Suspense prolongé et trêve festive dans la course à Çankaya

Comme cela était prévisible, Recep Tayyip Erdoğan n’a pas révélé ses intentions quant à sa candidature à l’élection présidentielle, lors du dernier comité exécutif de l’AKP qui s’est tenu le 18 avril. Il est donc probable que le suspens ne prendra fin que le 25 avril, quelques heures avant la clôture des dépôts de candidatures. Pour l’heure, alors même que le massacre de Malatya a ravi la une de l’actualité à la présidentielle ces derniers jours et que la Turquie est entrée dans un week-end prolongé en raison de la fête de la jeunesse, le 23 avril, osons un premier bilan de la course à Çankaya.
Au cours des 15 derniers jours, on a pu mesurer tout d’abord la forte mobilisation du camp laïque contre la candidature éventuelle du Premier Ministre. Des institutions très symboliques et très représentatives de l’establishment kémaliste comme le Président du YÖK, Erdoğan Teziç, (le 5 avril) et le chef d’Etat Major, Yasar Büyükanıt (le 12 avril) sont en quelque sorte entrées en campagne et, sans exprimer explicitement une opinion hostile à la personne même du leader de l’AKP, ont fait connaître leur opinion sur le profil qui, d’après eux, devait être celui du futur Président.

« Une personnalité neutre convaincue des vertus de la démocratie, de la laïcité et de la science moderne », pour le premier, « quelqu’un dont les actes et pas seulement les dires soient pétris des valeurs de la République », pour le second.

Si l’intervention du Général était attendue, celle du Président du YÖK l’était moins, mais elle a confirmé à quel point la hiérarchie universitaire qu’il représente reste l’un des bastions de la résistance laïciste. À cette mobilisation institutionnelle, s’est ajoutée la mobilisation populaire avec le succès de la manifestation organisée à Ankara par l’Association de la Pensée Kémaliste, le 14 avril. Cette manifestation d’ailleurs pourrait être suivie par une nouvelle manifestation du même genre se tenant cette fois à Istanbul (probablement à Çağlayan), le 29 avril prochain.
Entre temps, l’étau s’est resserré autour du « Premier ministre candidat » avec la prise de position de la TÜSIAD. Après avoir vu les instances traditionnelles du kémalisme user d’arguments magistraux ou militaires, l’influente organisation patronale a fait appel au charme et à la diplomatie de sa nouvelle présidente pour demander très clairement au leader de l’AKP de ne pas se présenter. L’attitude de la TÜSIAD peut surprendre car elle n’apparaît pas comme a priori comme l’une des entités de l’establishment kémaliste et que par ailleurs, son attitude vis-à-vis de l’actuel gouvernement a été plutôt coopérative et conciliante. Il faut pourtant se souvenir que le syndicat du grand patronat turc avait joué un rôle non négligeable dans l’éviction de Necmettin Erbakan, en 1997.
À ces offensives tour à tour martiales et feutrées, s’est ajouté ce que l’on peut appeler l’aléa technique constitutionnel, né de la querelle sur l’interprétation des articles 96 et 102 de la Constitution. Lancé par Erdoğan Teziç, lui-même constitutionnaliste de renom, l’argument selon lequel l’élection présidentielle ne pourrait se tenir si les deux tiers des députés nécessaires pour élire le Président au premier ne sont pas physiquement présents dans l’hémicycle, a été fortement débattu. Certes, d’autres constitutionnalistes réputés (Ergun Özbudun notamment) ont contré cette démonstration en rappelant que seul un quorum de 184 députés est exigé pour ouvrir une session parlementaire et que l’exigence d’un quorum des deux tiers n’a pas été requise pour l’élection des précédents présidents. Mais, craignant un boycott par les députés du CHP et un recours à la Cour Constitutionnelle (autre temple du kémaliste) dans le cas où son éventuelle élection serait acquise en leur absence, Recep Tayyip Erdoğan a cherché à surmonter cet aléa constitutionnel en rencontrant les leaders des autres formations représentées au Parlement (Mehmet Ağar du DYP et Erkan Mumcu de l’ANAP) pour essayer d’obtenir l’engagement de leur participation à l’élection. En dépit des propos conciliants de ces leaders, cet engagement ne paraît avoir été fermement obtenu alors même qu’ils sont désormais l’objet de mises en garde explicites de la part du CHP et probablement de pressions discrètes venant de l’establishment.
À côté de cette guerre de position qui aura au moins permis à Recep Tayyip Erdoğan d’identifier les contours de l’hostilité dont il est l’objet, le jeu des petites phrases et des petits gestes s’est poursuivi et les indices qu’il permet de recueillir, quant à l’état du rapport de force politique actuel, n’est pas à négliger. Picorons au hasard… On a appris que même si « Tayyip » était élu, le couple Erdoğan ne résiderait pas à Çankaya, une manière dire à qui de droit qu’Emine et son voile étaient définitivement consignés au foyer… Deniz Baykal, qui a laissé entendre qu’il pourrait se satisfaire d’un autre candidat présenté par l’AKP, a surtout assuré qu’il soutiendrait le Premier Ministre s’il n’était pas candidat et qu’il pourfendrait ceux qui oseraient prétendre qu’il a eu peur… Recep Tayyip Erdoğan qui a déclaré à plusieurs reprises ne pas vouloir rencontrer Deniz Baykal en raison de la dureté des propos que ce dernier a tenus à son égard, lui a néanmoins envoyé ses condoléances après le décès d’un membre éminent du CHP, la semaine dernière… Beaucoup des personnalités consultées ces derniers jours par le leader de l’AKP, tout en se lançant dans de grandes tirades pour condamner les pressions dont il était l’objet, ont avoué leur sentiment personnel qu’il ne serait pas candidat…
Si cette non-candidature devait se confirmer, une nouvelle étape serait franchie dans le rapport de force qui oppose l’État à la société en Turquie. Après les coups d’Etat (1960 et 1980), après les interventions plus diffuses et plus élaborées (comme celles de 1971 ou 1997), serait venu le temps de la dissuasion où le « gêneur » abdique de lui-même ses ambitions. Il reste que ce scénario requiert désormais un peu plus de tact de la part des adversaires du Premier Ministre qui seraient bien inspirés de lui laisser, le cas échéant, une porte de sortie honorable.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.