Violence à l’égard femmes : un nouveau discours vis-à-vis des médias ?

DSCF0426Le 25 novembre, la Turquie célébrait la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Le soir, plus d’un millier de femmes se sont réunies, sous l’initiative de la Plateforme des femmes (Kadın Platformu), sur la place du lycée Galatasaray à Istanbul pour rappeler le bilan terrifiant de la violence faite aux femmes et pour protester contre la complicité de l’Etat. Si la journée même n’a pas attiré davantage l’attention des autorités publiques, le sujet de la violence à l’égard des femmes est devenu une vitrine du gouvernement AKP (Parti de la justice et du développement). Ainsi, les organisations des femmes se retrouvent devant un défi : comment articuler la problématique de la violence à l’égard des femmes face à un Etat qui véhicule un discours proactif dans ce domaine ?

Cette attention des autorités publiques s’accompagne d’un intérêt médiatique, justifiée, sans aucun doute, par des chiffres alarmants. Car selon les statistiques officielles, en 2013, 28 000 femmes ont été victimes de violence et 95 en sont mortes. Ces cinq dernières années, 802 femmes sont décédées des suites de la violence domestique (source timeturk).

Depuis plusieurs années donc, les médias accordent systématiquement une place importante à la problématique de la violence contre les femmes. Dans cette évolution, la campagne des associations féministes lancée en 2010 a pu jouer un rôle. C’est lors de cette campagne que le slogan « L’Amour des hommes tue trois femmes par jour » (« Erkeklerin sevgisi her gün 3 kadın öldürüyor ») est devenu notoire. Les médias l’ont repris à partir des pancartes que brandissaient les femmes à l’occasion d’un discours du Premier ministre Tayyip Erdoğan.

Dans leur article du 16 mars 2013 paru sur le site alternatif Bianet, les chercheuses Berna Ekal et Asa Eldem montrent que les médias s’appuient sur un certain nombre de cas emblématiques, notamment celui d’Ayşe Paşalı, assassinée par son ex-époux en 2010, après avoir pourtant saisi les autorités publiques à plusieurs reprises en raison des violences conjugales dont elle était victime. Ces cas deviennent des symboles de la violence faite aux femmes. Si l’attention des médias a permis de sensibiliser le public à ce sujet, cela s’est fait au prix de l’utilisation d’un langage sensationnel et d’une focalisation avant tout sur les cas de meurtre. Ainsi, deux nouveaux cas de meurtre ont été relatés par les journaux le 25 novembre. Berna Ekal et Asa Eldem soulignent que les autorités publiques recyclent, elles aussi, des exemples des meurtres de femmes afin de souligner qu’un tel crime ne se produirait plus aujourd’hui. Ainsi, un manquement de l’Etat, qui n’aurait pas su empêcher ces crimes, sert de légitimation aux politiques publiques actuelles.

Le gouvernement a repris le discours des organisations non gouvernementales, ce qui met ces dernières dans l’embarras : perpétuer ce discours reviendrait en effet à s’aligner avec l’Etat. Il est toujours possible de démontrer l’insuffisance des instruments mis en place ou des ressources allouées. Mais les associations de femmes se retrouvent devant le défi de présenter un discours innovant sur cette problématique qui irait au-delà de la rhétorique officielle. Leur critique, le 25 novembre, s’adressait donc à la fois à l’Etat et aux médias.

D’une part, elles dénoncent la complicité de l’Etat à la violence faite aux femmes. Ainsi, elles ont imposé le slogan « l’homme frappe, l’Etat le protège » (« Erkek vuruyor, devlet koruyor »). Selon l’argument des féministes, la promotion de l’égalité entre les sexes et le renforcement des femmes serait la meilleure prévention contre la violence (voir le communiqué de presse de la seizième assemblée générale des Refuges et Centres de Solidarité).

D’autre part, vis-à-vis des médias, les manifestants à Istanbul s’exclament : « Nous ne voulons pas de médias sexistes » (« Cinsiyetçi medya istemiyoruz ») ; le même jour, les membres du Syndicat des journalistes de Turquie profitent de l’occasion pour fonder un « Comité des femmes ». Dans leur communiqué de presse, elles appelaient à la « fin des médias soumis à la domination masculine » (« Erkek egemen medyaya son »). Pour elles, le langage utilisé et la perspective adoptée par les médias soutiendraient l’ordre patriarcal. Les femmes, déjà victimes d’actes violents, le seraient une seconde fois à cause de la façon dont ces événements seraient relatés. Actives dans le milieu des médias, les représentantes du Comité des femmes se donnent un double objectif : d’un côté, attirer l’attention sur le harcèlement auquel elles doivent faire face en exerçant leur métier ; de l’autre, corriger la couverture médiatique dominante des événements ayant trait aux femmes.

D’ailleurs, fidèles à l’interdiction des manifestations sur l’avenue Istiklal, les forces de l’ordre ont empêché la marche vers la place Taksim.L’événement devant le lycée Galatasaray s’est achevé dans le calme au bout d’une heure. Le prochain rendez-vous pourrait être la journée internationale des droits de l’Homme, le 10 décembre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *