« Birarada Yaşamı Savunalım » (On est fait pour vivre ensemble)

« Birada yaşamı savunalım » était le mot d’ordre d’une manifestation qui s’est tenue, place Taksim, à Istanbul, peu après l’annonce du massacre de Malatya qui a coûté la vie à trois protestants évangélistes (deux turcs convertis et un Allemand), le 18 avril dernier. Depuis, on apprend chaque jour de nouveaux détails sur cette affaire. Les jeunes du Foyer islamiste, auteurs de la tuerie, qui affirment avoir agi « pour la défense de la religion et de la patrie », ont non seulement égorgé leurs victimes mais ils les ont torturés pendant plusieurs heures avec un acharnement totalement incompréhensible.
Meurtre du père Santoro à Trabzon en février 2006, assassinat de Hrant Dink à Istanbul en janvier 2007, massacre de Malatya aujourd’hui, tous les observateurs font le lien entre ces événements tragiques car tous ont une dimension christianophobe évidente et tous ont eu pour auteurs des jeunes qui sont manifestement des « laissés pour compte » du fort développement économique connu par la Turquie au cours des 5 dernières années et qui invoquent un islamo-nationalisme virulent pour justifier leurs actes. Il est donc clair que l’on doit prendre très au sérieux le développement de cet activisme extrémiste d’un nouveau genre. Dans ce pays où l’arrivée au pouvoir des « post-islamistes » de Recep Tayyip Erdogan a fait disparaître une forme d’islam politique militant mais cadré dans le système politique et respectueux de la légalité, une nouvelle forme de radicalisation de l’action politique, faite de nationalisme frustré et de référence religieuse exacerbée, est indiscutablement en train de s’affirmer et l’on peut craindre qu’elle cherche à s’illustrer de façon encore plus spectaculaire dans les prochains mois.
La presse turque a unanimement et vigoureusement condamné le massacre de Malatya et avoue son incompréhension devant l’intolérance meurtrière qui est en train de submerger certaines franges des générations nouvelles. « En quoi quelques missionnaires chrétiens et quelques milliers de fidèles peuvent-ils constituer une menace chez nous ? » s’interrogent la plupart des éditorialistes non sans faire remarquer que l’islam turc, pour sa part, envoie beaucoup plus de missionnaires en Europe, chaque année, sans que cela pose le moindre problème. Que cette ouverture d’esprit ne soit pas celle de couches de la population qui profitent peu de la mondialisation et sont enclines à céder aux sirènes de la victimisation, du péril extérieur et de « l’euroscepticisme », on s’en doute, en revanche, il est beaucoup plus inquiétant de voir certaines autorités officielles proches du gouvernement actuel se laisser aller à des déclarations sur « le péril » que constituerait aujourd’hui les missionnaires chrétiens pour la Turquie et l’islam turc.
Le Premier Ministre a certes condamné la tuerie de Malatya avec des termes très durs. « Que nous est-il arrivé à nous Turcs, pour que nous puissions tuer de cette manière des gens vivant sur notre terre ? » a-t-il notamment déclaré sur un ton où se mêlaient émotion et incompréhension. Mais, comme tous les crimes qui se revendiquent de l’islam, l’affaire de Malatya gêne manifestement l’AKP. On se souvient notamment qu’en novembre 2003, après les attentats qui, à Istanbul, avaient frappé deux synagogues, une banque et le consulat britannique, le gouvernement, tout en les condamnant fermement, avait refusé qu’on puisse attribuer ces actes à un « terrorisme islamiste », s’entêtant à expliquer que tout cela n’avait rien à voir avec l’islam.
Le gouvernement est d’abord gêné en l’occurrence pour des raisons politiques. Il craint bien sûr un amalgame entre islam et islamisme qui favorise la diffusion d’une image négative de la Turquie en Europe. Il redoute sans doute aussi l’apparition d’un extrémisme nationaliste instrumentalisant l’islam à son profit et radicalisant des couches de la population qui subissent aujourd’hui durement les effets des transformations économiques. Mais il est probable aussi que son malaise a des racines plus profondes. En effet, la présence de missionnaires chrétiens ne pose pas seulement le problème de la liberté de conscience, de la laïcité et de la tolérance, qui sont reconnues et garanties par l’Etat en Turquie, elle soulève en fait la question du droit de changer de religion que l’islam n’a jamais vraiment admis… Sur ce terrain-là, malheureusement, il y a peu de chances que les chrétiens turcs obtiennent le soutien des adversaires laïcistes de l’AKP, inquiets de la prise en compte jugée excessive du droit des minorités par l’Union Européenne. Pour eux, l’action de l’Europe en faveur des minorités chrétiennes notamment favorise une fragmentation de l’Etat laïque et permet parallèlement aux institutions islamisantes et à l’AKP, au nom de la liberté de conscience, de gagner des positions et de faire avancer l’esprit de religion dans toute la société.
En réalité, cette affaire est très révélatrice de certaines des contradictions majeures de la Turquie contemporaine. Traversée par un changement spectaculaire de ses modes de vie et secouée par une transformation de ses sociétés civile et politique, elle risque aussi de devoir affronter dans les années qui viennent des phénomènes de crispation et de rejet identitaires qui, comme à Malatya, peuvent prendre un tour meurtrier.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Osman Yurekli dit :

    “Défendons le vivre ensemble” est la vraie traduction du titre.

  1. 11 juin 2012

    […] de l’affaire Ergenekon),  dans l’assassinat en 2007 des 3 chrétiens de Malatya (cf. notre édition du 23 avril 2007), est l’occasion d’en remettre une couche. Selon plusieurs éditorialistes, toucher à […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.