Une nouvelle lettre anonyme dénonce les activités auxquelles se livrerait une sorte de junte factieuse au sein de l’armée turque


Quinze jours après la relance de l’affaire du «plan d’action pour combattre la réaction» par une lettre anonyme émanant de milieux proches du haut commandement militaire (cf. nos éditions des 27 et 29 octobre 2009), une seconde lettre anonyme est venue raviver la polémique au moment où elle semblait connaître une certaine accalmie. Cette lettre, envoyée le 3 novembre, aux procureurs en charge de l’affaire «Ergenekon» et à un certain nombre d’organes de presse évoque, cette fois, des activités de propagande et de contre-propagande de l’armée, notamment la création de 42 sites internet destinés à combattre la «réaction» (c’est-à-dire l’intégrisme religieux, l’islamisme et plus généralement les milieux pro-AKP) ou le «séparatisme» (c’est-à-dire les organisations kurdes), et le recensement de plus de 400 sites turcs et étrangers considérés comme hostiles aux forces armées (au sein desquels figurent notamment ceux de grands quotidiens étrangers comme Le Monde, le Figaro, Libération, le Washington Post, The Guardian…). Cette nouvelle lettre pointe du doigt l’unité militaire en charge de ces activités et cite nommément une douzaine de responsables dont, à nouveau, le général Hasan Iğsız. Elle tend surtout à accréditer l’idée de l’existence d’une fracture au sein des forces armées entre une tendance légaliste hostile à la survivance de telles pratiques, dont serait issu l’auteur des deux lettres anonymes, et un noyau factieux, constituant une sorte de junte, qui agirait de façon plus ou moins autonome, mais que l’état-major se refuserait à neutraliser. Car, la lettre laisse clairement entendre que les plus hautes autorités militaires (en particulier le chef d’état major) connaissent l’existence de ces activités.

La lettre évoque aussi la relance de l’affaire du «plan d’action pour combattre la réaction» et met à jour une stratégie du commandement militaire, qui viserait à jeter le doute sur l’authenticité du document et à permettre à l’armée de surmonter la crise. Concrètement, cette nouvelle lettre semble vouloir aboutir, d’une part, à une mise en demeure de l’état major pour qu’il cesse de protéger des éléments factieux qui se trouveraient en son sein, d’autre part, à une incitation en direction du gouvernement pour qu’il réagisse à cette situation. Rappelons que le premier ministre, qui effectuait une tournée au Pakistan et en Iran, lors de la relance de l’affaire du «plan d’action contre la réaction», a rencontré le chef d’état major, le jour de la fête nationale, et que leur entretien a débouché sur une sorte de trêve (cf.notre édition du 1er novembre 2009), le gouvernement déclarant vouloir attendre les résultats de l’enquête conduite par les justices civile et militaire. Or, cette enquête peut s’enliser et risque en outre d’être perturbée par les obstacles qui gênent l’application de la réforme prévoyant la pleine compétence des juridictions civiles en temps de paix, puisque cette réforme fait l’objet d’un recours devant la Cour constitutionnelle. Le 3 novembre, lors de la réunion hebdomadaire du groupe parlementaire de l’AKP, Recep Tayyip Erdoğan a appelé l’état major à livrer à la justice les responsables du fameux plan, en particulier le colonel Dursun Çicek, qui n’a toujours pas répondu à la convocation de la justice, qui souhaite recueillir son témoignage. Quant à Deniz Baykal, qui avait d’abord dénoncé la relance de l’affaire, comme une manœuvre politique du gouvernement, il vient de changer son fusil d’épaule en estimant que si le plan s’avérait authentique, il faudrait en juger les responsables. Le leader du CHP a déclaré, par ailleurs, que son parti ne prenait pas à la légère l’hypothèse de l’existence d’éléments factieux au sein de l’armée.

Plus généralement, cette deuxième lettre doit être resituée dans le contexte des promotions intervenues récemment au sein de l’armée, et par rapport à la question posée du maintien des positions qu’elle occupe encore au sein du système politique turc. Beaucoup des militaires mis en cause dans cette affaire viennent, en fait, d’être promus à de nouveaux postes de responsabilité. La relance de l’affaire et les suites qu’elle connaît, avec cette seconde lettre, pose manifestement le problème de l’autonomie politique dont continue à bénéficier l’armée. Institution protégée, l’armée en Turquie contrôle son fonctionnement interne, dispose de financements spécifiques, et détient encore un certain nombre de positions politiques. Les promotions internes au sein de l’armée sont réalisées chaque année par le YAŞ (Yüksek Askeri Şura, Conseil militaire supérieur), tandis que l’armée manifeste encore sa présence politique, en continuant à être fortement présente au sein du MGK (Milli Güvenlik Kurulu, Conseil de Sécurité Nationale), une instance dominée initialement par les militaires, dont la Constitution de 1982 avait fait, après le coup d’Etat de 1980, une sorte de «gouvernement-bis». Cette instance a joué un rôle très important, lors du coup d’Etat post-moderne de 1997, mais elle a été réformée dans sa composition et ses compétences par une révision constitutionnelle intervenue, en octobre 2001. Elle continue pourtant à exister et à formuler régulièrement des avis sur la politique gouvernementale.

Il semble donc bien que ce qui est en jeu dans l’affaire du «plan d’action pour combattre la réaction» et ses derniers rebondissements, ce sont les positions dont dispose l’armée dans le contrôle du politique, et ses ultimes privilèges, qui en font une sorte d’Etat dans l’Etat. Le pouvoir civil cherche la faille pour mettre fin à cette situation, et il n’est pas loin de l’avoir trouvée.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.