La diaspora turque en Europe, enjeu politique de la prochaine élection présidentielle

électeurs turcs extérieurs1Longtemps citoyens de second ordre, tant pour leur pays d’origine que pour leurs pays d’accueil, les Turcs de la diaspora en Europe font l’objet de plus en plus d’attentions depuis quelques années. Au cours de la dernière décennie, l’Allemagne a réformé son code de la nationalité pour leur permettre d’obtenir plus facilement la double nationalité. Dans le même temps, des citoyens allemands, autrichiens, belges, d’origine turque ont commencé à accéder à des postes politiques en vue. Pour ne citer qu’eux… Depuis 2008, Cem Özdemir co-préside le parti Bündis 90/ Die Grünen (Alliance 90/ Les Verts), l’une des formations politiques allemandes en vue. Depuis 2013, Aydan Özoğuz, ministre (SPD) de l’intégration dans le gouvernement de grande coalition d’Angela Merkel, est la première personne d’origine turque à exercer des fonctions officielles dans un gouvernement fédéral allemand.

Une campagne électorale turque au coeur de l’Europe

Pourtant, c’est aussi du côté de la Turquie que le changement est devenu perceptible. Les autorités turques s’intéressent désormais à ces Turcs de l’extérieur que les dirigeants laïques avaient longtemps ignorés. Depuis leur arrivée au pouvoir, les responsables de l’AKP se sont adressés, de plus en plus fréquemment et ouvertement, aux communautés turques immigrées, notamment pour leur demander de s’intégrer, tout en conservant leur culture et leurs liens avec leur pays d’origine. On se souvient qu’en 2008, lors d’un meeting à Cologne (déjà), prônant l’ouverture d’écoles turques en Allemagne, Recep Tayyip Erdoğan avait déclaré que si l’intégration était souhaitable, en revanche l’assimilation était un «crime contre l’humanité». Deux ans Tuerkischer Ministerpraesident Erdogan tritt in Duesseldorf aufplus tard, en avril 2010, à Paris, tout en réitérant cette affirmation, le premier ministre turc avait conseillé à ses compatriotes résidant en France de prendre la nationalité française, avant de conclure : «prendre un passeport français, ne vous fait pas perdre votre identité turque.» Enfin, en mars 2011, à Dusseldorf (photo à droite), il avait estimé que les Turcs d’Allemagne devaient certes apprendre l’allemand, mais qu’avant il devait savoir bien parler turc. De fait, l’intérêt marqué du gouvernement de l’AKP pour les communautés turques immigrées et les propos de Recep Tayyip Erdoğan à l’endroit de celles-ci ont souvent été la source de polémiques, qui ont eu parfois même des retombées non négligeables sur les relations de la Turquie avec certains pays de l’Union européenne, en particulier l’Allemagne et l’Autriche.

La relation entre la Turquie et les Turcs de l’extérieur a pris toutefois une dimension nouvelle depuis que la loi électorale turque a récemment changé. Celle-ci permet en effet aux Turcs résidant à l’étranger de participer aux scrutins qui se déroulent dans leur pays d’origine, sans avoir à y revenir. Or, 2 700 000 Turcs résident en Allemagne, prés de 500 000 en France, 420 000 aux Pays-Bas, 300 000 au Royaume-Uni, 250 000 en Autriche et 150 000 en Belgique… Dès lors, c’est une nouvelle manne électorale qui s’ouvre aux candidats potentiels de la prochaine élection présidentielle d’août 2014, la première à être organisée au suffrage universel. Le vote des Turcs de l’extérieur sera en lui-même une opération de grande ampleur. En électeurs turcs extérieurs2Allemagne notamment, pas moins de 7 points de vote importants ont été prévus (à Hanovre, Dusseldorf, Essen, Francfort, Karlsruhe, Munich et Berlin). Dans la capitale allemande, qui abrite 140 000 électeurs turcs, le gouvernement de l’AKP a d’ailleurs demandé aux autorités allemandes à pouvoir organiser le vote dans le stade olympique… Mais, au-delà des problèmes techniques que peut poser le scrutin, un enjeu politique de taille est en train d’apparaître également : les principaux candidats et les formations politiques qui les soutiennent vont s’adresser pour la première fois massivement à ces électeurs de l’extérieur, parce que ceux-ci peuvent avoir un impact significatif sur le résultat final. La campagne pour les élections présidentielles ne sera donc pas seulement une campagne turque en Turquie mais aussi une campagne turque au cœur de l’Europe !

Premiers meetings électoraux européens pour Erdoğan et Kılıçdaroğlu

Le 7 juin 2014, Kemal Kılıçdaroğlu a ainsi tenu son premier meeting électoral à l’étranger. S’exprimant à Essen devant plusieurs milliers de ses partisans (photo ci-dessous à droite), le leader du CHP leur a dit qu’ils ont la chance de vivre dans «un pays électeurs turcs extérieurs4où la démocratie prévaut», avant d’affirmer que la Turquie mérite d’être «une démocratie de première classe.» Ce meeting est apparu comme la réponse du CHP au meeting controversée que Recep Tayyip Erdoğan a tenu à Cologne, le 24 mai dernier. Habitué à s’adresser aux communautés turques immigrées, le premier ministre a non seulement précédé son rival kémaliste en Allemagne, mais prévu d’ors et déjà une campagne électorale de grande ampleur en Europe : en Allemagne, certes, mais également en France, en Belgique, aux Pays-Bas et en Autriche.

Cette perspective ne va pas sans poser des problèmes lorsqu’on observe que la venue du leader de l’AKP à Cologne (photo ci-dessous à gauche), en mai dernier, a provoqué une bronca au sein de la classe politique allemande, choquée de surcroît que l’événement intervienne alors que la Turquie venait de vivre, à Soma, la plus grave catastrophe minière de son histoire, qui s’est soldée par 301 victimes (cf. notre édition du 16 mai 2014). L’initiative électeurs turcs extérieurs5électorale de Recep Tayyip Erdoğan, jugée malvenue, a été critiquée par la plupart des forces politiques allemandes, notamment par tous les partis parlementaires. Quant aux Allemands d’origine turque exerçant des responsabilités politiques, ils n’ont pas été les derniers à faire part de leur réprobation. Il est vrai que le projet de campagne extérieure du premier ministre turc fait débat. En premier lieu, il provoque une sorte mélange des genres, car bien que le chef du gouvernement turc vienne pour faire campagne en tant que candidat, donc sans suivre le protocole habituel d’une visite officielle, sa venue n’est pas sans impact sur les relations de son parti avec le pays visité. Ainsi, le fameux meeting de Cologne a généré une confrontation verbale entre Cem Özdemir et Recep Tayyip Erdoğan, ce dernier ayant traité le leader des Verts allemands de «soit-disant turc» et lui ayant indiqué qu’il n’était plus le bienvenu en Turquie. Or, cette réaction a amené le ministère allemand des affaires étrangères à convoquer l’ambassadeur de Turquie en Allemagne. En second lieu, des problèmes de sécurité et d’organisation importants risquent de se poser de façon répétée pendant plusieurs semaines. Lors du meeting de Cologne toujours, 20 000 personnes sont venues soutenir Erdoğan, mais 40 000 opposants turcs ont manifesté au même moment à travers toute l’Allemagne…

L’extrême-droite, par ailleurs, risque aussi d’être tentée de se saisir de cette opportunité pour s’en prendre aux communautés immigrées et dénoncer une fois de plus la candidature de la Turquie à l’UE. Le 8 juin, alors même qu’un meeting de Recep Tayyip Erdoğan est annoncé à Vienne, le leader du FPOe (parti d’extrême-droite autrichienne qui a obtenu 19,7% des voix, lors des dernières élections européennes), Heinz-Christian Strache, a demandé au premier ministre turc de «rester à la maison», en estimant que sa venue n’est qu’un prétexte pour faire de la propagande pour son «Erdoğanistan» et qu’elle révèle une volonté de créer une «société turque parallèle» en Autriche.

Toujours pas de candidats à la présidentielle turque

L’émoi provoqué par ce début de campagne à l’extérieur est d’autant plus paradoxal qu’aucun candidat pour l’instant ne s’est encore déclaré pour l’élection présidentielle d’août prochain. Selon plusieurs responsables de l’AKP, Recep Tayyip Erdoğan devrait annoncer sa candidature le 15 juin prochain. Quant à l’opposition, si elleélecteurs turcs extérieurs6 n’est pas parvenue à obtenir qu’Abdullah Gül se présente contre l’actuel premier ministre (ce qui était prévisible), elle n’a pas beaucoup avancé sur la voie d’une candidature unique. Il semble de toute manière peu probable que le CHP et le MHP parviennent à s’entendre sur un nom. Le parti kémaliste a démenti la rumeur d’une candidature de Mansur Yavaş, son candidat malheureux aux dernières élections municipales d’Ankara, et surtout un ancien membre du MHP qui se serait bien vu marier la carpe et le lapin. Pour sa part, lors de son dernier meeting allemand d’Essen, Kemal Kılıçdaroğlu a demandé aux partis kurdes (BDP et HDP) de soutenir le candidat que présentera son parti ; un grand écart qui risque d’être difficile à tenir pendant toute la campagne, à plus forte raison si une partie de celle-ci se déroule… en Europe.

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26 juin 2014

    […] " La relation entre la Turquie et les Turcs de l’extérieur a pris toutefois une dimension nouvelle depuis que la loi électorale turque a récemment changé. Celle-ci permet en effet aux Turcs résidant à l’étranger de participer aux scrutins qui se déroulent dans leur pays d’origine, sans avoir à y revenir. Or, 2 700 000 Turcs résident en Allemagne, prés de 500 000 en France, 420 000 aux Pays-Bas, 300 000 au Royaume-Uni, 250 000 en Autriche et 150 000 en Belgique… "D'où la venue de Erdogan en France, à Paris le 20 juin et à Lyon le 21 juin.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *