Les élections locales se déroulent dans un climat tendu en Turquie.

yerel seçim1Les Turcs voteront, dimanche 30 mars, pour élire leurs conseils provinciaux, leurs conseils municipaux et leurs maires. La campagne électorale s’est déroulée dans le climat de tensions sans précédent qui perdure en Turquie depuis les événements de Gezi, qui avaient ébranlé le parti au pouvoir en juin dernier, et le «scandale du 17 décembre», qui avait vu une cinquantaine de proches du gouvernement placés en détention dans des affaires de corruption. Mais, comme si cela ne suffisait pas, d’ultimes péripéties, découlant de la révélation d’écoutes téléphoniques du premier ministre et faisant suite au blocage de grands noms de la toile, sont venus perturber les derniers jours de la campagne électorale.

Le blocage de YouTube perturbe les derniers jours de la campagne

Une semaine après l’interdiction de Twitter, la Turquie a bloqué YouTube, le 27 mars. Au-delà de l’émotion suscitée par ces atteintes répétées à l’usage d’Internet, ce sont les causes de ce nouveau blocage spectaculaire qui ont polarisé l’attention. C’est en fait la publication d’une conversation Yerelseçim2émanant du bureau du ministre des affaires étrangères par la fameuse plate-forme de vidéo américaine, qui a justifié le blocage de celle-ci. Dans cette conversation, Ahmet Davutoğlu (le ministre des affaires étrangères), Hakan Fidan (le chef des services turcs de renseignement), Feridun Sınırlıoğlu, le sous-secrétaire des affaires étrangères, et le général Yaşar Gürel (l’adjoint du chef d’état-major) évoquent une opération militaire en Syrie, qui aurait eu pour but de sécuriser la tombe de Süleyman Shah (l’un des ancêtres de la dynastie ottomane), une enclave territoriale turque dans le nord de la Syrie, qui se trouve sous la menace de groupes islamiste depuis plusieurs jours.

Ce nouvel incident rocambolesque a mis le gouvernement de l’AKP sous pression à trois jours du scrutin. En effet, alors même que des semaines de révélation d’écoutes téléphoniques ont mis à mal l’intimité politique de beaucoup de responsables du parti au pouvoir, cette ultime fuite révèle que, même les réunions confidentielles les plus importantes pour la sécurité du pays, ne sont plus à l’abri du grand déballage ambiant. Elle tend en outre à montrer que le gouvernement envisagerait de s’impliquer militairement en Syrie, alors même que les sondages ont clairement indiqué que File photo of Turkish Air Force F-4 war plane during a military exercise in Izmirl’opinion publique était très largement défavorable à un tel engagement. Le parti kémaliste n’a pas manqué de s’engouffrer dans la brèche, en accusant le gouvernement de vouloir entrainer le pays dans la guerre, Kemal Kılıçdaroğlu dénonçant même un premier ministre qui prétend «jouer les héros avec le sang des soldats turcs.» Il faut dire que Recep Tayyip Erdoğan avait invité la crise syrienne dans la campagne, il y a une semaine,  lorsque, l’aviation turque ayant abattu un avion syrien, il s’était réjoui d’une riposte prompte et protectrice de l’espace aérien de son pays. Cette posture martiale risque ainsi de se retourner contre lui, après la dernière fuite de YouTube, si les Turcs pensent que le gouvernement a pris des risques en Syrie, avec l’idée de redorer son blason à des fins électoralistes.

Des élections locales à hauts risques pour le gouvernement

Les élections locales sont celles où l’AKP a réalisé ses moins bons scores depuis 2002, notamment les dernières élections locales de 2009 où, au niveau national, il se situait à 38-40% (tout dépend quel(s) scrutin(s) on inclut dans ce décompte général) contre près de 50% lors des élections législatives de 2007 et 2011. Dans les plus grandes villes du pays, le CHP avait réalisé des mini-percées, Kemal Kılıçdaroğlu obtenant 36,9% (contre 44,3%, à Kadir Topbaş) à Istanbul, et Murat Karalçın 31,8% (contre 38,5% à Melih Göçek), à Ankara. Le parti au pouvoir ne peut donc qu’être méfiant à l’égard de ce scrutin local, à plus forte raison dans le contexte incertain de scandales et de tensions qui prévaut actuellement.

