Le colonel Dursun Çiçek à nouveau sous les verrous.


Le colonel de marine, Dursun Çiçek, qui est accusé d’être le principal auteur du «plan d’action pour combattre la réaction» s’est finalement présenté, le 11 novembre dernier, à Beşiktaş, devant les procureurs en charge de cette affaire. À l’issue d’une audition de plusieurs heures, il a été placé en détention.

Le colonel Çiçek avait déjà été arrêté, le 30 juin dernier, avant d’être paradoxalement relâché un jour plus tard (cf. notre édition du 18 juillet 2009), un épisode qui avait illustré la division du pouvoir judiciaire turc sur les affaires sensibles, qui concernent les agissements occultes des militaires. Il faut dire que la justice militaire avait conclu antérieurement que le fameux plan était un faux, une version solennellement confirmée par le chef d’état major, en personne, lors d’une conférence de presse, le 26 juin 2009.

L’acceptation par le colonel Çiçek de déférer à la convocation des procureurs et son arrestation interviennent au moment où, depuis le 29 octobre dernier, une sorte de trêve semble avoir été conclue entre l’armée et le gouvernement, le temps qu’une nouvelle enquête soit conduite conjointement par les parquets civil et militaire. Le week-end dernier, dans une intervention, sur la première chaîne de télévision turque (TRT-1), le premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan, a redit qu’il mettrait tout en œuvre pour que les responsables de ce scandale soient jugés. Mais il a également déclaré que le chef d’état major actuel, le général Başbuğ, gardait toute sa confiance. Il se serait engagé, pour sa part, à épurer l’armée de ses éléments factieux. Cette trêve n’est pourtant pas du goût de tout le monde, puisque de nombreuses ONG et certains partis politiques (comme le DTP et le MHP), pressent le gouvernement d’agir depuis plusieurs jours (cf. notre édition du 9 novembre 2009).

On peut considérer, toutefois, que l’arrestation du colonel Çiçek marque un nouveau recul de l’armée. Cet officier refusait, en effet, de répondre à la convocation qui lui avait été envoyée depuis la publication de la première lettre anonyme qui, le 26 octobre 2009, avait relancé l’affaire du «plan d’action contre la réaction», révélée par le quotidien «Taraf», le 12 juin dernier. Ni cette première lettre anonyme, ni une deuxième, envoyée le 3 novembre 2009, n’étaient ainsi parvenues à faire venir le colonel Çiçek, au palais de justice de Beşiktaş, et ce dernier avait même paru bénéficier d’un soutien appuyé de l’état major, au début de la relance de l’affaire. Mais, lors de son entretien avec le premier ministre, le 29 octobre dernier, le chef d’état major, Ilker Başbuğ, aurait déclaré qu’il ne s’opposerait pas à ce que des militaires comparaissent devant des juges civils, si des doutes existaient, quant à leur participation à ce complot. Le lendemain, 7 militaires étaient d’ailleurs venus témoigner devant le parquet de Beşiktaş.

Lors de son audition, le 11 novembre, le colonel a maintenu, selon son avocat, sa version de juillet dernier, en déclarant que la signature figurant sur le document n’était pas la sienne, et en demandant, à ce sujet, la contre-expertise d’un organisme indépendant. Il serait cependant étonnant que ces dénégations suffisent à le faire rapidement libérer, cette fois.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.