La visite de François Hollande en Turquie vue par la presse turque

2014-01-28 16.38.25Les clins d’œil adressés par François Hollande à la chanteuse turque Candan Erçetin, honorée de l’insigne de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres, à l’occasion de sa visite officielle de deux jours en Turquie, auront eu le mérite de mettre en première page des journaux turcs le chef de l’Etat français empêtré dans l’« affaire Gayet ». En effet, plus que des discussions relatives aux dossiers de fond, il a été question dans la presse quotidienne turque des anecdotes liées à la visite présidentielle, dont les Turcs sont friands. « Pourquoi François Hollande s’est-il rendu en Turquie ? », s’est néanmoins interrogé Nilgün Cerrahoğlu, éditorialiste du quotidien kémaliste Cumhuriyet, au lendemain de sa visite officielle. Ce séjour a été l’occasion de donner un nouvel élan aux relations franco-turques, comme s’est employée à le rappeler, dans son ensemble, la presse turque (Zaman, Hürriyet, Sabah, Milliyet, Vatan, Taraf, Cumhuriyet et Radikal). Traduisant des fractures idéologiques, ces quotidiens ont accueilli de façon diverse, bien que relativement positivement, la visite « historique » de François Hollande, la troisième d’un Président français et la première en 22 ans.

Rappelant unanimement l’humiliation subie lors du passage éclair de Nicolas Sarkozy en Turquie en tant que Président du G20 en février 2011 (voir notre édition du 21 février 2012), les médias turcs ont réservé un accueil plutôt favorable à « François II » (comme s’est amusé à le qualifier Özgen Acar, éditorialiste de Cumhuriyet), qui se montre plus « modéré » que son prédécesseur, notamment sur la question de l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. Cengiz Aktar, éditorialiste du quotidien Vatan, a néanmoins noté que François Hollande « [allait] avoir beaucoup de travail » s’il entendait « réparer les erreurs » de Nicolas Sarkozy. Des éditorialistes comme Nilgün Cerrahoğlu, citée précédemment, n’ont pas hésité à apporter un regard critique, en dénonçant notamment le manque d’initiative du Président français : « l’enveloppe est différente, mais le message reste le même », illustrant ainsi des clivages au sein du paysage médiatique turc.

Effectuée en priorité pour relancer les échanges commerciaux entre les deux pays, moribonds depuis l’ère Sarkozy (la part de marché française dans les importations turques a diminué de moitié en 10 ans, passant de 6% en 2002 à 3% en 2013), la visite du Président français, accompagné d’une quarantaine de chefs d’entreprise, a été l’occasion pour la presse pro-gouvernementale de rappeler les réussites économiques du gouvernement, et notamment cette décennie fantastique où le « miracle turc » a eu lieu : « François Hollande regarde la Turquie avec admiration », a ainsi titré le quotidien Sabah. Avec son homologue Abdullah Gül, François Hollande a fixé un objectif : arriver à 20 milliards d’euros d’échanges annuels. En revanche, le flou médiatique règne quant aux accords commerciaux signés entre les deux parties…

Parmi les sujets les plus traités par la presse turque figure la question de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Lors de sa visite, le Président français a soutenu la poursuite du processus d’adhésion avec l’ouverture un à un des chapitres. La plupart des journalistes ont salué François Hollande, en soulignant son « attitude positive » à l’égard de ce processus, qui contraste avec celle de Nicolas Sarkozy, farouche opposant à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne (voir nos éditions des 3 juin 2007, 19 juin 2007 et 4 septembre 2007). Toutefois, l’éditorialiste de Sabah, Engin Ardıç, est resté sceptique sur le réchauffement des relations entre la Turquie et l’Union européenne : « Hollande nous a poliment rappelé que notre entrée dans l’Union européenne n’était qu’un rêve », allant jusqu’à comparer le Président français à un « Kemal Kılıçdaroğlu français » (chef du principal parti d’opposition), tout aussi « incompétent ». Certains, comme le quotidien Cumhuriyet, ont souligné l’ombre à ce tableau : la question du référendum sur l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. Le Président français a en effet repoussé l’autre option prévue à l’article 88-5 de la Constitution, celle qui permet de ratifier une nouvelle adhésion par un vote identique des deux assemblées avec une majorité des 3/5 (voir nos éditions des 15 septembre 2007, 26 avril 2008 et 3 juin 2008). Le quotidien populaire Hürriyet a fait savoir que « la Turquie [allait] devoir mener une grande campagne pour convaincre les citoyens européens », dont les Français, qui seraient 83% opposés à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, selon un sondage IFOP pour Valeurs actuelles, réalisé en janvier 2014.

