Recep Tayyip Erdoğan rend visite à ses «frères» pakistanais» et à son «ami» iranien


Le premier ministre turc, Recep Tayip Erdoğan, a effectué un déplacement remarqué au Pakistan et en Iran, entre le 25 et le 28 octobre 2008. Après cette tournée, Recep Tayyip Erdoğan doit se rendre aux États-Unis où il doit rencontrer le Président Obama. Il sera intéressant de mesurer les effets de ces récents déplacements sur le cours des relations turco-américaines, qui ne sont pas, comme l’on sait, un long fleuve tranquille.

Au Pakistan, pays avec lequel la Turquie entretient une relation d’amitié depuis l’époque ottomane du Califat, Recep Tayyip Erdoğan a visité Muzaffarabad (photo), une ville du Cachemire, détruite par le tremblement de terre dévastateur de 2005, qui a été reconstruite avec l’aide de la Turquie. À Islamabad, le Premier ministre turc a prononcé un discours devant les deux chambres réunies du Parlement, en insistant particulièrement sur l’importance qu’ont le Pakistan et la Turquie pour la stabilité de la région. Rappelant que la Turquie avait elle aussi souffert du terrorisme, il a assuré, dans le contexte difficile actuel, «ses frères» pakistanais du soutien total «non seulement de son gouvernement mais aussi du peuple turc». Recep Tayyip Erdoğan a été décoré par le Président Asif Ali Zardari de l’ordre Nishan-e-Pakistan (la décoration la plus élevée du Pakistan)

«pour avoir été un ferme soutien et un défenseur du Pakistan sur la scène internationale, et pour avoir contribué à l’amélioration des liens économiques et politiques entre le Pakistan et la Turquie.»

Des projets de coopération ont également été évoqués, y compris dans des domaines inattendus. Au Pakistan, en effet, on s’intéresse de plus en plus au modèle turc des collèges «Imam-Hatip». On sait que ces collèges, qui étaient à l’origine exclusivement destinés à former des imams, sont devenus le fer de lance d’un enseignement privé religieux «à la turque». Le Président Zardari y voit désormais une alternative possible aux actuelles medresas pakistanaises, soupçonnées d’être des foyers d’apprentissage de l’intégrisme, voire du terrorisme. En rappelant en particulier qu’il est diplômé d’un collège «Imam-Hatip», le Premier ministre turc a donc fait la promotion du modèle de la formation confessionnelle de son pays. Ce n’est pas le moindre des paradoxes que de constater qu’en l’occurrence les collèges «Imam-Hatip» perçus par les milieux laïques turcs comme des repères d’intégristes sont vus par le gouvernement pakistanais comme l’un des moyens permettant d’enrayer le développement de l’islamisme radical. Cet exemple, tout cas, permet de mesurer, à quel point, la Turquie actuelle peut, tant par sa diplomatie que par son modèle de société, faire valoir l’expérience de son gouvernement musulman modéré.

L’étape suivante de son voyage a vu le premier ministre turc accueilli par le président iranien Mahmud Ahmadinejad. Lors de leur rencontre, les deux leaders ont abordé bien sûr la question du programme nucléaire qui met actuellement l’Iran au ban de la société internationale. Dans une interview donnée au quotidien britannique «The Guardian», à la veille de son arrivée en Iran, Recep Tayyip Erdoğan avait plaidé pour que celui-ci soit traité de façon plus «juste», reprochant aux pays occidentaux d’avoir une approche du dossier nucléaire reposant sur des doubles standards. En Iran, le premier ministre turc a répété que ces pays interdisent à Téhéran une force nucléaire qu’ils détiennent déjà pour la plupart d’entre eux. Mais, il est allé plus loin en qualifiant l’Iran «d’ami de la Turquie», et en rejetant à nouveau l’idée de lui appliquer des sanctions dans le dossier nucléaire en cours. Dès son arrivée à Téhéran, il avait d’ailleurs aussi affirmé qu’il restait persuadé que le programme nucléaire iranien était de nature purement «civil et humanitaire». Cette approche a bien sûr satisfait le président iranien Mahmud Ahmadinejad, qui a salué par ailleurs la «position ferme» adoptée par Recep Tayyip Erdoğan vis-à-vis d’Israël, illustrée récemment par le report, décidé par le gouvernement turc, des manœuvres communes turco-israéliennes «Aigles d’Anatolie».

En Europe, en revanche, le voyage du premier ministre turc en Iran a été suivi d’un œil méfiant. Tout en étant sensibles à la valeur stratégique acquise par une Turquie qui soigne ses relations avec ses voisins musulmans, beaucoup d’observateurs européens estiment que l’attention qu’Ankara prête désormais à ces derniers est peu excessive. La tournure prise par ce dernier voyage en Iran, qui s’ajoute à la récente dégradation des relations entre Ankara et Tel-Aviv, confirmerait, selon eux un éloignement de plus en plus affirmé à l’égard de l’Europe. Certains observateurs rapprochent même le voyage iranien de Recep Tayip Erdoğan et la stratégie suivie par Necmettin Erbakan, en 1996-97, lorsqu’il était premier ministre. À l’époque, le leader historique des islamistes turcs avait esquissé une évolution de la diplomatie turque, en présentant une coopération plus étroite avec les pays musulmans comme une possible alternative à l’intégration européenne. Quant aux commentateurs turcs, beaucoup sont ceux qui sont gênés par les prises de position récentes de leur chef de gouvernement, faisant valoir que, si la Turquie doit défendre un Moyen-Orient dénucléarisé et débarrassé des influences étrangères, elle n’a pas besoin pour autant de se transformer en «avocate» de l’Iran.

Il semble que dans le contexte de l’accord entre l’AIEA et l’Iran qui s’est dessiné parallèlement, ces derniers jours, la diplomatie turque essaye de se positionner en facilitateur incontournable de la médiation du conflit, une stratégie qu’elle n’a cessée de suivre depuis les deux dernières années, sans vraiment emporter la conviction. Sur le plan intérieur, au moment où le gouvernement turc aborde une série de dossiers difficiles (question kurde, question arménienne, Chypre) ce soutien apporté à l’Iran «injustement» traité par les Occidentaux, peut également permettre au premier ministre de conforter son influence sur une partie de son électorat populaire, et notamment d’éviter que les islamistes ne tentent de venir y faire leur marché.
Johannes Bauer et Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.