La différence est aussi que l’AKP a donné un autre tour à ces élections locales, en les politisant et en les polarisant à outrance, alors même que, lors des précédents rendez-vous électoraux locaux, il avait plutôt mis en avant des questions pragmatiques, en cherchant notamment à valoriser les services yerel seçim4offerts par ses municipalités. En agissant de la sorte et en tentant de transformer le scrutin local en une sorte de plébiscite national, l’AKP espère susciter un réflexe de crainte dans son électorat qui serait alors tenté de sauvegarder l’essentiel et d’assurer envers et contre tout la survie d’une force conservatrice issue de l’islam politique à laquelle il a accordé sa confiance à 7 reprises depuis 2002. Mais cette stratégie extrême peut aussi amener le parti au pouvoir à perdre des voix au sein de la masse des électeurs, venant de tous les secteurs du spectre politique, qu’il a ralliés au cours de la dernière décennie. Car, il y a là un fond de commerce qui a aussi permis à l’AKP de s’assurer une domination sans partage sur le système.

Les scores globaux de ces élections sont en outre un enjeu de taille pour l’agenda politique de l’année 2014. Indicateurs grandeur nature de l’influence des différentes forces politiques turques, ils auront sans doute une influence directe sur le déroulement de l’élection présidentielle de l’été prochain, qui sera la première à se tenir au suffrage universel. Mais, comme tout scrutin local et surtout si son résultat général est mitigé, ce sont surtout les résultats dans différentes villes-tests du pays qui seront observés.

Eu égard à l’implication personnelle du premier ministre dans la campagne, au point qu’il en a perdu sa voix et a du annuler ses derniers meetings, la conservation par l’AKP de la mairie d’Istanbul apparaît comme un enjeu majeur. Eu égard à la discrétion du maire sortant Kadir Topbaş, le véritable candidat du parti gouvernemental dans l’ancienne capitale ottomane est en fait Recep Tayyip Erdoğan, qui serait particulièrement atteint par un basculement de la ville dont il fut maire de 1994 à 1998, parce qu’elle est devenue la vitrine des réalisations de son gouvernement et un symbole pour son parti.

Istanbul, premier enjeu de la campagne

Le CHP, qui avait déjà mis toutes ses forces dans la bataille d’Istanbul en 2009, en présentant alors son futur président Kemal Kılıçdaroğlu, est reparti à l’assaut de la capitale culturelle et économique du pays en 2014, en y adoubant Mustafa Sarıgül (photo ci-dessous). Avec lui, la formation kémaliste dispose d’une yerel seçim5personnalité populaire, qui est sur la phase ascendante de sa carrière politique et qui dispose d’une implantation locale réelle de longue date dans le quartier de Şişli, où il s’est taillé une réputation de gestionnaire local (un atout que n’avait pas en 2009 Kemal Kılıçdaroğlu). Certes, il n’était pas membre du parti, il y a encore quelques mois, mais son retour au CHP n’apparaît pas non plus comme un accident ou une pure manœuvre opportuniste, car il n’a jamais quitté la famille laïque au sens large. Sa sensibilité de gauche peut également lui permettre de déborder hors de l’électorat traditionnel du CHP, en fédérant un électorat protestataire hétérogène : gauche kurde, alévis, extrême-gauche, environnementalistes, animateurs du mouvement Gezi… Cette tendance est actuellement appuyée d’ailleurs par les réseaux sociaux avec la campagne « Tatava yapma bas geç » (Pas de baratin, vote et c’est marre !), qui prône un vote utile pour le candidat du CHP. Mais la personne de Sarıgül peut aussi déplaire à une classe moyenne conservatrice néo-urbaine, très nombreuse dans une ville comme Istanbul, où il faudrait que le CHP soit en mesure d’aller chercher des voix. Le maire de  Şişli peut néanmoins espérer séduire les milieux populaires, dont il est originaire et où il s’est gardé au cours des dernières années, dans le contexte des différentes polémiques sur le port du foulard, de jeter l’anathème sur les femmes voilées.

La stratégie de Mustafa Sarıgül peut s’avérer payante s’il arrive à rassembler derrière sa personne ceux qui souhaitent infliger une sanction sévère à l’AKP ou tout au moins adresser à ce dernier un avertissement. Il faut en bref que le parti kémaliste parvienne à susciter un vote utile de protestation yerel seçim6et à profiter de l’usure de Kadir Topbaş (photo à droite), le maire AKP actuel d’Istanbul qui, candidat à un troisième mandat, est en nette perte de vitesse depuis les événements de Gezi.

En dehors d’Istanbul, d’autres villes seront à suivre de près, comme celles où le parti au pouvoir a présenté d’anciens ministres. Ainsi à Izmir, Antakya et Gaziantep, l’AKP sera représenté par Binalı Yıldırım (l’ancien ministre des transports), Sadullah Ergin (l’ancien ministre de la justice) et par Fatma Şahin (l’ancienne ministre de la famille). À Ankara, où la mairie appartient à l’AKP Melih Göçek depuis 1994 et où le parti kémaliste a choisi d’investir un candidat venant des milieux nationalistes, Mansur Yavaş, l’enjeu politique sera également de taille, pour le parti au pouvoir.

Le doute peut-il se transformer en vote sanction ?

Depuis les événements de Gezi et «l’affaire du 17 décembre», l’opinion publique semble moins acquise à l’AKP. Plusieurs sondages ont montré que les Turcs accordaient du crédit aux affaires de yerel Seçim7corruption, mais aussi que ceux-ci considéraient que le premier ministre avait mal géré les événements de Gezi et qu’ils s’inquiétaient d’un raidissement autoritaire des orientations du gouvernement. Mais, entre l’expression de telles opinions et la décision de ne plus accorder sa confiance au parti au pouvoir, il y a un pas que l’électeur de l’AKP, même en proie au doute, ne franchira pas automatiquement. La plupart des sondages menés parallèlement indique tout au plus un tassement de la formation majoritaire, mais pas son effondrement, quand ils ne pronostiquent pas sa victoire. Quoi qu’il en soit, si l’AKP devait de nouveau l’emporter, cela voudrait dire que le réflexe de la peur aura fonctionné et que dans un contexte national de tensions socio-politiques fortes, voire dans un contexte international également incertain, du fait de la guerre civile en Syrie et de la crise ukrainienne, cet électeur aura préféré, le cas échéant en se pinçant le nez, voter pour ce qu’il connaît, plutôt que de prendre le risque d’exprimer un désir de changement. Un tel résultat signifierait aussi que l’opposition (en particulier le CHP) ne parvient toujours pas à se poser en rival crédible de l’AKP.

Il reste que les sondages sont les sondages, et qu’ils nous ont livré jusqu’à présent des indications assez confuses et parfois contradictoires. En outre, il ne faut pas oublier non plus que ce scrutin est un scrutin local qui ne provoquera pas de changement de gouvernement, même s’il est très important dans la perspective de la prochaine élection présidentielle au suffrage universel ; cela laisse une donc une chance à l’expression d’un vote protestataire.

JM


Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Sanyol dit :

    Un climat tendu certes mais la réponse du peuple est nette…L’Europe y est un peu pour quelque chose dans cette tension non? La Turquie ne ressemble pas a des pays tels que l’Egypte ou a l’Ukraine qui ont ete divisé ou renversé en quelques jours par des forces occultes…vous devinerez lesquelles…

  2. Pascale dit :

    Ne pas oublier non plus qu’il peut y avoir des fraudes électorales…

    • Sanyol dit :

      Mais oui c’est cela, les 8 elections victoirieuses ecrasantes du PM font l’objet de fraudes… toujours les memes excuses.

      • Pascale dit :

        C’est amusant, j’ai parlé de fraudes électorales, sans préciser de qui cela pouvait venir, et vous en avez tout de suite conclu que cela venait de l’AKP. Vous avez vraiment mauvais esprit: pourquoi l’AKP et Erdogan seraient toujours responsables dès qu’il y a des fraudes et des malversations? (menteurs une fois, menteurs toujours? allons…)

        • Sanyol dit :

          Je ne pense pas que vous aillez insunié les partis de l’opposition en parlant de fraudes electorales. Pourquoi parler de fraude pour un parti qui n’a pas gagné? Incroyable votre raisonnement. Parce que c’est toujours l’AKP qui en sort vainqueur et c’est toujours lui qui est accusé fraudes, etc. C’est toujours les memes delire avancés par les perdants. Je pense qu’au lieu de chercher des pretextes, l’opposition ainsi que ses partisans comme vous, devrait chercher les raisons de sa grande defaite au lieu de se ridiculiser davantage.

Répondre à Jean Marcou Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.