Autre question épineuse, celle de la reconnaissance du génocide arménien, dont les différences de traitement entre la presse pro-gouvernementale et le reste de la presse turque sont plus marquées. Consacrant deux articles à cette question, le quotidien libéral Radikal, a rapporté les propos prononcés par François Hollande lors de la conférence de presse avec son homologue Abdullah Gül, selon lesquels la France avait l’obligation de transposer dans le droit national une décision-cadre de l’Union européenne de 2008 qui rend punissable « l’apologie, la négation ou la banalisation grossière publiques des crimes de génocide », remettant ainsi au premier plan la loi pénalisant la négation du génocide arménien retoquée par le Conseil constitutionnel en 2012 (voir notre édition du 9 janvier 2012). « Vous connaissez déjà la position de la France », s’est exclamé François Hollande, qui a tâché de ne pas employer le mot « génocide » lors de sa visite, bien que la France ait reconnu le génocide arménien de 1915 par la loi du 29 janvier 2001. Le quotidien Sabah a préféré, pour sa part, insister sur « l’importance d’un accord de paix » entre les deux pays.

Les grands quotidiens turcs, excepté Sabah et Zaman, sont revenus sur la rencontre de François Hollande avec la famille de Hrant Dink, journaliste turc d’origine arménienne, bête noire des nationalistes turcs, assassiné en janvier 2007 (voir notre édition du 30 janvier 2007). Pas grand-chose n’a filtré de cet entretien, qualifié « d’ordre privé, familial » par le frère de la victime. En réponse à une question d’un journaliste turc cherchant à savoir si « la question d’un prétendu génocide arménien y [avait] été abordée », la veuve du journaliste a dit « non », avant de préciser, devant l’insistance des journalistes turcs : « Vous savez tout ». Cette affirmation a d’ailleurs fait l’objet d’un titre d’article dans le quotidien Hürriyet. La famille Dink dénonce l’enlisement du procès qui dure depuis sept ans et accuse les pouvoirs publics de couvrir des officiels de haut rang, suspectés d’être impliqués.

Une fracture médiatique concerne la couverture de la rencontre de François Hollande avec Recep Tayyip Erdoğan. Le quotidien pro-gouvernemental Sabah est d’ailleurs l’un des seuls à avoir relayé cette entrevue, au cours de laquelle le Premier ministre turc, dont le gouvernement mais aussi le propre fils sont mis en cause dans plusieurs affaires de corruption (voir nos éditions des 18 décembre 2013, 26 décembre 2013 et 27 décembre 2013), a demandé de « [lever] les obstacles à l’ouverture des chapitres de négociation ». En effet, la presse pro-gouvernementale a insisté sur le soutien accordé par François Hollande à la poursuite des négociations, mais sans faire d’allusion à l’éventuelle ouverture des chapitres 23 (« Appareil judiciaire et droits fondamentaux ») et 24 (« Justice, liberté et sécurité »), qui touchent le projet de loi de réforme judiciaire actuellement très controversé, car destiné selon ses détracteurs à renforcer le contrôle politique des magistrats (voir nos éditions des 31 décembre 2013 et 12 janvier 2014). Ce projet de loi est aujourd’hui « gelé » sous la pression de l’Union européenne et des Etats-Unis. Par la même occasion, les points d’accord entre les deux hommes concernant le conflit en Syrie ont été largement soulignés par Sabah. Les quotidiens d’opposition ainsi que Zaman ont, pour leur part, relayé le vœu formulé par le Président français, de continuer le processus d’adhésion « avec les sujets les plus difficiles », tels que la « séparation des pouvoirs », les « libertés fondamentales », l’« Etat de droit » et l’« indépendance de la justice ». François Hollande « se serait d’ailleurs efforcé de figurer davantage aux côtés de Gül que d’Erdoğan », a constaté le quotidien Zaman, porte-voix de la confrérie de Fethullah Gülen, dont le Président turc est réputé proche. Cofondateurs du Parti de la justice et du développement (AKP) en 2001, le Président et le Premier ministre apparaissent désormais comme des concurrents. Le Président français avait tout intérêt à s’afficher avec son homologue Abdullah Gül, perçu comme plus modéré et démocrate que son ancien compagnon de route depuis vingt ans Recep Tayyip Erdoğan, largement critiqué pour son autoritarisme croissant.

Quant à la rencontre entre le Président français et le chef du Parti républicain du peuple (CHP), Kemal Kılıçdaroğlu, seuls les quotidiens d’opposition s’en sont saisis pour rapporter l’entretien pendant lequel la crise politique actuelle et les élections municipales et présidentielles en Turquie ont notamment été abordées.

Enfin, comme un reflet de la parole présidentielle, relativement discrète à ce sujet, les événements de juin 2013 à Istanbul et ailleurs en Turquie n’ont été que très peu traités par les médias turcs. En effet, le Président français a tout juste évoqué une jeunesse turque « dynamique » et « avide de liberté », a rappelé le journal populaire Hürriyet en première page : « Il a salué Gezi ».

Le paysage médiatique accuse certaines zones d’ombre concernant la visite du Président français : ainsi, il est à noter qu’aucun commentaire n’a été fait sur la situation de Pınar Selek, sociologue condamnée à la prison à vie et aujourd’hui réfugiée en France, alors que dans les jours précédant l’arrivée de François Hollande, le comité de soutien à la sociologue avait fait parler de lui, notamment dans les quotidiens Hürriyet et Milliyet, en interpellant le chef de l’Etat français sur son cas. Il se peut que cette affaire n’ait pas été évoquée à l’occasion de sa visite, ce qui expliquerait le silence des médias turcs.

De même, seul le journal d’opposition Taraf s’est saisi de la question des trois militantes kurdes assassinées à Paris en janvier 2013 (voir notre édition du 15 janvier 2013), relayant les propos tenus par l’avocat des familles de victimes lors d’une conférence de presse qui s’est tenue à Strasbourg au lendemain de la visite du Président français, selon lesquels « le dossier [aurait] été remis au goût du jour par François Hollande à l’occasion de sa visite en Turquie ». C’est tout ce qui a été rapporté par le quotidien turc. Avant sa visite, Arzu Çakır Morin, éditorialiste du quotidien Hürriyet, s’était posé la question de savoir si ce sujet allait être abordé par le chef de l’Etat français.

Tandis que la presse turque a largement exploité la visite de François Hollande comme un renouveau des relations bilatérales franco-turques, la presse française, dans son ensemble, n’en a fait que très peu de cas, préférant renvoyer au seul aspect de politique intérieure française évoqué par le Président de la République, à savoir son impuissance à « inverser » la courbe du chômage.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 4 mars 2014

    […] et réflexions Melissa Özden – La visite de François Hollande en Turquie vue par la presse turquehttp://ovipot.hypotheses.org/9884 Claire Visier (M. Curie fellow, Bilgi U) – French President Hollande visits Turkey [French […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *