Turquie : l’affaire du « dekolte »

dekolteGözde Kansu, la présentatrice de l’émission de variétés «Veliaht», sur la chaine ATV, vient d’être licenciée, semble-t-il, à cause des échancrures trop osées de son décolleté, pardon de son «dekolte». Sa malchance a surtout été de s’attirer les foudres d’Hüseyin Çelik, le porte-parole de l’AKP, le parti actuellement au pouvoir en Turquie, dont on connaît les tendances conservatrices, mais dont on ne soupçonnait pas qu’elles iraient jusqu’à s’enquérir de faire disparaître des écrans, ces fameux seins «que l’on ne saurait voir». Commentant sur une autre chaine, l’émission de Gözde Kansu qu’il venait de voir, Çelik sans la nommer et en annonçant qu’il n’avait pas l’intention d’intervenir contre qui que ce soit, a estimé que là c’en était trop et que c’était «inacceptable».

Le plus inquiétant est en réalité la réaction du producteur et de la chaine, qui après avoir tergiversé pendant quelques jours, se sont finalement couchés, tout en niant que le «dekolte» en question et les propos d’Hüseyin Çelik aient pu être la cause du renvoi de la présentatrice. Gözde Kansu, qui a reçu une lettre de licenciement lui indiquant que «son mode de présentation ne correspondait pas aux objectifs de l’émission.», a expliqué que se débarrasser d’elle, était la chose la plus facile à faire pour ses employeurs et qu’ils n’avaient pas hésité à le faire. Difficile en effet d’être plus falot ! On a peine à croire que la tenue de Gözde, composée de plusieurs voiles (si l’on ose dire) et laissant avantageusement voir sa jambe droite, n’ait pas été composée pour les besoins de l’émission et soit sortie directement de la garde-robe personnelle de l’impétrante. Celle-ci l’a d’ailleurs affirmé haut et fort : aucune remarque ne lui a été faite par la chaine sur sa tenue et son comportement dans l’émission, jusqu’à la réaction fatale de Çelik…

Ce n’est pas la première fois que des dirigeants de l’AKP créent la polémique, suite à des remarques ou des initiatives concernant le vêtement féminin, que ce soit pour revendiquer le port de certaines tenues au nom de valeurs morales et religieuses, que ce soit pour en dénoncer d’autres comme inappropriées. Dans les années 1980, la lutte contre l’interdiction du port du foulard dans les universités a été un mouvement fondateur pour l’islamisme turc. Cette interdiction a d’ailleurs survécu au moins formellement jusqu’à nos jours, même si très récemment le «paquet de démocratisation» l’a levée dans la fonction publique (cf. notre édition du 2 octobre 2013). À plusieurs reprises le voile a été la cause de crises politiques aiguës en Turquie. En 1999, une députée du Fazilet Partisi a été expulsée du parlement pour avoir tenté d’y pénétrer la tête couverte, et en 2007, le voile de l’épouse d’Abdullah Gül a été au cœur de la crise des élections présidentielles (cf. notre édition du 21 août 2007). Le problème de la cohabitation entre les foulards des épouses des ministres AKP et les casquettes des généraux de l’état-major, a empoisonné les célébrations officielles pendant les années 2000 et ce n’est que très récemment que l’organisation de cérémonies séparées pour éviter aux unes et aux autres de se croiser a finalement été abandonnée. Au début de l’année 2013, un conflit a éclaté autour du projet redessinant l’uniforme des hôtesses de la THY, et faisant disparaître la jupe courte au profit de robes longues abusant d’un style ottoman réinventé pour les besoins de la cause (cf. notre édition du 12 mars 2013). Le «paquet de démocratisation» mentionné précédemment a pourtant épargné à un certain nombre de métiers féminins de la fonction publique, la levée de l’interdiction du voile. Ainsi les juges, les procureures, les militaires et les policières ne pourront se couvrir. Cette notable exception a provoqué l’ire d’associations islamistes de femmes, qui ont même manifesté pour la dénoncer.

Côté kémaliste, les ambiguïtés ne sont pas en reste non plus. Le référent féminin privilégié véhicule souvent une image et un habillement plutôt conformes aux fantasmes machistes les plus ordinaires. Même le film Mustafa réalisé en 2008 par Can Dündar, qui prétend ébranler les mythes du kémalisme, ne résiste pas à la tentation de présenter les performances des jeunes Turques dans les concours de beauté des années 1930, comme d’authentiques indices de progrès. A cela s’ajoutent de nos jours les cas innombrables d’hybridité quotidiennement observables, mariant des tenues islamiques (ou prétendument telles) avec les dernières modes venues d’Orient ou d’Occident. Ne vous inquiétez pas, cher Monsieur Çelik, au bout du compte, Dieu finira bien par reconnaître les siens et les siennes, sans tenir compte de leurs tenues, car nous savons tous que l’habit ne fait pas le moine.

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17 octobre 2013

    […] grandes chaînes de TV si soucieuses de ne pas déplaire aux messieurs du gouvernement ont-elles osé montrer de telles images ? Où ont-elles prudemment choisi de cacher ces seins que certains ne sauraient voir […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *