’armée turque affronte désormais de véritables milices de contrebandiers attirés par l’appât du gain. Les provocations syriennes ont amené Ankara à réclamer l’installation de missiles Patriot de l’OTAN, une présence alliée qui rassure autant qu’elle inquiète les populations civiles. Last but not least, première fierté de la politique étrangère d’Ahmet Davutoğlu, le rapprochement turco-syrien des années 2000, étrillé à l’épreuve des faits, est aussi devenu l’illustration par excellence des limites, voire de l’échec d’une diplomatie qui se voulait novatrice.

Confrontée à cette situation sans issue, la Turquie enrage contre l’immobilisme de la communauté internationale et le blocage du Conseil de sécurité de l’ONU. En mai dernier, après l’attentat de Reyhanlı (cf. notre édition du 15 mai 2013), l’un des plus graves jamais commis sur le territoire turc au cours des dernières décennies,  Recep Tayyip Erdoğan s’était rendu aux Etats-Unis avec la ferme intention de faire prendre conscience à son allié américain de la gravité de la situation et de le convaincre d’agir (cf. notre édition du 20 mai 2013). Las ! En dépit de l’accueil fastueux qui lui fut réservé, le premier ministre turc dut se contenter de déclarations de principe, lui signifiant en fait que les Etats-Unis entendaient donner la priorité à la voie diplomatique et qu’ils n’étaient pas prêts à s’engager en Syrie. L’utilisation d’armes chimiques dans la banlieue de Damas, le 21 août dernier, a donc ravivé  pour les Turcs l’espoir d’une intervention internationale, susceptible de faire bouger les choses. Certes, la fameuse «ligne rouge» du président Obama avait déjà été écornée au printemps de 2013, mais cette fois le défi était tel qu’une réaction américaine devenait plus plausible. Il faudra néanmoins qu’Ankara s’en fasse une raison : le «coup russe» de la mise sous contrôle des armes chimiques du régime baasiste aura été le dernier avatar d’une succession de déconvenues, allant du vote des Communes hostile à une intervention britannique à la décision du président américain de consulter le Congrès. Une fois de plus, les Américains ont tergiversé et le régime de Damas est passé entre les gouttes.

Il est vrai que les frappes que les Etats-Unis étaient en train de programmer n’auraient probablement pas mis un terme à elles seules au conflit syrien. Mais, si les Turcs sont déçus, c’est parce qu’elles n’auraient pas non plus été totalement sans effet. Elles pouvaient notamment avoir une conséquence militaire importante : celle de priver Damas de son aviation et de ses missiles. Or, c’est bien ce type d’armes dont les Russes alimentent largement leur allié syrien, qui donnent à ce dernier une supériorité sur les rebelles, et c’est bien pour cette raison que Moscou, inquiète des risques de frappes, a décidé de réagir en proposant une mise sous contrôle des armes chimiques syriennes, tout de suite acceptée par Damas. L’opposition syrienne ne s’y est d’ailleurs pas trompée : comme par dépit, elle a demandé hier, outre la neutralisation des armes chimiques, d’interdire à Damas l’usage de son aviation et de ses missiles, pour empêcher notamment les bombardements de zones urbaines ; une technique systématiquement pratiquée par l’armée syrienne sur les conseils de son allié russe.

Ainsi, alors que la probabilité des frappes s’éloigne, la Turquie sait que le conflit syrien risque de durer encore un certain temps et de la maintenir dans une situation régionale de plus en plus dangereuse où elle voisine deux puissances qui lui sont hostiles, l’Iran et la Russie, et côtoie un monde arabe de plus en plus incertain : l’Irak qui lui reproche ses bonnes relations avec Massoud Barzani, le Liban complexe où deux de ses pilotes sont retenus en otage, et l’Egypte instable qui lui reproche ses prises de position favorables à l’ex-président Morsi…

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *