L’affaire des enregistrements de Patrick Buisson : la France comme la Turquie frappée par la fièvre des écoutes téléphoniques ?

Fransiz Telekulak1La révélation que Nicolas Sarkozy a été enregistré à son insu en février 2011 par son ancien conseiller, Patrick Buisson, et la divulgation du contenu des enregistrements par le site Atlantico et le Canard Enchaîné, a frappé de stupeur les milieux politiques français. Les bandes enregistrées auraient été saisies pendant une perquisition judiciaire, liée à « l’affaire des sondages », dans laquelle est impliquée Patrick Buisson. Comment sont-elles passées des mains de la justice aux réseaux médiatiques ? Le plus inquiétant pour les personnes concernées est qu’il y aurait apparemment des centaines d’heures d’enregistrement… Henri Guaino, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy lui aussi, a parlé de «trahison» et de «viol». Christiane Taubira, l’actuelle Garde des Sceaux, s’est dite «atterrée», s’inquiétant pour «la morale publique» et le devenir des institutions. Enfin, Jean-Pierre Raffarin, l’ancien premier ministre, a condamné une «pratique inimaginable, inacceptable, intolérable», en s’écriant : «Il y a de quoi tomber de sa chaise !»

Le bruit de fond permanent de la vie politique turque

Pour qui suit les évolutions contemporaines de Turquie, le phénomène n’a pourtant rien de surprenant. Il y  a longtemps que les experts ne tombent plus de leur chaise tous les matins et qu’ils écoutent bien assis ce qui est devenu aujourd’hui le bruit de fond permanent de la vie politique turque. Depuis le milieu des années 2000, les écoutes téléphoniques ont constitué l’un des premiers matériaux judiciaires pourépuration, écoutes, élections5 accuser de complot et mettre derrière les barreaux des centaines de militaires et de membres de l’establishment kémaliste. De matériel judiciaire, les telekulak (écoutes téléphoniques, en turc) sont devenues un matériel médiatique habituel. On ne compte plus le nombre conversations compromettantes enregistrées, à l’insu de leurs auteurs et révélées par les médias, qui ont confondu des militaires, des hauts fonctionnaires, des leaders de parti ou des responsables officiels. De l’audio, on est passé à la vidéo. C’est ainsi la publication d’un clip compromettant, le montrant dans une position équivoque avec son ancienne secrétaire, qui a eu raison en 2010 de l’indéboulonnable président du CHP, Deniz Baykal (cf. notre édition du 10 mai 2010). La diffusion du même genre de matériel à caractère intime a décapité la direction du parti nationaliste MHP, pendant les élections législatives de 2011, et failli faire perdre à ce dernier sa représentation parlementaire. Il faut dire que, dès 2008, suite à la divulgation de photos aériennes militaires, l’armée avait été accusée d’avoir laissé s’infiltrer des membres de la guérilla du PKK pour favoriser un attentat meurtrier de l’organisation rebelle et renforcer ainsi dans le pays des sentiments nationalistes anti-kurdes (cf. notre édition du 18 octobre 2008). La révélation du contenu de disques durs a été par la suite également à l’origine de «l’affaire du plan d’action contre la réaction», en 2009, et de «l’affaire Balyoz», en 2010), qui ont conduit derrière les barreaux des centaines de militaires d’active ou à la retraite.

Le grand déballage téléphonique turc

Le scandale de corruption qui a commencé le 17 décembre dernier avec l’arrestation d’une cinquantaine de proches du gouvernement dont 3 fils de ministre (cf. notre édition du 18 décembre 2013), n’a pas fait exception a la règle. Alors que le gouvernement, par une épuration de la police et une réforme limitant l’indépendance de la justice, Fransiz Telekulak3pensait avoir eu raison des procureurs qui avaient osé s’en prendre à lui, et que les derniers suspects arrêtés le 17 décembre allaient être libérés, un déballage fleuve d’écoutes téléphoniques a relancé le scandale. Un enregistrement, rendu public le 24 février, a ouvert le feu en révélant une conversation entre le premier ministre et son fils Bilal, qui se serait tenue dans le sillage de la vague d’arrestations du 17 décembre. Recep Tayyip Erdoğan y demande à son fils de prendre contact d’urgence avec son frère aîné Burak, son oncle Mustafa et son beau-frère Berat, pour se débarrasser de sommes d’argent détournées (cf. notre édition du 3 mars 2014). La révélation d’autres écoutes n’a cessé par la suite dans le contexte d’une vive polémique concernant leur authenticité, le premier ministre dénonçant à nouveau un complot ourdi par le mouvement Gülen. Le 4 mars, le quotidien Hürriyet a publié un communiqué demandant au gouvernement de s’expliquer sur le contenu d’une écoute révélée où le premier ministre demande au ministre de la justice de poursuivre et de faire condamner Aydın Doğan (le président du groupe Doğan auquel appartient Hürriyet), qui est au demeurant un adversaire de longue date de Recep Tayyip Erdoğan (cf. notre édition du 13 septembre 2008). Le même jour, d’autres enregistrements révélaient que le premier ministre aurait tenté de rouvrir un appel d’offre de fourniture d’armement militaire au profit de l’un de ses amis et qu’il se serait immiscé dans la dernière élection du président du célèbre club de football de Fenerbahçe. «Alo Fatih», enfin, est devenu le surnom de Fatih Saraç, l’ex-président de la chaine Habertürk, depuis qu’une écoute récemment rendue publique a révélé que le premier ministre aurait téléphoné à ce journaliste pour filtrer les informations divulguées par sa chaine, au début des événements Fransiz Telekulak4de Gezi.

En Turquie, les écoutes téléphoniques et les déballages audios ou vidéos divers sont devenus une donnée permanente de la vie politique. Le gouvernement et les partis les utilisent ou en sont victimes. Mieux, ils justifient le contenu de certaines d’entre elles, en démentent d’autres et en ignorent désormais beaucoup. Après le « scandale du 17 décembre », le 24 février dernier, c’est en fait le pouvoir qui via deux quotidiens qui lui sont favorables (Star et Yeni Şafak) a pris l’initiative de relancer les polémiques sur le terrain des écoutes, en révélant que des centaines de responsables dont le premier ministre et le chef des services de renseignement ont été écoutés de façon illégale, au cours des dernières années. Désormais pour survivre politiquement en Turquie, il faut donc avoir une bonne gouvernance du phénomène des écoutes, les craindre mais ne pas hésiter à s’en servir le cas échéant…

Vers de pareilles dérives en France ?

L’affaire des enregistrements téléphoniques de Patrick Buisson annonce-t-elle pareilles dérives en France ? On peut penser (ou espérer) que les garde-fous juridiques et la culture politique ou médiatique Fransiz Telekulak5existante nous épargneront pareil fléau. On aurait pourtant tort de sous-estimer un tel phénomène. Dans son fameux film Body of Lies (Mensonges d’Etat, sorti en 2008), le réalisateur britannique, Ridley Scott, montre comment l’observation satellite est désormais omniprésente, comment les plus fins limiers sont piégés par leur téléphone portable ou leur laptop et comment le fin du fin pour une organisation terroriste ou pour un service de renseignement est en fait d’apprendre à se passer des moyens de communication moderne. Difficile pourtant de demander celaFransiz Telekulak6 à nos hommes et nos femmes politiques qui vivent aujourd’hui avec la communication et les réseaux sociaux.

Toutefois, si la récente affaire Buisson fait écho à l’expérience turque en la matière, c’est bien en ce qui concerne le problème de la constitution de stocks de documents compromettants et leur fuite. Car les responsables ne sont pas tant piégés par la communication en elle-même que par la divulgation d’informations qu’ils croyaient devoir rester confidentielles. Cela pose le problème des entourages et de la confiance qu’on leur accorde. L’affaire n’est certes pas nouvelle mais si naguère vos anciens conseillers évoquaient vos dires plus ou moins fidèlement dans leurs mémoires, aujourd’hui, ils ont carrément les moyens de vous faire parler…

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jean-Marc Huissoud dit :

    La France est-elle moins dure dans son jeu politique que la Turquie, ou simplement plus hypocrite et discrète ?
    En tout cas, à l’heure ou tout un chacun râle contre tout et tous, un article salutaire pour se souvenir que des institutions saines ne sont jamais chose acquise et que la démocratie est un effort de tous les instants. J’ai peur cependant que l’affaire ne contribue à renforcer les discours de disqualification ambiants et généralisés qui tiennent lieu de débat public aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *