L’AKP, le DTP et l’ouverture démocratique


L’AKP et le DTP ont donc tenu leurs congrès au cours du dernier week-end, une coïncidence sans doute, mais qui reflète peut-être aussi la situation de concurrence et de rivalité que l’initiative kurde gouvernementale peut générer entre les deux partis.

Dans le discours qu’il a prononcé le 3 octobre 2009, Recep Tayyip Erdoğan a souhaité, en effet, dédier le congrès de son parti au processus d’ouverture démocratique que son gouvernement a lancé pour résoudre la question kurde. Au travers de cette grand messe militante, dont le mot d’ordre était « Tous ensemble pour la Turquie ! », le premier ministre s’est posé aussi en rassembleur de la diversité turque, invoquant notamment une série d’intellectuels et de religieux célèbres, du poète communiste Nâzım Hikmet au chanteur turco-kurde Ahmet Kaya, en passant entre autres par Es’ad Coşan, Yunus Emre ou Haci Bektaş…. «Vous pouvez être ou non d’accord avec leurs idées, mais sans eux vous vous privez de ce qui est l’esprit de la Turquie», a expliqué le leader du parti majoritaire. Enfin, alors même qu’il s’apprête à dévoiler les mesures qui vont matérialiser son initiative kurde et qu’il attend le rapport annuel d’évaluation de la Commission européenne, le chef du gouvernement turc a voulu montrer que son parti a définitivement renoué avec une dynamique des réformes qu’on lui a souvent reproché d’avoir délaissée, depuis que son pays a ouvert des négociations d’adhésion avec l’UE.

Se tenant le lendemain, le congrès du DTP a permis d’entendre son leader énoncer un certain nombre de conditions pour accorder son plein soutien à cette ouverture gouvernementale. Ahmet Türk souhaite notamment, non seulement que le gouvernement propose des réformes constitutionnelles, mais aussi qu’il intègre le PKK dans le processus qu’il a ouvert, en particulier, Abdullah Öcalan, le leader de la formation kurde rebelle qui purge une peine de prison à vie sur l’île d’Imralı, près d’Istanbul. Des mots d’ordre favorables au PKK ont même été scandés pendant ce Congrès. On sait pourtant que le gouvernement s’est toujours refusé jusqu’à présent à considérer le PKK comme un possible interlocuteur dans le processus d’ouverture qu’il a engagé. Quant au lancement de réformes constitutionnelles, on se souvient qu’il est fortement hypothéqué par l’hostilité que les deux principaux partis d’opposition, le CHP et le MHP, ont manifesté à l’égard du projet du gouvernement. Pour réformer la Constitution, le gouvernement a besoin d’une majorité des deux tiers, soit 367 députés. Or, l’addition des sièges détenus par l’AKP et de ceux détenus par le DTP ne permet d’arriver qu’à un total de 359 voix. De surcroît, même si une réforme était adoptée grâce à l’appui de parlementaires indépendants ou dissidents, elle devrait encore probablement passer sous les fourches caudines de la Cour constitutionnelle, un exercice qui s’est révélé redoutable par le passé. La seule révision constitutionnelle adoptée par le parlement, au cours de la présente législature, celle tendant à lever l’interdiction du voile dans les universités, qui avait été soutenue en 2008 par l’AKP et le DTP, avait finalement été annulée par la Cour constitutionnelle. C’est la raison pour laquelle le parti majoritaire en a appelé, à plusieurs reprises, au consensus, mais les formations d’opposition ont jusqu’à présent farouchement rejeté la main tendue du gouvernement en allant même jusqu’à l’accuser de trahison.

Recep Tayyip Erdoğan entend bien montrer en l’occurrence que cette attitude négative constitue en Turquie le principal frein aux réformes qui sont nécessaires pour permettre l’entrée de la Turquie dans l’UE. Il a notamment vigoureusement dénoncé le fait que les députés du CHP soient restés assis lors du discours de rentrée parlementaire que Président Gül a consacré pour l’essentiel à l’ouverture kurde, le 1er octobre, au parlement. Mais il n’est pas interdit de penser qu’au travers de son ouverture démocratique, l’AKP est également reparti à la conquête de l’électorat kurde, ce qui est bien sûr susceptible de relancer aussi une rivalité latente entre le parti gouvernemental et le DTP.

Après le bon score réalisé par le parti majoritaire dans les départements kurdes du sud-est, lors des élections législatives de 2007, AKP et DTP s’étaient livré une lutte sans merci, lors des dernières élections municipales de mars 2009, le parti kurde menant en particulier une campagne particulièrement politique et identitaire afin d’endiguer les velléités d’expansion «soft» du parti de Recep Tayyip Erdoğan qui s’employait alors à séduire les populations kurdes en mettant en avant ses capacités de gestionnaire.

Bien que le DTP soit sorti vainqueur de cette ultime confrontation en parvenant à conserver ses places fortes et à étendre son audience, l’ouverture démocratique de l’AKP, l’amène aujourd’hui à revoir sa stratégie. D’abord, le projet gouvernemental le conduit à se repositionner vis-à-vis du PKK, un exercice difficile puisqu’il ne s’est jamais clairement démarqué de l’organisation rebelle d’Abdullah Öcalan. Ensuite, le processus lancé par le gouvernement a créé une dynamique politique que le DTP ne peut pas ignorer parce qu’elle est susceptible de séduire un certain nombre de Kurdes lassés par les violences et la situation de guerre civile larvée dans laquelle se trouve encore plongée le sud-est du pays. Dès lors, la formation kurde se retrouve dans une position médiane, avec tout ce qu’elle peut avoir d’inconfortable, risquant soit d’être accusée de bloquer l’initiative gouvernementale, si elle se montre trop exigeante, soit d’être suspectée de brader la cause kurde, si elle fait preuve de trop de pragmatisme et accepte facilement le projet gouvernemental. On comprend ainsi qu’Ahmet Türk ait placé haut le niveau ses exigences, lors du congrès du DTP, pour pouvoir négocier en position de force lorsqu’il connaîtra enfin les propositions concrètes du gouvernement.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *