L’Égypte réduit le niveau de ses relations diplomatiques avec la Turquie

Misir1Le 23 novembre 2013, l’Egypte a déclaré l’ambassadeur de Turquie au Caire, Hüseyin Avni Botsalı (photo à gauche), «personna non grata», et lui a demandé de quitter le pays. Le gouvernement égyptien, pour sa part, a rappelé son ambassadeur à Ankara depuis la brouille qui s’est installée entre les deux pays, au cours de l’été dernier, après la déposition du président Mohamed Morsi. Il a annoncé que son ambassadeur ne retournerait pas en Turquie désormais.

Cette réduction du niveau des relations diplomatiques entre la Turquie et l’Egypte n’est pas réellement une surprise. Elle fait suite à la dégradation régulière des rapports entre les deux pays, depuis le renversement de Mohamed Morsi, le 3 juillet dernier, et la répression sanglante de ses partisans qui s’en est ensuivie, à la mi-août.

La Turquie dénonce un « coup d’Etat »

Les autorités turques avaient été l’allié le plus proche de l’administration Morsi, suite à son élection et à l’ascendant qu’il était parvenu à prendre sur l’armée, au cours de l’été 2012, en révoquant le maréchal Tantaoui de ses fonctions de président du Conseil Supérieur des Forces Armées (CSFA). Invité au congrès deMisir2 l’AKP en septembre 2013, l’ex-président égyptien avait œuvré de concert avec Ankara, il y a un an, pour résoudre une nouvelle crise à Gaza. Sur le plan intérieur, à l’automne 2012, il avait reçu un appui important du gouvernement turc, sous la forme d’un prêt de 2 milliards de dollars.

C’est la raison pour laquelle la Turquie a très mal réagi aux manifestations du 30 juin 2012 contre Mohamed Morsi et a tout de suite qualifié sa déposition de «coup d’Etat», tout en demandant à l’armée de libérer le président déchu et en continuant à le considérer comme le seul président égyptien légitime. Dès le 5 juillet, Recep Tayyip Erdoğan, en personne, a fustigé les réactions des Etats-Unis et de l’Union européenne, jugées trop complaisantes, en accusant ses alliés occidentaux de pratiquer une technique « du deux poids, deux mesures », consistant certes à critiquer la déposition de Mohamed Morsi, sans pour autant oser parler de «coup d’Etat». À cet égard, le premier ministre turc avait rappelé aux Européens les exigences qu’ils ont à l’égard de la démocratie turque dans le processus de reprise de l’acquis communautaire qui sous-tend la procédure d’adhésion à l’UE, en se demandant pourquoi ils n’avaient pas la même attitude à l’égard des événements égyptiens en cours. Le 10 juillet, le chef du gouvernement turc déclarait ainsi :

«Un coup d’Etat a bien été conduit en Egypte, bien qu’ils ne l’admettent pas. Nous avons suffisamment souffert des coups d’Etat en Turquie et nous n’en voulons pas pour l’Egypte.»

Par la suite, la confrontation entre les partisans de Mohamed Morsi et le nouveau gouvernement intérimaire égyptien n’a fait qu’accentuer la détérioration de la relation turco-égyptienne. À la mi-août 2013, la Turquie condamne la dispersion des campements de protestation de Rabia el-Addawiya, en accusant une nouvelle fois les Occidentaux, et même la communauté internationale, de complicité avec la répression qui est en cours au Caire et qui va faire un nombre de victimes supérieur à celui des 3 semaines du soulèvement qui a chassé Hosni Moubarak, en janvier-février 2011. Le 17 août 2013, Recep Tayyip Erdoğan reproche à Abdelfatah al-Sissi de se rendre coupable de «terrorisme d’Etat» et le compare à Bachar al-Assad, en déclarant notamment :

«On assiège la mosquée al-Fath, les lieux de culte du peuple ne  sont pourtant pas en cause. Ils ont brûlé, détruit nos mosquées en Syrie et en Egypte.  Bachar et Sissi sont comparables. Il n’y a pas de salut dans l’oppression.»

À cette époque, Ankara essaye en outre de mobiliser les organisations internationales : le conseil de sécurité de l’ONU, en lui demandant de voter une résolution dénonçant ce qui se passe en Egypte ; l’Organisation de Coopération Islamique (OCI), en dénonçant la timidité de son secrétaire général, le Turc Ekmeleddin İhsanoğlu. Emporté par son élan, Recep Tayyip Erdoğan va même jusqu’à accuser Israël d’être derrière le «coup d’Etat» égyptien, ce qui provoque un début de polémique avec les Etats-Unis.

Des impératifs diplomatiques aux affaires intérieures turques

Dans le même temps, le gouvernement de l’AKP n’a pas manqué de donner une dimension plus domestique à sa critique de la situation égyptienne. Confronté depuis la fin du mois de mai, à la contestation du mouvement Gezi, il compare les manifestations qui ont précédé le renversement de Mohamed Morsi en Egypte à celles qui ont agité la Turquie en juin-juillet. Lors d’un meeting à Trabzon, le 23 août 2013, Recep Tayyip Erdoğan s’écrie ainsi : «Heureusement, les places de notre pays ne seront pas d’autres Tahrir. Ce seront des Rabaa el-Adawiya où la démocratie est souveraine.»  Il fustige également l’usage des réseaux sociaux et de l’internet pour contester l’action des gouvernements en place, en y voyant de nouveaux moyens utilisés par les Misir3«putschistes» pour remettre en cause «la souveraineté du peuple». Ce débat croise des affrontements politiciens intérieurs courants, lorsque le parti kémaliste (CHP) envoie, entre le 9 et le 12 septembre, une délégation en Egypte pour rencontrer des représentants du gouvernement intérimaire (photo à gauche), Recep Tayyip Erdoğan s’interrogeant sur la pertinence de cette démarche et sur la légitimité du premier parti d’opposition à la conduire.

Ces réactions du gouvernement turc malmènent bien sûr à l’extrême ses relations avec le nouveau gouvernement égyptien, qui y voit une ingérence insupportable dans ses propres affaires intérieures. Convoqué plusieurs fois, en juillet, par le ministère égyptien des affaires étrangères pour expliquer l’attitude de son gouvernement, l’ambassadeur turc Hüseyin Avni Botsalı, est rappelé en Turquie après les événements sanglants de la mi-août 2013. Dans le même temps, un journaliste de la TRT, Metin Turan, qui couvrait la prise d’assaut de la mosquée al-Fath au Caire (où s’étaient réfugiés des partisans de l’ex-président Morsi) a été arrêté, tandis que les chaines de télévision égyptiennes décidaient de boycotter les fameux feuilletons turcs. Comme on pouvait s’y attendre, les relations économiques et commerciales turco-égyptiennes ont été fortement atteintes par ces différents développements.

La fin des espoirs de normalisation des relations turco-égyptiennes

Pourtant, au début du mois de septembre, une amélioration de la situation paraît en vue, l’ambassadeur Botsalı étant revenu à son poste, et à la fin du mois d’octobre, l’Egypte salue même des propos apaisants tenus, au Koweït, par Ahmet Davutoğlu, affirmant que la Turquie soutient en Egypte «la volonté du peuple égyptien et pas un groupe ou une faction politique». Toutefois, malgré cette accalmie, le gouvernement égyptien persiste à ne pas renvoyer son ambassadeur en Turquie, et le maintien en détention du journaliste Metin Turan entretient un climat de tension.

L’ouverture du procès de Mohamed Morsi, début novembre, aura donc eu raison des efforts faits depuis début septembre, pour endiguer la détérioration des relations entre les deux pays. Le 12 novembre 2013, la presse turque rapporte que l’ambassadeur de Turquie en Egypte a été de nouveau convoqué par le ministère  égyptien des affaires étrangères, pour des remarques faites par des officiels turcs, qui auraient interféré dans les affaires intérieures égyptiennes, sans que l’on ne sache très bien quelles étaient les remarques concernées. Depuis Recep Tayyip Erdoğan s’est chargé de fournir des arguments aux autorités égyptiennes pour justifier une réduction du niveau des relations diplomatiques entre les deux pays. Brandissant sans arrêt les 4 doigtsMisir4 de Rabia dans les meetings pré-électoraux qui se multiplient à l’heure actuelle, il a de nouveau apporté son soutien à Mohamed Morsi, le 21 novembre dernier, en déclarant : «J’applaudis la conduite de Morsi devant le tribunal. Je le respecte, mais je n’ai pas de respect pour ceux qui lui font un procès.»

En réalité, la réduction de l’intensité des relations turco-égyptiennes croise en Turquie deux évolutions en cours. La première concerne les tendances récentes de la politique étrangère turque, de plus en plus en délicatesse avec la fameuse stratégie du «zéro problème avec nos voisins» d’Ahmet Davutoğlu. Comme l’ouvrage de Pénélope, le maillage savamment tissé par Ankara, avec ses voisins, au cours de la dernière décennie, a été rapidement  détricoté, depuis le début des printemps arabes. La seconde évolution renvoie à l’agenda politique turc. Il suffit de traverser Istanbul et de voir les panneaux publicitaires vantant les derniers acquis métropolitains du Marmaray pour comprendre que la campagne pour les élections locales a déjà commencé. Mais le premier ministre turc entend bien tirer le débat aussi sur un terrain moins prosaïque que celui des conditions de vie, notamment pour endiguer l’effet Gezi des derniers mois. À cet égard, l‘affaire égyptienne peut lui donner des arguments à la fois pour se poser en défenseur du régime représentatif et en pourfendeur des Occidentaux qui l’ont épinglé sur Gezi mais sont restées muets à propos de Rabia. Reste à savoir si cette mise en exergue de la situation politique sur les bords du Nil, et l’appel à la « solidarité musulmane » qu’elle induit, est véritablement une stratégie porteuse pour les prochaines municipales…

JM


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Johan dit :

    … d’autant que la suite enchaîne avec « est » (ce qui montre bien que le rédacteur lui-même a eu du mal avec cet accord au pluriel…)

  2. Johan dit :

    Dernière phrase : « Restent à savoir … » Je doute fort qu’on puisse accorder ainsi ce verbe qui est ici essentiellement impersonnel. En realite on veut dire : il reste à savoir si … et peu importe si une ou plusieurs choses sont inconnues.

  3. Eric dit :

    Etes vous réellement sérieux en qualifiant ce qui c’est passé en egypte de … « déposition » ?

  1. 9 décembre 2013

    […] la décision égyptienne l’ayant déclaré, quelques jours auparavant, «persona non grata» (cf. notre édition du 24 novembre 2013) . Cet ultime développement aura été sans doute sévèrement ressenti par un diplomate […]

  2. 8 mai 2015

    […] les mots de Erdoğan du 10 juillet 2013, « un coup d’Etat a bien été conduit en Egypte, bien qu’ils ne […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *