Le patronat entre en campagne


Aux réserves de “l’establishment juridico-militaire” et à la manifestation populaire de samedi dernier, s’est ajouté un nouvel obstacle sur la route du Premier ministre vers Çankaya… Dans un programme diffusé aujourd’hui conjointement sur NTV et CNBC, la Présidente de la TÜSIAD (organisation du grand patronat turc), Madame Arzuhan Dogan Yalçındağ, a émis de fortes réserves sur la candidature éventuelle de Recep Tayip Erdoğan à la Présidence de la République, en expliquant longuement que l’hôte de Çankaya devait être une personnalité de compromis. D’après Madame Yalçındag, faisant ici directement allusion à la récente manifestation fleuve de protestation contre la possible candidature du Premier Ministre, un Président qui n’aurait pas l’assentiment populaire conduirait « à moyen terme à une crise politique et économique ». Toutefois, rappelant les acquis du gouvernement de l’AKP en matière économique et s’exprimant dans un langage des plus diplomatiques, la Présidente de la TÜSIAD a finalement laissé entendre que l’actuel Premier Ministre serait « raisonnable » et qu’il ne poserait probablement pas sa candidature.
Fondée le 2 août 1971 par quatorze hommes d’affaires et industriels turcs, la TÜSIAD réunit aujourd’hui plus de 500 membres qui comptent parmi les personnalités économiques les plus influentes de Turquie. L’opinion de cette association patronale, militant depuis toujours pour l’adhésion de la Turquie à l’Europe, n’est donc pas sans importance.
Cette nouvelle prise de position, après celles du YÖK et du chef d’Etat major notamment, semble confirmer que toutes les instances susceptibles de peser sur le débat politique se mobilisent actuellement dans le contexte d’une campagne qui devient de plus en plus tendue. En outre, il faut voir que cette déclaration intervient au mauvais moment pour Recep Tayyip Erdoğan. Il semble en effet que ce dernier n’ait pas obtenu de l’ANAP et du DYP l’engagement de leur participation au premier tour de l’élection. Cette participation est pourtant nécessaire pour satisfaire au quorum des 367 voix qui, selon certains constitutionnalistes, est une condition sine qua non de l’ouverture de l’élection.
Emel Kaba


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *