Le Bilan 2013 de la politique étrangère de la Turquie

Bilan Polex2013-1Lors des débats parlementaires du Budget 2014, Osman Korutürk, un député du CHP a estimé qu’ Ahmet Davutoğlu était, au sein du gouvernement turc, le ministre qui avait  le moins bien réussi cette année. Le chef de la diplomatie turque a répondu que le point de vue d’un parti d’opposition sur ses performances avait peu d’importance et qu’au bout du compte seule comptera l’opinion des électeurs. Or, a-t-il rappelé une majorité d’entre eux ont majoritairement donné leur voix à son parti au cours des 7 scrutins qui ont eu lieu depuis 2002 (3 législatifs, 2 référendums et 2 locaux). Et il a conclu en estimant que sa politique étrangère n’était pas pour rien dans ce résultat, en se disant confiant sur le soutien que lui apportait toujours l’opinion publique.

Le propos d’Osman Korutürk fait néanmoins écho aux critiques répétées et parfois très sévères des derniers mois formulées à l’encontre de la politique étrangère suivie par le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan. Dans les annéesBilan Polex2013-2 2000, celle-ci a pourtant été considérée comme l’une des réussites des nouveaux dirigeants de l’AKP et sans doute a-t-elle contribué à leurs succès électoraux, mais en 2013, le vent a tourné et les nuages n’ont cessé de s’amonceler pour maître Davutoğlu. Sur les 7 scrutins gagnées, rappelés par le ministre des affaires étrangères à la tribune de l’assemblée, le dernier remonte déjà à juin 2011, une époque où le fameux «modèle turc» faisait fureur au Moyen-Orient après les «printemps arabes». Et même si la politique étrangère est rarement l’un des enjeux majeurs des élections, celles qui s’annoncent en 2014 (locales et présidentielles) pourraient bien pâtir des résultats contrastées de la diplomatie turque en 2013. Ce constat est d’autant plus préoccupant pour un gouvernement qui est atteint, depuis le 17 décembre dernier, par des affaires de corruption de grande ampleur (notre édition du 18 décembre 2013).

Les cauchemars syrien et égyptien de la Turquie

Ce sont bien les bases de ce que l’on a appelé «la nouvelle politique étrangère turque» qui ont montré leur fragilité au cours de l’année écoulée, à commencer par la fameuse «politique du zéro problème avec nos voisins». D’aucuns font remarquer, en effet, qu’en cette fin d’année 2013, la Turquie n’a plus d’ambassadeurs dans 3 pays clefs de la région (l’Egypte, Israël, la Syrie), et donc qu’en matière de politique de bon voisinage, la diplomatie turque peut sans doute mieux faire.

Naguère fleuron de la «nouvelle politique étrangère» d’Ankara, les relations turco-syriennes ont continué leur descente aux enfers. Déjà très inquiétante l’an passé, la crise syrienne touche de plus en plus directement la société turque. Au-Bilan Polex2013-3delà des incidents de frontière qui se sont poursuivis, la détérioration de la situation cette année s’est traduite par le spectaculaire attentat de Reyhanlı (qui a fait plus de 50 victimes, cf. notre édition du 15 mai 2013) et par l’afflux toujours plus important de réfugiés syriens (plus de 700 000 actuellement rien que dans les camps alors qu’ils n’y étaient que 100 000 en début d’année) qui ont fait leur apparition dans les parcs publics des grandes villes turques. Tout au long de l’année, le gouvernement turc a tenté en vain de faire réagir la communauté internationale. En mai dernier, lors de son séjour aux Etats-Unis, Recep Tayyip Erdoğan n’a réussi à obtenir que des assurances formelles de soutien (cf. notre édition du 20 mai 2013) et en septembre, ses espoirs d’intervention militaire contre le régime de Bachar el-Assad, après l’usage d’armes chimiques dans la banlieue de Damas, ont finalement tourné court (cf. notre édition du 16 septembre 2013). En outre, au cours des dernières semaines, la prise de contrôle, dans le nord ouest du pays, des principaux points d’appui de l’Armée Libre Syrienne (ASL) par des rebelles islamistes, après l’établissement depuis septembre dernier d’une région autonome kurde de fait, à l’est, ont fait comprendre à la Turquie que la rébellion qui sévissait de l’autre côté de la frontière ne lui était plus toujours favorable, et pouvait même lui causer de très sérieux problèmes.

L’autre déconvenue majeure de la politique turque de voisinage a découlé bien sûr de la détérioration subite des relations turco-égyptiennes (cf. notre édition du 17 juillet 2013). La victoire de Mohamed Morsi en 2012 et l’accentuation de la convergence entre Ankara et Le Caire, qui s’en était ensuivie, avaient paru conforter des fondements régionaux de la diplomatie turque qui commençaient à être ébranlés par les lendemains contrastés des « printemps arabes ». Las ! L’incapacité des Frères musulmans à stabiliser économiquement le pays et leurs erreurs politiques ont rapidementBilan Polex2013-4 montré que l’Egypte constituait pour la Turquie un compagnon de route fragile qu’elle devrait porter à bout de bras, le cas échéant. Le coup d’Etat et les massacres qui ont suivi, au Caire, la chute de Mohamed Morsi, au cours de l’été 2013, ont brutalement interrompu un rapprochement peu convaincant entre les deux pays (cf. notre édition du 18 août 2013). En continuant à vouer le régime intérimaire égyptien aux gémonies, alors même qu’il renvoyait son ambassadeur au Caire en septembre pour essayer de sauver ce qui pouvait l’être, le gouvernement turc a suivi une stratégie difficilement lisible. En novembre 2013, il a fini par se retrouver en porte-à-faux par rapport aux positions des Américains, qui en dépit du gel de leur aide militaire à l’Egypte, ont fini par normaliser leurs relations avec Le Caire. C’est ce qui explique que les nouveaux dirigeants égyptiens aient saisi le prétexte des déclarations tonitruantes de Recep Tayyip Erdoğan à leur encontre pour réduire le niveau de leurs relations avec Ankara et déclarer l’ambassadeur de Turquie au Caire «personna non grata» (cf. nos éditions du 24 novembre 2013 et du 9 décembre 2013).

Des éclaircies à confirmer

Soyons juste, à l’heure où dans les médias, le «Davutoğlu Bashing» a de plus en plus tendance à supplanter le «Davutoğlu Praising», en dépit du caractère spectaculaire de ces déboires syrien et égyptien, 2013 n’a pas été qu’une Bilan Polex2013-5année noire pour la diplomatie turque, et des acquis doivent être relevés. Dans ce registre, on pense bien sûr au nouveau dialogue entre Ankara et Tel-Aviv, consécutif aux excuses officielles présentées par l’Etat hébreu (cf. notre édition du 24 mars 2013). L’événement a été célébré par le gouvernement turc comme une victoire, mais n’a pourtant pas encore débouché sur une normalisation véritable des relations entre les deux pays. Les négociations sur l’indemnisation des victimes du Mavi Marmara, qui constituent aussi une condition du règlement du conflit, trainent en longueur, et plus généralement la Turquie dont l’étoile a pâli chez ses voisins arabes ne paraît pas pressée de renouer avec son ancien allié.

Plus convaincants sont en revanche les efforts faits pour se rapprocher du gouvernement fédéral irakien. Ankara est pourtant plus proche que jamais du régime kurde nord irakien. Le 16 novembre dernier, Recep Tayyip Erdoğan a accueilliBilan Polex2013-6 Massoud Barzani à Diyarbakır (cf. notre édition du 19 novembre 2013), adressant ainsi une mise en garde au PKK et à sa branche syrienne le PYD, pour le cas où ils seraient tentés de remettre en cause le processus de règlement politique de la question kurde en Turquie que le leader de l’AKP a engagé depuis le début de l’année. Par ailleurs, le gouvernement turc a pris soin de trouver un terrain d’entente avec le gouvernement fédéral irakien, avant la signature de nouveaux contrats pétroliers avec Erbil. L’heure est de toute évidence à l’apaisement avec les Irakiens, des visites officielles au plus haut niveau étant annoncées pour l’année à venir. Mais il faudra que cette réconciliation soit confirmée par des initiatives politiques durables.

L’élection d’Hassan Rohani et les espoirs de solution du dossier nucléaire iranien ont également fait décroître les tensions entre Ankara et Téhéran, au cours du second semestre 2013. La crise syrienne et le soutien turc aux rebelles Bilan Polex2013-7avaient détérioré à Téhéran la bonne image qu’avait gagnée la Turquie depuis l’accord tripartite de juin 2010 (cf. notre édition du 24 mai 2010) et son refus de voter les sanctions américaines contre la République islamique (cf. notre édition du 12 juin 2010). Au cours des trois dernières années, l’Iran s’était remis à considérer son puissant voisin comme un rival et certains de ses dirigeants n’hésitaient pas à s’en prendre à ce pays membre de l’OTAN ayant accepté l’installation du bouclier antimissile américain et la présence de rampes de Patriots dans le sud-est de son territoire. L’élection d’un président plus modéré à Téhéran et la possible levée des sanctions économiques, suite à l’accord intervenu avec les grandes puissances sur le dossier nucléaire, en novembre 2013, pourrait favoriser un nouveau dialogue turco-iranien, bien utile au moment où l’on recherche toujours une solution à la crise syrienne.

A ces éclaircies plus ou moins intenses israélienne, irakienne et iranienne, s’ajoute des espoirs chypriote et arménien. Alors que les deux communautés chypriotes ont accepté récemment de fusionner leurs fédérations de football, le climatBilan Polex2013-8 dans lequel se tiennent les négociations qui se déroulent actuellement a été qualifié «d’atmosphère psychologique favorable» par Ahmet Davutoğlu, fortement mobilisé ces dernières semaines par la recherche d’une solution. Cela suffira-t-il pour résoudre un conflit fossilisé depuis bientôt 40 ans ? Rien n’est moins sûr… La visite à Erevan, les 12 et 13 décembre derniers, de l’infatigable ministre turc des affaires étrangères a également suscité l’espoir d’une relance de la ratification des protocoles de normalisation des relations turco-arméniennes, gelée depuis 4 ans (cf. notre édition du 12 octobre 2009), et ce d’autant plus que le chef de la diplomatie turque a déclaré pour la première fois que les déportations d’Arméniens en 1915 avaient constitué «un acte inhumain qu’il n’est pas possible de soutenir.»

Les fondamentaux de la nouvelle politique étrangère turque en péril

Bien que ces avancées ne soient pas négligeables, elles restent pourtant incertaines. De façon significative, la plupart d’entre elles se sont développées dans la seconde moitié de l’année 2013, comme si l’on avait voulu colmater dans les derniers mois, les brèches ouvertes par l’aggravation de la crise syrienne et par le nouveau différend turco-égyptien. Ces ouvertures dans le voisinage de la Turquie auront d’autant plus de mal à réhabiliter la diplomatie turque que d’autres fondamentaux sont atteints.

La capacité turque à être un médiateur régional s’est réduite. L’Iran est de retour aux côtés d’un Hamas moins exclusivement tourné vers Ankara, et depuis les événements de Gezi Parkı, l’image de la Turquie n’est plus aussi Bilan Polex2013-9favorable dans le monde arabe. La 5e enquête du think tank TESEV (publiée début décembre), sur la perception de la Turquie dans les pays musulmans, indique un net recul de la popularité d’Ankara. Signe des temps, le forum économique turco-arabe, jadis grand messe célébrant annuellement la nouvelle convergence entre la Turquie et ses voisins arabes, n’a pu avoir lieu cette année, aucun pays arabe n’ayant souhaité accueillir cette manifestation. Plus surprenant encore, le dérapage verbal de Recep Tayyip Erdoğan, en octobre dernier, au Kosovo, qui a vu le premier ministre turc affirmer que «le Kosovo c’est la Turquie» (cf. notre édition du 29 octobre 2013), a ruiné en partie les acquis de plusieurs années d’efforts politiques d’Ankara dans les Balkans. Après cet incident, choquée la Serbie a refusé, en effet, d’accueillir à Belgrade le sommet tripartite qui la réunissait annuellement avec laBilan Polex2013-10 Turquie et la Bosnie. Enfin, les espoirs eurasiatiques que Recep Tayyip Erdoğan nourrissait au début de cette année, lorsqu’il annonçait une prochaine intégration de son pays dans le groupe de Shanghai (SCO – Shanghai Cooperation Organization), n’ont pas fait long feu. Présentée comme une alternative possible à l’adhésion à l’Union européenne par le premier ministre turc, l’entrée de la Turquie dans cette organisation eurasiatique s’avère compromise. La Chine, la Russie et les pays d’Asie centrale qui la composent n’ont en effet pas invité la Turquie à leur dernier sommet de septembre, en jugeant manifestant que celle-ci restait trop proche des Américains et de leurs alliés (cf. notre édition du 16 octobre 2013).

Un retour vers l’Ouest en demi teinte

Beaucoup à l’Ouest voudraient donc croire que la Turquie revient effectivement vers ses alliés occidentaux traditionnels. Mais ils ont été surpris, en septembre dernier, par la décision du gouvernement turc d’attribuer le marché de sa défense Bilan Polex2013-11antimissile à la compagnie chinoise CPMIEC, optant ainsi pour un système incompatible avec celui de l’OTAN. Cette décision paradoxale, qui n’est certes pas définitive, a peut-être cherché à obtenir en fait le système américain des missiles Patriots à un meilleur prix, mais le Congrès a récemment fait savoir qu’il ne dépenserait pas un sous pour rendre le système chinois compatible avec celui de l’OTAN, si jamais Ankara maintenait son choix. Du coup l’option chinoise risque de s’avérer peu rentable et comme les Etats-Unis n’ont pas fait d’offre nouvelle, les décideurs turcs se retrouvent dans une impasse, ce qui donnera peut-être une chance au consortium franco-italien Eurosam, dont l’offre était arrivée en deuxième position en septembre dernier.

Quoi qu’il en soit, cette affaire, qui n’est pas terminée, a amplifié une dégradation rampante des relations turco-américaines, au cours du second semestre 2013. Envenimé par une différence d’appréciation sur la ligne à suivre en SyrieBilan Polex2013-12 et en Egypte, le dialogue entre les deux pays a été également affecté par les critiques américaines à l’égard de la répression du mouvement Gezi. Les récentes affaires de corruption, qui ont frappé le gouvernement turc, ont été l’occasion de nouvelles tensions, en particulier lorsque Recep Tayyip Erdoğan, après avoir accusé certains ambassadeurs de s’immiscer dans les affaires intérieures de la Turquie, a menacé d’expulser celui des Etats-Unis (cf. notre édition du 26 décembre 2013). Les relations turco-européennes ont, pour leur part, connu une éclaircie en fin d’année, avec la signature de l’accord de réadmission des migrants illégaux qui ouvre la perspective d’une suppression de l’obligation de visa concernant les citoyens turcs qui se rendent en Europe. Ces avancées ont été analysées par certains observateurs comme le signe d’une possible relance des négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE, mais cela est une autre histoire que nous aborderons prochainement dans un «Bilan 2013 de la politique européenne de la Turquie».

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *