Recep Tayyip Erdoğan rend enfin public son «paquet de démocratisation»

paquet de démocratisationLe 30 septembre 2013, Recep Tayyip Erdoğan a rendu public un «paquet de démocratisation», annoncé à grand renfort de trompettes, depuis plusieurs semaines. Cette initiative est certes à replacer dans le contexte du processus, lancé depuis la fin de l’année dernière, par le gouvernement turc, pour essayer de résoudre la question kurde. Mais, tout en se défendant de céder aux exigences de ses protagonistes kurdes, en particulier du leader du PKK, Abdullah Öcalan, le premier ministre a prévenu que le champ couvert par ce texte était beaucoup plus large. Il l’a en fait présenté comme un aboutissement des efforts de son gouvernement depuis 11 ans, en affirmant qu’il ne s’agissait là que d’un premier pas qui serait suivi par d’autres.

Pour l’essentiel le «paquet» en question contient une série de mesures symboliques qui ont souvent fait l’objet de débats et de controverses, au cours de la dernière décennie : autorisation de porter le voile pour les fonctionnaires (à l’exception des juges, des procureures, des policières et des militaires), permission de pratiquer une éducation en langue maternelle (le kurde) dans les établissements privés, possibilité d’user officiellement des lettres spécifiques à l’alphabet kurde (q,x,w), renforcement des peines encourues pour ceux qui favorisent la haine raciale, condamnation possible de ceux qui entraveront l’exercice d’une religion.

Le premier ministre turc a en outre annoncé plusieurs projets importants : donner à l’Université de Nevşehir le nom de l’un des fondateurs de l’alévisme, Haci Bektaş, rendre définitivement aux Syriaques le monastère de Mor Gabriel, abaisser le seuil des 10% de suffrages à obtenir pour les partis politiques afin d’avoir une représentation parlementaire voire changer de mode de scrutin, supprimer le serment des écoliers turcs (« Je suis turc, brave et travailleur »), promouvoir la culture des Roms, renforcer le financement des partis politiques et enfin améliorer les libertés fondamentales (droit de manifester, liberté d’expression…). En réalité, peut-être pour calmer les inquiétudes d’une partie de l’opinion publique, les gestes faits par le gouvernement en direction des Kurdes et des minorités se retrouvent noyés dans un ensemble plus large qui englobe aussi des revendications conservatrices, propres à rassurer la Turquie profonde, comme par exemple l’autorisation du port du voile pour les fonctionnaires ou la répression des entraves à la pratique d’une religion.

Quoi qu’il en soit l’apport de ce train de réformes n’est pas négligeable même s’il concerne surtout des revendications symboliques dont on a beaucoup parlé ces dernières années et qui en un sens sont déjà en partie satisfaites. Si les Américains et les Européens ont salué l’initiative, les  réactions en Turquie ont été au mieux mitigées, au pire franchement hostiles. À tout seigneur tout honneur, les Kurdes, premiers destinataires du projet, se sont dits insatisfaits, par la voix de leurs organisations officielles, notamment celle du BDP. Ils regrettent que le gouvernement ne se soit pas attaqué aux problèmes de fond (notamment ceux de la citoyenneté et de la décentralisation), mais espèrent encore que le processus en cours pourra aller plus loin. D’autres minorités ou identités distinctes, comme les alévis ou les grecs orthodoxes, ont fait part de leur déception, les seconds regrettant en particulier que le «paquet de démocratisation» ait omis de parler de la réouverture du séminaire de Halki, alors même que le gouvernement n’avait cessé d’envoyer des signaux encourageants en ce sens, au cours des derniers mois. Le CHP, pour sa part, s’est montré particulièrement sévère, faisant réagir d’emblée la députée d’Izmir Birgül Ayman Güler, membre de l’aile droite du parti, qui a considéré que le «paquet» constituait «une atteinte sérieuse à la République nationaliste laïque». Devlet Bahçeli, le leader du MHP, s’est exprimé de manière encore plus dure en estimant que le premier ministre dans l’élaboration de ce «paquet démocratique» avait probablement subi une influence «venant des montagnes de Qandil (la base-arrière du PKK en Irak du nord) et de l’île d’İmralı (l’endroit où Abdullah Öcalan est emprisonné)».

Depuis 2002 et surtout depuis 2007, l’AKP au pouvoir nous a habitué à des gestes spectaculaires en direction des Kurdes, des identités religieuses distinctes ou des tabous de l’histoire officielle… sans pour autant passer à l’acte en profondeur. Dès lors, il serait sans doute excessif de dire que cette nouvelle initiative est une fois de plus une montagne qui a accouché d’une souris, mais il est sûr qu’elle laisse un goût d’inachevé.

JM


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Sanyol dit :

    Monsieur Marcou,
    Je vous pris de corriger le nom du leader de l’organisation terroriste. Vous avez écrit « Abdulallah » au lieu d’écrire « Abdullah ». Cette erreur laisse a réflechir..

  1. 11 octobre 2013

    […] si très récemment le «paquet de démocratisation» l’a levée dans la fonction publique (cf. notre édition du 2 octobre 2013). À plusieurs reprises le voile a été la cause de crises politiques aiguës en Turquie. En 1999, […]

  2. 13 octobre 2013

    […] qu'il n'était pas question de liberté d'expression dans le" paquet démocratique" présenté le 30 septembre dernier par  Recep Tayyip Erdogan, le chef du gouvernement AKP. Sinon […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *