Turquie : le retour du cheval de Troie ?

cheval de Troie1La Turquie n’a pas été invitée à la dernière conférence (photo à gauche) du groupe de Shanghai (OCS – Organisation de Coopération de Shanghai), une organisation eurasiatique qui rassemble la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizistan l’Ouzbékistan, la Russie, le Tadjikistan. La nouvelle incite d’autant plus à réfléchir sur l’évolution actuelle de la diplomatie turque qu’au début de l’année, alors qu’Ankara négociait un statut de « partenaire de dialogue » (premier degré d’intégration dans l’OCS) auprès de cette structure, Recep Tayyip Erdoğan avait annoncé non seulement vouloir en devenir membre observateur, mais aussi membre à part entière. Le premier ministre turc avait justifié cette position en expliquant que l’OCS offrait à son pays une véritable alternative à l’adhésion à l’Union européenne, ce qui avait provoqué la stupeur à Bruxelles. Or si la Turquie, saluée alors par la Chine, a bien signé en avril à Alma Ata un accord cadre pour l’obtention du statut de partenaire de dialogue, il semble que les perspectives se soient obscurcies et que finalement les membres de l’OCS ne soient plus aussi désireux d’accueillir leurs «frères turcs» à bras ouverts. Murat Bilhan, le président du think tank turc TASAM, a commenté ce revirement encheval de troie2 déclarant que l’OCS ne voulait plus d’un pays considéré, au vu de ses dernières prises de position internationales, «comme un cheval de Troie de l’Occident dans la région».

Ainsi la Turquie aurait retrouvé une image tenace qu’elle a du assumer pendant toute la Guerre froide et qu’une décennie de nouvelle diplomatie de l’AKP venait à peine d’effacer à grands coups de politique du «zéro problème avec nos voisins» et «d’approfondissement stratégique». Tous les efforts de Maître Davutoğlu pour donner à son pays un statut de puissance régionale disposant d’une certaine marge de manœuvre à l’égard de ses alliés occidentaux n’auraient donc servi à rien et seraient en définitive en train de fondre comme neige au soleil de mars. L’analyse de Murat Bilhan laisse d’autant plus à réfléchir que les derniers développements de la crise syrienne ont confirmé un essoufflement de la politique de bon voisinage de la Turquie et le retour d’Ankara vers ses alliés occidentaux. Non seulement le gouvernement turc a demandé l’installation dans le sud-est de son territoire des missiles Patriots de l’OTAN l’an passé, mais il a été parmi les plus ardents partisans d’une intervention internationale pour réagir à l’usage récent par le régime baasiste d’armes cheval de Troie3chimiques contre des populations civiles dans la banlieue de Damas. Pour nombre d’observateurs, la Turquie, longtemps qualifiée aussi de porte-avions des Etats-Unis au Proche-Orient, après sa dérive vers l’Est des années 2000, serait à nouveau en train de virer de bord et de naviguer cap à l’Ouest !

Si l’on s’en tient à la métaphore hippique et mythologique de Murat Bilhan, il convient toutefois d’observer que notre cheval turc reste bien capricieux en ces temps incertains. Certes, il n’est plus ce Bucéphale fougueux galopant résolument vers les confins de l’espace eurasiatique, mais de là à le voir comme un Mustang docile disposé à se soumettre au premier cowboy venu, il y a un pas qu’on ne saurait franchir. Je n’en veux pour preuve que la déclaration fracassante Yiğit Bulut, l’un des conseillers en vogue de Recep Tayyip Erdoğan qui, le 25 septembre dernier, n’a pas hésité à déclarer que la Turquie devait abandonner sa candidature à l’UE, pour s’intéresser à l’expansion de son influence au Moyen-Orient. Selon lui, son pays est au cœur d’un cercle qui outre le Moyen-Orient inclut l’Asie centrale et l’Afrique. Son recentrage plus à l’est serait devenu nécessaire, selon lui, dès 2006, lorsque les négociations d’adhésion avec Bruxelles se sont enrayées, mettant un terme à une attirance artificielle pour l’Occident remontant aux Tanzimat. Pour conclure, emporté sans doute par son élan, le cheval Bulut n’a pas hésité à carrément ruer dans le brancards en estimant que la Turquie gagnerait à se débarrasser du projet d’adhésion à l’UE et à tourner le dos à des Européens qui lui ont fait perdre son temps «avec une feuille de route indigente depuis 150 ans». Fin de citation !

Certains ne voudront voir dans ces ruades que les manœuvres d’un conseiller ayant envie de faire parler lui et devenu d’ors et déjà célèbre pour ses déclarations fracassantes. Il est vrai que l’homme (photo à droite)  s’est fait connaître au plus fort des événements de Gezi encheval de Troie4 affirmant qu’un complot télékinésique menaçait le premier ministre.  Mais au-delà des frasques de Yiğit Bulut, on ne peut s’empêcher de regarder du côté des acquisitions d’armements par la Turquie, traditionnellement équipée en matériel militaire américain. Le dernier achat important en date qui a vu Ankara, à la fin de ce mois de septembre, choisir de recourir à une firme chinoise pour produire son premier système de missiles à longue portée, a provoqué la consternation chez ses alliés de l’OTAN, qui estiment que ce dispositif ne sera pas compatible avec le leur. Si la Turquie a estimé que cette réaction était avant tout le fruit de la déception commerciale des consortiums d’armement occidentaux et qu’elle n’avait pas de fondement technique, nombre d’experts estiment pourtant qu’il faut bien voir en l’occurrence de sa part, une volonté de nouer des relations avec des acteurs globaux autres que l’OTAN, pour accroître son autonomie décisionnelle.

Paradoxalement, le cheval turc n’a pourtant pas rompu ses liens avec l’Europe et son ministre des affaires européennes, Egemen cheval de Troie5Bağıs (photo à gauche), s’est activé ces derniers jours à Bruxelles pour raviver la candidature de son pays et anticiper les remous que le prochain rapport annuel d’évaluation par la Commission européenne a provoqué avant même sa publication officielle (prévue le 16 octobre 2013). Ce rapport salue en effet modérément le «paquet de démocratisation» révélé le 30 septembre par le gouvernement, mais critique ce dernier vertement pour sa gestion des événements de Gezi, notamment la violence disproportionnée dont ont fait usage les forces de police. Cette nouvelle douche froide ne devrait pas amener la Turquie pour autant à renoncer à son rêve européen et pourrait même être en partie adoucie par l’ouverture effective avant la fin de l’année du chapitre 22 des négociations sur la politique régionale, gelé par l’Allemagne en juin dernier…

Jean Marcou

Article publié également sur le site du Master MMO (Sciences Po Grenoble) :

http://mmo.sciencespo-grenoble.fr/turquie-le-retour-du-cheval-de-troie/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *