Recep Tayyip Erdoğan rencontre Massoud Barzani à Diyarbakır

BASBAKAN ERDOGAN DIYARBAKIRRecep Tayyip Erdoğan était ce week-end, comme prévu, à Diyarbakır pour y rencontrer le président de la région kurde d’Irak du nord, Massoud Barzani. Ce séjour avait comme premier objectif affiché de raviver le processus de règlement de la question kurde, entré en sommeil, depuis que les événements de Gezi Parkı ont ébranlé la Turquie, en mai-juin derniers. De fait, il n’est pas étonnant qu’il se soit attaché à entretenir une symbolique forte.

Rencontre historique ou coup de bluff ?

Le premier ministre, qui effectuait sa première visite officielle dans une municipalité tenue par le BDP, a notamment été Erdogan-Barzani2accueilli à l’aéroport par le maire de la ville, Osman Baydemir et par la célèbre députée Leyla Zana. Il a rencontré rapidement Massoud Barzani à la préfecture de la ville. Puis les deux hommes se sont rendus à un meeting se tenant dans le quartier de Kantar. Massoud Barzani, qui a pris la parole le premier, a souligné le caractère historique de cette rencontre qui aurait été impossible «il y a encore 15 ou 20 ans», en rendant hommage à Recep Tayyip Erdoğan et en souhaitant que «ses frères turcs et kurdes soutiennent le processus de règlement.» Pour sa part, le premier ministre turc a qualifié Diyarbakır de «ville de la fraternité», en appelant Kurdes et Turcs à déjouer les tentatives de sabotage du processus en cours. On a surtout observé qu’il n’a pas hésité à prononcer le terme de «Kurdistan irakien» pour la première fois, à faire allusion à une possible amnistie des prisonniers politiques et à rappeler la mémoire du chanteur kurde Ahmet Kaya, mort en exil en 2000, à Paris, en déclarant notamment : « J’aurais aimé qu’il puisse aussi être là aujourd’hui. »

Des chanteurs kurdes, il y en avait pourtant et pour tous les goûts ce 16 novembre à Diyarbakır ! Car participaient aussi à ce meeting Ibrahim Tatlıses et Şivan Perwer ; le premier, vedette adulée de la variété turque depuis près de 40 ans, leErdogan-Barzani3 second, chanteur engagé, rentré pour l’occasion d’un exil de 37 ans. Les deux artistes ont délivré des messages de paix, consacrant le caractère œcuménique d’une cérémonie qui ne suffira peut-être pas à relancer le processus de règlement de la question kurde en Turquie, mais qui montre en tout cas que l’entreprise n’est pas morte et qu’elle fait encore rêver. Toutefois pour que le rêve devienne réalité, il faudra plus que des symboles. Depuis 10 ans, l’AKP nous a habitué à ces postures spectaculaires. De la réhabilitation de Nazım Hikmet aux excuses pour les massacres de Dersim, en passant par les messes à Trabzon ou à l’église d’Akdamar, la liste est déjà longue… La recherche d’images fortes et la chasse aux tabous ont été quasiment érigées en stratégie par la formation au pouvoir, ce qui lui permet de montrer qu’elle ne connaît pas de phénomène d’usure et qu’elle reste l’acteur qui par excellence peut changer la société turque. Il reste que cette attitude a généralement été suivie par des résultats décevants, la montagne ayant trop souvent tendance à accoucher d’une souris.

Pour que le processus de règlement reprenne de façon crédible, il faut donc que des gestes significatifs interviennent rapidement. Après le cessez-le-feu proclamé par le leader du PKK, Abdullah Öcalan, le 21 mars dernier, jour de Newroz-Nevruz, un retrait des troupes du PKK a commencé, en mai, sans grand enthousiasme chez les rebelles, puisqu’il n’aurait concerné que 20 à 30% de leurs effectifs. Est-ce pour rappeler qu’il est toujours présent en Turquie et qu’il faut compter avec lui, que le PKK a frappé sans faire de victimes, un convoi de l’armée turque, la veille de la rencontre de Diyarbakır? Toujours est-il que depuis que les événements de Gezi ont ravi la vedette à la question kurde, les deux protagonistes s’accusent mutuellement de ne pas tenir parole.

Un message au PKK et au PYD

Mais au-delà du «processus du règlement», la rencontre de Diyarbakır s’inscrit dans la réorganisation en cours des équilibres politiques, au sein d’un Moyen-Orient instable dont les Kurdes sont désormais un acteur majeur. En recevant une fois de plus Massoud Barzani comme un chef d’Etat en Turquie, et de surcroît à Diyarbakır, Recep Tayyip Erdogan-Barzani4Erdoğan confirme l’alliance et les intérêts convergents de son pays avec les Kurdes modérés et réalistes de la région d’Irak du nord. Le message s’adresse ici certes aux Kurdes de Turquie et plus particulièrement à leurs organisations légales (le BDP) ou illégales (le PKK), mais aussi au PYD, qui a pris le contrôle du nord de la Syrie où il s’apprête à établir une région kurde autonome. La formation de Saleh Muslim inquiète Erdoğan et Barzani, parce qu’elle est en fait la branche syrienne du PKK et qu’elle entretient des liens suspects, tant avec le gouvernement fédéral Bagdad, qu’avec le régime de Damas. Ces derniers jours, Massoud Barzani s’est d’ailleurs employé à saper l’image de libérateur du PYD, en expliquant à qui veut l’entendre que tous les territoires qu’il a pu acquérir en Syrie, ne sont  en fait que des cessions consenties par Bachar el-Assad. Le gouvernement turc a, quant à lui, reçu Saleh Muslim, deux fois, cet été, pour s’enquérir de ses projets. Incitant un moment à l’optimiste, ces contacts n’ont finalement pas été convaincants, la Turquie reprochant aux Kurdes syriens leurs relations avec Damas, le leader du PYD accusant Ankara de soutenir les milices islamistes qu’il affronte dans des combats au cours desquels son propre fils a perdu la vie très récemment.

Les Kurdes, acteurs ascendants mais divisés

En réalité, c’est bien un grand jeu kurde qui est également derrière la rencontre de Diyarbakır. Au cours des dernières années force est de constater que les Kurdes sont devenus un acteur important du Moyen-Orient. Ce n’est pas parERdogan-Barzani55 hasard que Recep Tayyip Erdoğan a parlé du «Kurdistan irakien», car la région autonome est devenue un quasi-Etat, et l’obtention de ce statut consacre la politique réaliste de ses dirigeants, en particulier de Massoud Barzani. En ce qui les concerne, les Kurdes de Turquie se sont imposés à plusieurs égards : leur parti parlementaire (le BDP) est entré au parlement devenant en fait la quatrième formation du pays, tandis que le PKK devenait, même si cela n’a pas été officialisé, un véritable partenaire dans la recherche d’une solution négociée. Enfin, à l’occasion de la guerre civile qui ravage la Syrie, la branche la plus radicale des Kurdes syriens contrôle désormais des zones importantes dans le nord de ce pays.

Ces avancées ont pourtant une faille qui est de taille, car elles montrent que les dirigeants et instances kurdes qui sont dans une phase ascendante actuellement sont aussi divisés, et que leurs divisions ont tendance à s’accroître au fur et à mesure qu’ils montent en puissance. Il y a là une faiblesse que les autorités de leurs pays d’origine (Turquie, Irak, Syrie notamment) peuvent être tentés d’exploiter…

JM


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Bigbibi dit :

    Nul doute que la Turquie et les autres pays qui occupent les territoires kurdes vont tout faire pour que les divisions du passé qui ont fait tant de tort au peuple kurde resurgissent aujourd’hui et continuent à porter préjudice à un mouvement national kurde unifié. Dans cette optique, la Turquie s’accommoderait finalement parfaitement de l’existence d’une autorité kurde en Syrie rejetée par les Barzani…
    A moins que les Etats-Unis et Israel en décident aujourd’hui autrement dans le cadre de leur projet de redessinage du moyen-orient

  1. 19 juin 2014

    […] bereits im November 2013 über kurdische Quellen an die Öffentlichkeit gedrungen und nach einem Besuch Barzanis im türkischen Diyarbakir am 18. November 2013 und seinem dortigen Treffen mit […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *