Quel avenir pour les relations turco-égyptiennes ?

relations turco-égyptiennes1L’ambassadeur de Turquie en Egypte, Hüseyin Avni Botsalı a donc quitté Le Caire le 27 novembre dernier, conformément à la décision égyptienne l’ayant déclaré, quelques jours auparavant, «persona non grata» (cf. notre édition du 24 novembre 2013) . Cet ultime développement aura été sans doute sévèrement ressenti par un diplomate d’expérience, qui avait mis beaucoup d’énergie à rétablir le cours des relations turco-égyptiennes depuis son retour au Caire, en septembre dernier. Rappelé comme son homologue égyptien après le renversement du président Morsi, Hüseyin Avni Botsalı avait repris ses fonctions, au Caire, avec la ferme intention de sauver ce qui pouvait l’être. Ses efforts auront donc été vains, le gouvernement égyptien ayant pour sa part été beaucoup plus fataliste, en ne renvoyant pas officiellement son représentant en Turquie. Ce dernier, venu faire ses bagages à Ankara au cours de la semaine qui a suivi la réduction des relations diplomatiques turco-égyptiennes au niveau de chargé d’affaires, a néanmoins organisé un dîner d’adieu à l’intention de ses collègues arabes en poste en Turquie…

Des relations souvent difficiles entre les deux pays

Au delà des raisons liés au contexte politique des dernières semaines, et plus particulièrement aux déclarations du premier ministre turc qui ont exaspéré le nouveau gouvernement intérimaire égyptien, les observateurs avertis sur les bords du Nil rappellent que les relations turco-égyptiennes n’ont jamais été «un long fleuve tranquille», et que c’est la troisième fois qu’un ambassadeur turc est expulsé dans l’histoire. La véritable idylle qu’ont vécue récemment les deux pays, a tenu à la fois à la stratégie turque développée dans les années 2000, notamment à la fameuse politique du «zéro problème avec nos voisins», au durcissement des positions de la Turquie à l’égard d’Israël (en particulier depuis le «One minute !» de Davos, en 2009), aurelations turco-égyptiennes2 soutien d’Ankara à la Révolution du 25 janvier, et à l’arrivée au pouvoir, l’année dernière, des Frères musulmans, qui se sont comportés rapidement en adeptes du « modèle turc » de l’AKP. Les raisons qui ont contribué à cette embellie n’ont pourtant jamais fait disparaître totalement la méfiance existant entre deux puissances régionales susceptibles de se trouver en concurrence, et dont la culture politique et religieuse est finalement très différente. On observera ainsi qu’en dépit des bonnes relations des dernières années, l’Egypte n’a jamais permis à Recep Tayyip Erdoğan de se rendre à Gaza où les Palestiniens auraient fait probablement un triomphe au premier ministre turc. On remarquera encore que, même les Frères musulmans se sont méfiés du «modèle turc», et qu’ils avaient notamment très mal réagi et jugé que toutes les traditions turques n’étaient pas bonnes à prendre, lorsqu’en septembre 2011, lors de son passage au Caire, Recep Tayyip Erdoğan avait insisté sur la nécessité d’avoir une constitution laïque (cf. notre édition des 14 septembre et 16 septembre 2013).

La diplomatie turque piégée par l’assouplissement des positions américaines à l’égard du Caire

Le nouveau gouvernement égyptien s’emploie manifestement actuellement à mettre un terme à l’effervescence révolutionnaire qui a affecté l’Egypte depuis bientôt 3 ans. Après les Frères musulmans durement frappés relations turco-égyptiennes3dans les mois qui ont suivi le renversement de Mohamed Morsi, ce sont les démocrates, les libéraux ou les étudiants qui ont été la cible de la répression au cours des dernières semaines. Les rassemblements, protestant contre la récente loi règlementant les manifestations, ont été dispersées sans ménagement, ces quinze derniers jours. Un étudiant a été tué par les forces de l’ordre à l’entrée de l’Université du Caire le 28 novembre, tandis que des figures clefs de la Révolution du 25 janvier, comme Ahmed Maher, étaient préventivement arrêtées. De toute évidence, le gouvernement égyptien, qui n’est toujours pas clair sur sa feuille de route constitutionnelle et politique, notamment sur la date des prochains rendez-vous électoraux, a été ragaillardi par les récentes prises de position à son égard des puissances occidentales. Sans aller, comme les Turcs, jusqu’à qualifier le renversement de Mohamed Morsi de «coup d’Etat», les Américains avaient fait part, cet été, de leur inquiétude à l’égard de l’autoritarisme qui prévalait au Caire, avant de geler, trois mois plus tard, leur aide militaire à l’Egypte, en réaction à la répression dont étaient victimes les Frères musulmans. Le 3 novembre dernier, le secrétaire d’Etat, John Kerry, a cependant effectué la première visite d’un responsable américain de premier plan dans la capitale égyptienne, et assuré le gouvernement intérimaire que l’Egypterelations turco-égyptiennes4 restait un partenaire crucial pour les Etats-Unis. Cette nouvelle posture américaine a mis la position critique turque de l’Egypte en porte-à-faux, ce qui explique sans doute que Le Caire, sentant s’accentuer l’isolement d’Ankara dans son approche de la situation égyptienne, ait saisi le prétexte des déclarations enflammées de début de campagne  de Recep Tayyip Erdoğan, pour reprendre l’initiative.

Ce qu’il faut bien qualifier de revers pour la diplomatie turque sanctionne sans doute le manque de lisibilité et l’indécision dont elle a fait preuve depuis l’été dernier. Loin d’aller jusqu’au bout de la logique de rupture que semblaient indiquer les propos très durs tenus par ses dirigeants à l’égard du gouvernement intérimaire égyptien, la Turquie a par ailleurs cherché à temporiser et à trouver dans le même temps des terrains de conciliation. Cette position consistant à maintenir l’essentiel de sa relation avec son partenaire égyptien, tout en le maltraitant lorsque le besoin politique s’en faisait sentir, est devenue difficilement tenable, dès lors que les Etats-Unis ont montré qu’ils avaient définitivement accepté la situation prévalant en Egypte, après leur valse-hésitation des trois premiers mois…

Des relations économiques préservées ?

Les relations économiques turco-égyptiennes vont-elles souffrir de cette situation ? Un de leurs pans, fortement tributaire des activités d’une nouvelle classe d’hommes d’affaires islamistes dont nombre de représentants sont aujourd’hui sous les verrous, est d’ors et déjà affecté par les événements qui se sont déroulés depuis l’été dernier. Toutefois, pour le reste, les échanges économiques turco-égyptiens devraient être épargnés, dans un premier temps, par les remous politiques actuels. La brouille entre les deux pays n’a relations turco-égyptiennes5notamment pas remis en cause le passage par le territoire égyptien (depuis le début de la guerre civile en Syrie) des camions turcs se rendant dans les pays du Golfe. Ces derniers que l’Egypte n’avait pas intérêt à mécontenter, sont en effet devenus pour les Turcs de gros clients comblant notamment le manque à gagner découlant de la crise en Europe.

Par ailleurs, les produits et investisseurs turcs ont trouvé leur place, ces dernières années, sur le marché égyptien. Il peu probable que ces positions soient remises en question du jour au lendemain.  Mais elles risquent de souffrir à plus long terme de la dégradation de l’image de la Turquie, en Égypte, comme d’ailleurs dans le reste du monde arabe. Le traditionnel sommet annuel économique turco-arabe, fleuron de la politique du «zéro problème», a capoté cette année, aucun pays arabe n’ayant souhaité l’accueillir. La 5e enquête du think tank turc TESEV, qui avait révélé la popularité de la Turquie au Moyen-Orient, au début des printemps arabes, montre que le phénomène s’est émoussé. Alors que les opinions positives sur la Turquie étaient de 78% en 2011, elles ne sont plus que de 59% en 2013. Début décembre, le gouvernement égyptien a demandé à tous ses ministères de rompre leurs relations économiques, techniques et culturelles avec le TIKA (Türk Işbirliği ve Koordinasyon Ajansı – l’Agence turque pour la coopération et la coordination), bras armé du gouvernement turc en matière d’aide au développement. Seule note optimiste dans cette grisaille : la libération en vue par les autorités égyptiennes du journaliste turc Metin Turan, arrêté il y a une centaine de jours au Caire, alors qu’il couvrait la prise d’assaut par les forces de sécurité égyptiennes de la mosquée el Fath où s’était réfugié les partisans de Mohamed Morsi.

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24 mars 2014

    […] mois plus tard, une réduction du niveau des relations diplomatiques entre Ankara et Le Caire (cf. notre édition du 27 novembre 2013). Le premier ministre turc trouve dans l’éviction du président islamiste égyptien des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *