Le projet gouvernemental de suppression des «dershane» ébranle la vie politique turque.

derhane1Les «dershane», comprenez les centres de préparation au concours d’entrée dans les universités turques, vivent-ils leurs derniers instants ? On serait tenté de le croire. En janvier prochain, le gouvernement devrait présenter un projet de loi prévoyant leur disparition pure et simple. Le concours national d’entrée dans les universités turques est déterminant pour les lycéens, car si leurs résultats ne sont pas satisfaisants, ils peuvent être envoyés dans des universités où ils ne désirent pas étudier, de surcroît dans une discipline qu’ils n’ont pas vraiment choisie. C’est ce qui explique le développement massif, au cours des dernières décennies, de ces « boîtes de bachotage » qui permettent de se préparer au concours en question et d’augmenter ses chances de le réussir dans un bon rang.

Les «dershane» n’ont jamais eu vraiment bonne presse en Turquie, car ils reflètent deux des défauts majeurs du système d’entrée à l’Université. D’une part, ils privilégient les automatismes et la récitation par cœur, une logique d’apprentissage qui tend à accaparer les dernières années de lycée et à y réduire le champ de la formation fondamentale. D’autre part, ils révèlent l’incapacité du système éducatif traditionnel à préparer lui-même ses élèves à l’entrée à l’Université. Pointant dudershane2 doigt le coût de cette préparation pour les familles, le gouvernement estime en outre qu’elle favorise les inégalités sociales.

Pour autant, loin de faire l’unanimité, le projet gouvernemental de suppression divise actuellement fortement les Turcs. L’opposition, notamment les kémalistes du CHP, dénoncent le fait que cette décision de suppression ait été prise une fois de plus sans véritable concertation, de manière autoritaire, et ils pensent surtout qu’on ne peut pas supprimer les «dershane», sans repenser l’ensemble du système éducatif. Les propriétaires de ces institutions  voient dans cette réforme, quant à eux, une atteinte à la libre-entreprise et pensent que la reconversion de leurs centres en écoles privées traditionnelles, que leur propose le gouvernement, ne sera pas viable, le secteur éducatif privé connaissant actuellement, en Turquie, une situation financière particulièrement difficile.

Pourtant, c’est au sein même du camp gouvernemental que les critiques les plus vives ont fusé. Depuis quelques semaines, la confrérie Gülen qui est derrière bon nombre de ces centres de préparation (elle en contrôlerait près de 3500 à travers tout dershane3le pays), et donc pour laquelle cette activité est éminemment rentable, tire à boulet rouge sur le projet du gouvernement. Il ne se passe pas un jour sans que les organes de presse du groupe Zaman ne mettent en exergue les tares de la réforme, louant les résultats des «dershane», estimant leur suppression contraire à la Constitution ou à la liberté d’entreprendre et prétendant qu’elle n’est pas conforme aux exigences de la candidature à l’UE. Récemment le hodja en personne a lancé ce mot d’ordre : « hiç durmadan Yürüyeceksiniz ! » (On continue à marcher sans s’arrêter !), incitant ses partisans à ne rien lâcher.

Manifestement gêné par la tournure prise par les événements, le président Gül a estimé qu’il fallait trouver une solution satisfaisante pour toutes les parties. Le vice-premier ministre, Bülent Arınç, pour sa part déjà en conflit avec le premier ministre sur plusieurs dossiers chauds (de la gestion des événements de Gezi à la mise en cause récente de la mixité des résidences universitaires), a fait le grand écart pour essayer d’expliquer que le point de vue de la confrérie n’était pas inconciliable avec celui du gouvernement. Le député AKP de Kütahya, İdris Bal, ne s’est pas gêné, quant à lui, pour contester sans ménagement le bien-fondé de la réforme, en expliquant qu’on ne pouvait supprimer les «dershane», sansderhane4 savoir comment et par quoi on allait les remplacer. Il fait ainsi l’objet d’une procédure disciplinaire. Bal, lui aussi, d’ailleurs s’est récemment fait connaître pour avoir critiqué les excès de la répression policière, pendant les événements de Gezi. On sait pourtant que lorsque Recep Tayyip Erdoğan s’est mis une idée dans la tête, il n’est pas facile de le faire changer d’avis. Le premier ministre a annoncé qu’il n’était pas question de revenir sur ce projet. Un dialogue a bien été noué entre les experts du ministre de l’Education et les représentants des directions de «dershane», mais essentiellement pour convaincre les seconds de la pertinence de la réforme. Du coup, les professionnels de ces « boîtes de bachotage » boycottent désormais les réunions gouvernementales de concertation et appellent à la mobilisation. La rumeur laisse entendre qu’en supprimant les «dershane», la direction de l’AKP aurait décider de faire payer à la confrérie Gülen ses critiques incessantes contre les imperfections de la démocratie et de l’Etat de droit turcs, les « bévues » du gouvernement en matière de politique étrangère, et l’enlisement de la candidature de la Turquie à l’UE. Reste à savoir si cette nouvelle querelle intestine peut aller plus loin, et menacer l’unité du parti gouvernemental, au moment où une année électorale chargée se profile à l’horizon 2014.

JM


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Sanyol dit :

    Ce que vous nous expliquez ici n’est que du factuel. Je pense qu’il ne faut pas négliger le courage dont a fait preuve le Premier ministre turc juste à la veille des élections, sachant que la confrérie a soutenu l’AKP pendant tout son mandat. Je pense que l’existence des dershane était toujours à l’ origine de la médiocrité du système éducatif turc et que la « transformation » -et non la « disparition » comme vous le dites- de ces dershane en écoles privées va enfin permettre au gouvernement turc de se pencher davantage pour améliorer le système éducatif actuel. Je ne vois pas pourquoi le CHP s’oppose à une telle transformation, alors qu’elle dénonce toujours la confrérie comme étant dangereuse à la laïcité.

  1. 2 décembre 2013

    […] et médiatique depuis plus d’une semaine (voir la chronique précédente  et l‘article de Jean Marcou sur l’OVIPOT). Pour Ahmet Şık, il s’agit là d’un simple conflit […]

  2. 26 décembre 2013

    […] le gouvernement  de fermer les cours privés de préparation à l’entrée à l’université (dershane, dont un quart serait aux mains des gülenistes), que le divorce est […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *