Retour sur la campagne électorale du BDP à Diyarbakır (2/2)

Lire la première partie
Bureau de campagne BDP

Inauguration du local « Yılmaz Güney » le 11 mars 2014

Les dimanche 16 et 23 février et 2 mars 2014, dans le salon de conférences du Sümer Parkı ont été discutés les projets du BDP, ainsi que les initiatives associatives et individuelles sur les thèmes de « Amed jeune » (genç Amed) – Amed étant nom kurde de Diyarbakır -, « Amed vert » (yeşil Amed), « Amed femme » (kadın Amed), trois chapitres de la « modernité démocratique » (demokratik modernite) constamment évoqués par les militants et le programme de campagne. Ou peut-être doit-on aussi dire Ciwan Amed, Ameda Hêşîn et Jin Amed? Car le kurde kurmanji est communément employé au cours des réunions et rassemblements. Notons pourtant que cette promotion linguistique se traduit peu par un rejet des officiels ou des citoyens de l’usage de la langue turque. Lors de ces événements, les affichages sont systématiquement dans les deux langues. Une introduction des débats est prononcée en kurde mais les échanges sont presque exclusivement en turc. Et pour cause : de nombreux employés de la mairie métropolitaine intervenant notamment pour soutenir le « mouvement écologique de Mésopotamie » (Mezopotamia ekoloji hareketi), ne parlent pas la langue régionale. L’usage du turc devient néanmoins moins fréquent lorsque l’on se retrouve dans le bureau de campagne de Musa Anter, quartier situé à la périphérie urbaine de Diyarbakır

Si les municipalités d’arrondissement focalisent l’attention du parti et qu’elles sont au cœur des conférences susmentionnées, les débats de campagne se produisent tout autant à l’échelle des quartiers où le BDP veut promouvoir une politique sociale et économique de proximité. Dans les arrondissements tels que Kayapınar, envahis de tours et de résidences laissant peu de place à l’espace public, la vie sociale et culturelle se voit transformée quotidiennement par l’animation des bureaux de campagne. Sans pouvoir évaluer le nombre de ces établissements, on peut noter que ceux-ci suivent l’expansion de la ville. La foule rassemblée le mardi 11 mars pour l’ouverture du local nommé d’après le fameux cinéaste kurde Yılmaz Güney a pu nous laisser pressentir la marque que ces bureaux pouvaient porter sur la vie de quartier. Les jeunes militants nous ont d’ailleurs rappelé à plusieurs reprises qu’à Kayapınar, on inaugure davantage de centres culturels que de mosquées, un aspect de l’aménagement de la ville contrastant avec la planification urbaine de l’AKP.

Le bureau de campagne investit l’espace public dans le sens où l’on ne peut entrer dans le quartier sans se rappeler sa présence, et, de ce fait, l’enjeu des élections. Sa visibilité politique est assurée par le volume sonore des camionnettes de campagne, son ouverture quotidienne et ses réunions hebdomadaires. Les événements festifs nocturnes tels que les inaugurations et les présentations des candidats conjoints entraînent l’occupation de la rue et le blocage de la circulation par une population massive (sans par ailleurs que ces rassemblements ne provoquent de heurts avec les forces de l’ordre, trop systématiquement banalisés par les médias nationaux ou internationaux lorsque l’on évoque l’activité politique dans le Sud-Est). Enfin, concernant la campagne de proximité, les dernières soirées précédant les élections sont le temps des distributions de tracts et de programmes et d’explications du système de vote au porte-à-porte. C’est à cette occasion que l’on découvre les efforts redoublés d’un parti compétiteur, le Hüda Par. Ce dernier, de tendance islamiste radicale, a été nouvellement créé dans le Sud-Est, mais issu du mouvement Hizbullah nettement plus ancien, connu pour son opposition armée au PKK (voir le dossier IFEA consacré au Hizbullah turc). Diamétralement opposé au BDP, ce parti s’est assuré une forte visibilité de campagne par la présence de nombreux bureaux à Diyarbakır, l’exhibition de leur drapeaux, ainsi que par l’organisation de plusieurs passages au porte-à-porte auprès des résidents.

Programme culturel

Projets culturels de l’AKP à Sur

affichage promotion pour le projet de -la maison des Dengbejs-

Restauration de la maison des dengbej

Promotion du rôle politique des femmes et campagne de proximité constituent bien les arguments au cœur des discours des jeunes militants côtoyés au sein du bureau de Musa Anter. Mais ajoutons à ceux-ci, afin de souligner la spécificité de la campagne BDP de Diyarbakır, la politique de la diversité culturelle. Ayant initialement considéré l’hypothèse du caractère stratégique de cet argument (“la diversité culturelle pourrait-elle n’être qu’une promotion de l’identité kurde?”), nous avons été amené à redéfinir notre questionnement. La diversité culturelle semble en effet davantage exprimer une volonté de promouvoir une certaine identité plurielle de Diyarbakır. Une affirmation davantage liée à la spécificité d’une capitale régionale qu’à une appartenance ethnique. Le facteur kurde est bien sûr intégré dans cette identité de la ville, comme on peut le voir sur les affichages faisant la publicité des restaurations de la “maison des dengbej” (dengbej evi ), – les dengbej étant des conteurs kurdes, représentants d’une tradition orale dont la mairie veut se faire la protectrice du patrimoine -, mais il n’en est pas l’argument central.

La promotion du patrimoine cosmopolite (possédant l’ambiguïté d’être souvent défini à partir de catégories uniquement confessionnelles) de Diyarbakır est au cœur de la campagne de la ville. Le “projet de la rue des cultures” (kültürler sokağı projesi), mettant en valeur une église chaldéenne, une église arménienne et une mosquée sunnite, a fait l’objet d’une promotion intempestive de la municipalité de Sur, dont on peut percevoir la résonance dans les discours des résidents de Diyarbakır. Un tel projet marque un contraste par rapport au programme culturel du parti au pouvoir. Le candidat AKP à la municipalité de Sur proposait ainsi l’ouverture d’un musée de la conquête islamique de Diyarbakır , s’ancrant bien dans une politique de préférence patrimoniale caractéristique de l’AKP.

Le BDP ne détient pas le monopole sur le discours idéologique de la diversité culturelle. Ce dernier est ainsi stratégiquement intégré par l’AKP dans la promotion culturelle et touristique de la municipalité métropolitaine d’Istanbul. Mais il semble dans le contexte de la campagne de Diyarbakır que le BDP tentait de se distinguer vis-à-vis du parti au pouvoir par ce choix de ne pas se cantonner aux seules revendications de l’identité kurde.

Dans l’ambition de renseigner les expressions politiques du BDP dans l’espace bien spécifique de Diyarbakır, nous avons tenté de donner écho à un argumentaire, indiscutablement présent dans le discours des militants, selon lequel le parti kurde ne peut se limiter à une politique uniquement pro-kurde. La persévérance d’un tel discours nous semble finalement dépendre de sa réception au-delà d’un électorat kurde, et ce dans l’ensemble du pays.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *