Les enjeux des prochaines élections locales du 30 mars 2014

partis_berenice2014 sera une année charnière en matière politique pour la Turquie. En effet de nombreuses élections sont prévues, notamment les élections locales le 30 mars, cinq ans après le renouvellement de mars 2009. À cette occasion, plusieurs scrutins vont avoir lieu simultanément, notamment l’élection du conseil municipal, du maire métropolitain ou encore des maires d’arrondissement et de quartier. Néanmoins, au-delà d’une seule élection locale, plusieurs enjeux semblent se dessiner pour le parti de la justice et du développement (AKP), actuellement au pouvoir. En effet, les résultats de ces élections pourraient tenir lieu de « plébiscite » auprès de la population. Lors d’un rassemblement du 11 mars 2014 dans la ville de Bitlis, Le Premier ministre Erdoğan lui-même estimait que les électeurs voteraient « non seulement pour leurs municipalités, mais également pour l’AKP ». En effet, l’AKP au pouvoir depuis maintenant 12 ans est désormais confronté à un contexte moins favorable illustré notamment par les affaires de corruption depuis décembre 2013 ou encore par la mauvaise gestion des manifestations issues du mouvement de Gezi Park (voir nos éditions sur le sujet) à l’été 2013. Ces deux événements semblent avoir quelque peu ébranlé la popularité de l’AKP et avoir engendré un contexte économique fragile, notamment marqué par la forte dépréciation de la livre turque depuis mai dernier.

Dès lors, et en fonction des résultats obtenus par l’AKP, plusieurs scénarios peuvent se dessiner pour l’avenir politique du pays. Dans un premier temps, le gouvernement avait envisagé de repousser les élections locales de mars à juin 2014. Or et d’après l’article 127 de la Constitution, si tel était le cas, des élections générales anticipées (initialement prévues en juin 2015) auraient dû être organisées en même temps que les élections locales. Il est possible que le gouvernement, anticipant une baisse des votes pour l’AKP aux élections locales, ait envisagé cette possibilité afin de limiter une perte de légitimité et de popularité entre les deux élections. Ce faisant, le premier ministre aurait résolu un problème propre aux statuts de l’AKP, à savoir l’interdiction de se présenter plus de 3 fois consécutives aux législatives. Dès lors, les députés de l’AKP ayant atteint cette limite auraient pu se présenter aux municipales et rester ainsi dans le jeu politique. Néanmoins, il a été finalement décidé que les élections locales se tiendraient comme initialement prévu, en mars 2014 et les législatives, en fonction des résultats obtenus aux élections locales, avancées ou non en juin 2014.

En effet, si le parti d’Erdoğan obtient un score égal ou meilleur par rapport au précédent scrutin local, celui de 2009, à savoir 38,8%, l’on pourra considérer que sa popularité n’aura pas été mise à mal et que des élections législatives anticipées seraient envisageables. De plus, il est possible qu’Erdoğan, fort de cette victoire, se présente personnellement aux élections présidentielles, les statuts de l’AKP interdisant de briguer trois mandats consécutifs au poste de premier ministre. En outre, dans la mesure où la Turquie a un système de représentation proportionnel aux législatives avec un quorum fixé à 10% – là où il est fixé à 5% dans d’autres pays -, rendant difficile la représentation des petits partis, il est possible que l’AKP ait suffisamment de sièges pour former, de nouveau, un gouvernement seul.

Néanmoins si l’AKP obtient un score inférieur aux scores des précédentes élections locales, d’autres conséquences sont à envisager. En effet, les députés de l’AKP pourraient alors craindre de perdre du pouvoir aux prochaines législatives et commencer à chercher une autre personnalité à la tête de l’AKP apparaissant plus légitime et capable d’obtenir un meilleur score. Ainsi, Erdoğan pourrait ne pas se présenter pas aux élections présidentielles et ne pas provoquer d’élections législatives anticipées.

Que disent les derniers sondages concernant les élections locales ? Les résultats apparaissent différents, mais tous s’accordent sur le fait que l’AKP resterait majoritaire. Selon un sondage réalisé entre le 4 et 13 mars dernier par l’Objective Research Center (ORC), l’AKP comptabiliserait dans toute la Turquie autour de 45% des voix contre environ 28% pour le « Parti républicain du peuple » (CHP) et 16% pour le « Parti du mouvement nationaliste » (MHP). Un autre sondage réalisé par l’agence Gezici en février 2014 estime que l’AKP réaliserait 43,2% contre 28,2% pour le CHP et 18,1% pour le MHP. Dès lors, tout en obtenant un score proche de celui des précédentes élections de 2009 (38,8%), il est probable que le parti d’Erdoğan ne réussirait pas égaler son score aux législatives de 2011 (49,9%). Pour autant, le porte-parole de l’AKP Hüseyin Çelik déclarait le 2 mars dernier que « les 38,5% obtenus lors des dernières élections locales sont le minimum à atteindre pour que les élections soient un succès pour l’AKP ».

L’enjeu de ces élections semble particulièrement se jouer dans les grandes villes (Istanbul, Ankara, Izmir) mais également dans le Sud-Est de la Turquie où il existe une rivalité historique entre l’AKP et le parti pour la paix et la démocratie (BDP). Il apparaît, au vu des sondages, que les deux partis sont « au coude à coude ». Ainsi selon un autre sondage effectué entre le 7 et le 14 mars pour la municipalité métropolitaine de Mardin, le BDP obtiendrait 39,5% contre 38,1% pour l’AKP. Pour celle de Van, l’écart est encore plus infime puisque le BDP réaliserait 38,9% contre 38,3% pour l’AKP. Diyarbakır semble quand à elle rester un bastion BDP avec 44,5% d’intentions de vote contre 38,3% pour l’AKP.

De plus, en comparant le résultat obtenu lors des élections des maires métropolitains aux précédentes élections locales de 2009 et les sondages concernant les prochaines élections, l’on s’aperçoit que certaines villes pourraient passer à d’autres partis que l’AKP et notamment le CHP. La municipalité métropolitaine d’Antakya (Antioche) par exemple avait rassemblé pour l’AKP 53% des votes aux élections locales de 2009 contre 24% pour le CHP. Or, le sondage de l’ORC prévoit une baisse significative de l’AKP avec 39,6% de voix contre 38,1% pour le CHP. Il en va de même pour les municipalités métropolitaines de Aydın et Muğla. Dans la première, l’AKP réalisait 33,2% en 1999, et pourrait perdre environ 5 points ; tandis que le CHP, qui comptabilisait 26% de voix en 2009, pourrait en obtenir 42% pour les prochaines élections. De manière plus marquante, pour la ville de Muğla, l’AKP réalisait 32,6% contre 26,5% estimés aujourd’hui, tandis que le CHP obtenait seulement 7,7% contre aujourd’hui 45,7% – ce différentiel s’expliquant en grande partie par les candidats.

Dans certaines métropoles comme Balıkesir, c’est le MHP qui a pris la tête des sondages obtenant 11% en 1999 contre 32% d’intentions de vote aujourd’hui, tandis que l’AKP réalisait 35% contre 29,1% estimés aujourd’hui. Dans la métropole d’Erzurum, l’AKP a fortement baissé dans les sondages au profit du MHP. Le parti d’Erdoğan obtenait ainsi 56,9% en 2009 contre 42,5% estimés aujourd’hui tandis que le MHP y réalisait 33%, contre 35% estimés pour les prochaines élections.

Qu’en est-il des grandes villes telles qu’Istanbul ou Ankara, principaux enjeux de ces élections ? Les sondages prévoient la poursuite de la mainmise de l’AKP voire, pour certains, un accroissement des votes. En effet, l’AKP obtenant 30,3% des voix à Izmir en 1999, pourrait obtenir aujourd’hui 38,1%, tandis que le CHP qui obtenait 56%, pourrait se contenter de 42,3% pour les prochaines élections métropolitaines. Même schéma pour la ville d’Ankara, dans laquelle l’AKP comptabilisait 38,3% aux précédentes élections et pourrait obtenir 47% aujourd’hui, alors que le CHP n’augmenterait que de 3 points environ, passant de 33% à 35,8%. Seule la ville d’Istanbul reste constante par rapport aux élections locales de 2009, les deux principaux partis n’augmentant que d’un point environ. L’AKP passerait ainsi de 45% à 45,9% tandis que le CHP passerait de 36,9% à 37,9% d’intention de votes.

L’analyse de ces sondages porte à conclure qu’il est probable que l’AKP reste majoritaire aux prochaines élections locales du 30 mars 2014. Dès lors, des élections générales anticipées pourraient se voir former. Pour autant, seuls les résultats du 30 mars nous le diront.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *